Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 09:58

Ce substantif féminin vient du latin penna qui signifie "plume."

 

En Ancien Français, il signifie d'abord "plume d'oiseau."

L'expression perdre plumes et pennes signifie "précipiter sa ruine."

Penne signifie aussi "aile" et "plume pour écrire."

 

Il existe des dérivés :

Penon : ce substantif masculin signifie "plume." Il désigne aussi la "plume dont on garnit les flèches" et un "petit drapeau triangulaire qu'on fixe à l'extrémité de la lance des chevaliers."

Penonier : cet adjectif qualificatif signifie "garni d'un pennon."

Pener : ce