Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 10:25

Kim (Joaquim Aubert i Puig-Arnau) est né en 1941à Barcelone (Catalogne).

 

Il fait éditer ses premières illustrations dans la revue musicale Vibraciones où transparaît son influence de la bande dessinée américaine « underground ».

 

D’autres publications apparaissent dans les revues El Víbrora et Makoki. En 1977, il prend part à la création de la revue El Jueves. Il imagine pour cette revue satirique, le personnage de Martínez El Facha, qui est une caricature de l’Espagnol d’extrême droite. Ce personnage est d’ores et déjà un classique dans la bande dessinée espagnol.

 

Quand Antonio Altarriba lui propose de réaliser les illustrations de L’Art de voler, Kim accepte immédiatement.

 

 

Cet album recevra d’ailleurs plusieurs prix en 2010.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 18:49

 

Magda Szabó naquit à Debrecen, au royaume de Hongrie, en 1917 dans une vieille famille protestante, cultivée et polyglotte.

 

Magda Szabó, dans l’avant propos de son roman L’Instant, La Creüside, évoque brièvement sa famille indiquant en même temps à qui elle a songé en écrivant ce roman.


Elle eut un grand-père, János Ágyai Szabó, dont le père « ingénieur fort cultivé […] comblait la solitude de ses soirées en traduisant Virgile.»

 

Dans cette famille de la grande bourgeoisie hongroise, le grand-père, devenu père donna à ses enfants l’éducation qu’il avait reçue. « Toutes ses filles fréquentèrent le Reformatus Leánynevelö, […], ses fils firent leurs études à Debrecen, […]. »

 

Le grand-père avait coutume de parler le français avec ses filles et le latin avec ses fils.

 

Lorsqu’elle vint au monde, Magda Szabó reçut l’éducation que son père avait lui-même reçue. Étant fille unique, Magda Szabó apprit la langue latine grâce à son père. D’ailleurs ce dernier, très tôt lui parla des héros de l’Antiquité gréco-latine. Mais les autres arts tels que la musique, la danse, et entre autres, le chant, firent partie de son éducation.

 

 

À la fois douée et précoce, Magda Szabó fit des études de Lettres Classiques à l’Université de Debrecen. Elle devint professeur de lycée, puis entra au ministère de l’Éducation à  Budapest.

 

 

En 1947, elle fit publier quelques poèmes mais fut rapidement contrainte au silence par le régime stalinien. En plus, elle n’eut plus le droit d’enseigner et de publier. Elle vécut alors de ses traductions et de quelques cours. Elle avait pourtant été saluée comme l’un des grands espoirs de la littérature hongroise.

 

Après la disparition de Staline, le régime politique étant devenu moins sévère, Madga Szabó put de nouveau écrire. Nous étions à la fin des années 1950. Elle publia ses premiers romans.

 

Elle connut le succès aussi bien en Hongrie qu’à l’étranger dès la parution de La Porte en 1987. Ce roman ne fut traduit et publié, en France, qu’en 2003.

 

 

Elle reçut, tout au long de sa carrière, différents prix dont le prix Attila József en 1959, le prix Kossuth en 1978 et le prix Femina étranger en 2003.

 

Magda Szabó disparait à  Kerepes près de Gödöllö le 19 novembre 2007.

 

 

Son œuvre décrit, avec subtilité et pudeur, les passions féminines. Les événements tragiques hongrois de 1956 et de 1968 ne sont jamais absents de ses romans.

 

 

Cet auteur est traduit dans quarante-deux langues.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:43

 

Michel Rabagliati est né en 1961au Canada dans la Province du Québec à Montréal.


C’est à l’âge de onze ans qu’il commence à s’intéresser à la bande dessinée. Ce lecteur des journaux Spirou et Tintin rêve de devenir un auteur de bande dessinée.


À dix-huit ans, il suit des cours de typographie au C.É.G.E.P (Collège d’Enseignement Général et Professionnel). L’année suivante, il s’inscrit au Studio Salette afin d’y suivre des cours consacrés au dessin commercial.


Il exerce le métier de graphiste pendant vingt ans.


Alors qu’il a quarante-et-un ans, sort sa deuxième bande dessinée dont le titre est Paul a un travail d’été.


Sept tomes consacrés à Paul ont déjà vu le jour. Paul en appartement est le troisième de la série.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 14:32

 

Antonio Altarriba est né en 1952 à Saragosse (Espagne).

 

Il est à la fois écrivain, scénariste, professeur de littérature française à l’Université du Pays Basque.

 

Dans le courant des années 1980, Antonio Altarriba publie, avec le Colectivo Z, ses premiers scénarii dans la revue Bustrofedon. Il fait paraître, dans la revue Neuroptica qu’il crée et dirige, des écrits théoriques. Il coopère, avec Luis Royo, à la rédaction de scénarii.

 

Paru en Espagne sous le titre El Arte de Volar, cette bande dessinée est née huit ans après la disparition tragique du père de l’auteur. Cet homme, passionné par les aspects visuels de l’écriture et les possibilités narratives de l’image, a choisi le roman graphique pour raconter l’histoire de son père.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 10:07

Boris Khazanov naît à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) en 1928.

 

Il fait des études lettres classiques à Moscou.

 

De 1949 à 1955, il est condamné à huit ans de travaux forcés pour "propagande anti-soviétique".

 

Quand il sort du Goulag, il suit des études de médecine et devient médecin, métier qu'il exerce quelques années.

 

Il commence à écrire clandestinement sous le pseudonyme de Samizdat. Ses écrits –livres et articles- sont publiés à l'étranger et jamais dans son pays natal.

 

Il quitte l'U.R.S.S. en 1982 et s'installe à Munich.

 

En 1998, il reçoit le prix "Littérature en exil" de la ville d'Heidelberg.

 

 

L'Heure du roi est le seul de ses écrits qui soit traduit en langue française à ce jour.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 19:01

 

Louis Hémon naquit à Brest (Finistère, 29) le 12 octobre1880 dans une famille proche de l'élite intellectuelle et politique. Il est le dernier d'une famille de quatre enfants.

 

Son père, Félix Hémon, était un inspecteur général de l'instruction publique. Sa mère se prénommait Louise.

 

Lorsque Félix Hémon fut muté à Paris, toute la famille déménagea. Louis Hémon était alors âgé de deux ans. Il fit ses études à Paris, d'abord au lycée Montaigne, puis à Louis-Le-Grand. Il obtint en 1900 une licence en droit.

 

Il choisit de quitter la France pour l'Angleterre. Il résida dans ce pays de 1903 à 1911. Il vécut de différents petits métiers.

 

Deux passions conduisirent sa vie : le sport et la littérature.

 

Attiré par le sport, qui était à ses yeux une école de courage et de saine éducation, il pratiqua plusieurs activités sportives. Il rédigea d'ailleurs un roman sportif, Battling Malone.

 

Il vécut avec Lydia O'Kelly avec qui il eut une fille, non désirée mais qu'il reconnut néanmoins. Lorsque sa compagne fut atteinte de paranoïa aiguë, elle dut être internée dans un asile. Louis Hémon confia alors son enfant à la sœur de Lydia.

                                                                                                 

De même que la France lui avait paru trop éloignée de la nature, de même l'Angleterre lui parut trop gangrénée par les complications de l'industrialisation.

 

C'est pourquoi, il décida de partir pour le Canada. Il arriva à Québec en octobre 1911. Il séjourna à Montréal durant l'hiver 1911-1912. Jugeant cette ville trop européenne, il quitta Montréal pour les plaines inhabitées de l'Ouest. Il se rendit dans la région de colonisation du lac Saint-Jean. Il vécut à Péribonka puis à Saint-Gédéon. C'est dans ce premier lieu qu'il commença la rédaction de Maria Chapdelaine.

 

Il mourut le 8 juillet 1913, écrasé par un train à Chapleau dans l'Ontario.

 

 

Bien qu'il soit l'auteur de plusieurs ouvrages, Louis Hémon reste surtout connu pour être l'auteur de Maria Chapdelaine. Ce roman parut d'abord en feuilleton dans le quotidien "Le Temps." Hélas le succès fut posthume.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 10:09

Source

 

Walt Whitman naquit dans le petit hameau de West Hills (Long Island) le 31 mai 1819. Il est le deuxième enfant d'une fratrie de neuf.

 

Beaucoup de ses ancêtres étaient d'origine quaker et hollandaise.

 

Son père, qui était charpentier municipal, était un fervent partisan d'un libéralisme radical. La mère, chez qui l'influence quaker était incontestable, communiqua à Walt Whitman sa foi dans la lumière intérieure et dans l'inspiration divine.

 

Lorsqu'il eut cinq ans, sa famille s'installa à Brooklyn en face du port de New York qui se trouvait à ce moment-là en lisière de la campagne. Ville, campagne et mer nourrirent son imaginaire.

 

Walt Whitman fut un enfant maladroit et peu doué à l'école qu'il quitta d'ailleurs à onze ans. Ce fut la seule instruction qu'il reçut.

 

Il exerça plusieurs professions : garçon de courses, apprenti typographe et instituteur itinérant.

 

En 1838, il était devenu journaliste, métier qui lui permettra de vivre pendant une grande partie de sa vie. Son tempérament de reporter le poussait à se rendre ici ou là afin de rédiger des articles qui ne correspondaient que rarement à ce qui était alors attendu.

 

À l'âge de vingt-deux ans, il passa du temps dans la ville de New York. Il marcha dans les rues de la ville, alla dans Broadway, écouta de la musique italienne…

 

En 1847, Walt Whitman commença à noter dans son journal intime des impressions et des réflexions de caractère apocalyptique et mystique. Ces éléments sont présents dans les Feuilles d'herbe.

 

Il fut pendant deux ans, le directeur du Brooklyn Eagle. Cela lui permit d'effectuer un voyage d'affaires à New Orleans, ce qui lui offrit l'occasion de découvrir l'Ouest et le Sud.

 

Quelques années de sa vie nous sont mal connues. Nous savons simplement qu'il subsista grâce à différents petits métiers et qu'il lut beaucoup. C'est durant ces années qu'il eut l'une de ses visions mystiques du "monde en tant qu'amour" qui sont le fondement des Feuilles d'herbe.

 

En 1855, une édition, composée de douze poèmes, fut publiée. Le poète y annonçait sa volonté, divinement inspirée, de devenir le prophète et le poète de l'homme commun.

 

Son œuvre fut remarquée par Emerson.

 

Une deuxième édition des Feuilles d'herbe parut en 1856. Elle fut suivie d'une troisième en 1860. Les années suivantes, Walt Whitman continua de revoir et d'enrichir son recueil.

 

La réputation de Walt Whitman dépassa les frontières.

 

Pendant la Guerre Civile américaine, Walt Whitman soigna des soldats des deux camps. Ce conflit donna naissance à un groupe de poèmes dans son recueil : "Roulement de tambour."

 

Après la Guerre Civile américaine, Walt Whitman arrêta le journalisme et fut fonctionnaire à Washington. Mais il fut licencié quelques mois plus tard. Les amis de Walt Whitman se battirent ce qui permit au poète d'être réintégré pour huit ans mais dans un emploi commode.

 

En 1871 fut publié son traité sur la démocratie : Perspectives démocratiques.

 

En 1873, après une attaque qui le rendit invalide, Walt Whitman vécut dans la maison de son frère à Camden (New Jersey). Mis à part quelques déplacements, Walt Whitman demeura toujours ici.

 

Il continua d'augmenter son recueil de poèmes qui avait fait sa renommée.

 

En 1881, Walt Whitman dut trouver un autre éditeur pour faire paraître une nouvelle édition de son recueil. L'ouvrage, grâce au scandale, connut le succès.

 

Une neuvième édition des Feuilles d'herbe parut en 1892.

 

Il mourut à Camden le 26 mars 1892.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 10:53

Source

 

Giorgio Vasari naquit le 30 juillet 1511 à Arezzo.

 

Ayant des dispositions artistiques et littéraires, Giorgio Vasari fut envoyé, alors qu'il était âgé de douze ans, à Firenza (Florence) chez Michealangelo di Lodovico Buonarrotu Simoni (Michel Ange) et Andrea d'Agnolo di Francesco di Luca (Andrea del Sarto), entre autres.

 

Lors de la peste de 1527, Giorgio Vasari perdit son père, Antonio qui était courtier. Il dut alors retourner à Arezzo afin d'assumer, en tant que fils aîné, la responsabilité de chef de famille. À partir de cette période, il commença à rédiger ses Ricordanze (Souvenirs) dans lesquels il expliquait son désir d'entreprendre une carrière de peintre.

 

Il se perfectionna en tant que peintre et orfèvre à Firenza (Florence) et à Roma (Rome). Ensuite il se rendit à Bologna (Bologne), Venezia (Venise) et Napoli (Naples).

 

Vers 1540, Giorgio Vasari est un peintre reconnu. D'ailleurs en mars 1546, il reçut d'Alessandro Farnese (Alexandre Farnèse) une commande. Il devait décorer la salle de la Chancellerie à la gloire du pape Paul III qui était le grand-père d'Alexandre Farnèse.

 

En 1550, il fit paraître la première version de l'ouvrage qui devait faire sa renommée à savoir Les Vies des architectes, peintre et sculpteurs italiens les plus éminents. Ce livre, qui comptait un millier de pages en deux volumes, fut publié par Lorenzo Torrentino.

 

À partie de 1550, il travailla à Roma pour le nouveau Pape Jules III. Il fit plusieurs séjours dans cette ville.

 

Vers la fin de 1554, il s'installa à Firenza où il devint alors "officier" du duc de Cosme Ier de Médicis.

 

Il prépara, à partir de 1561, une nouvelle édition des Vies dans lesquelles il évoqua les artistes de son époque. Cet ouvrage, trois fois plus long que la première édition, parut en 1568 chez Giunti.

 

Il mourut en 1574.

 

 

Les Vies sont considérées comme un chef d'œuvre de l'historiographie occidentale.  Elles sont le travail de toute une vie. Giorgio Vasari avait d'abord commencé par prendre des notes qu'il avait complétées par des recherches notamment dans les chroniques florentines de Giovanni et Matteo Villani. D'autres écrivains s'inspirèrent de l'œuvre de Giorgio Vasari afin de rédiger le même genre d'ouvrage.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 10:06

Jean Le Bel naquit vers 1290 à Liège.

 

Il est issu d'une riche famille alliée à la noblesse. Plusieurs membres de sa famille étaient soit des échevins, soit des chanoines.

 

Dès 1325, Jean Le Bel fut chanoine de la cathédrale Saint-Lambert de Liège. Mais cet homme préférait la vie des cours et des champs de bataille.

 

Il fit partie de l'armée que le duc Jean de Hainaut avait constituée afin de venir en aide au roi d'Angleterre, Édouard III, alors en compagne contre les Écossais.

 

Entre 1352 et 1361, à la demande du duc Jean d'Hainaut, Jean Le Bel rédigea une Chronique consacrée aux événements ayant eu lieu entre 1352 et 1361 en France, en Angleterre, en Écosse, en Bretagne et ailleurs. Il s'agit surtout des hauts faits concernant le roi Édouard d'Angleterre et des rois Philippe et Jean de France.

 

Jean Le bel rapporte donc les débuts du règne d'Édouard III et de la Guerre de Cent ans.

 

Des historiens comme Jean Froissart et Jean d'Outremeuse s'inspireront de son œuvre pour rédiger leur propre chronique.

 

Il mourut vers 1370.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 10:10

Guillaume de Diguleville, qui est d'origine normande, est né vers 1295.

 

De sa vie, nous savons bien peu de choses.

 

Vers 1315, Guillaume de Diguleville devint moine à l'abbaye de Chaalis située près d'Ermenonville. Dans ce lieu, il y passa presque toute sa vie.

 

Il devint prieur de l'abbaye et y mourut fort âgé vers 1380.

 

 

Vers 1330, il rédigea un "songe." Ce texte, inspiré par le Roman de la Rose, s'intitule le Pèlerinage de Vie Humaine. Il se compose de  13 000 vers octosyllabiques.

 

Vingt-cinq  ans plus tard, Guillaume de Diguleville écrivit une nouvelle version de cette œuvre. Entre 1355 et 1358, il composa deux autres "songes" : le Pèlerinage de l'Âme et le Pèlerinage de Jésus-Christ.

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article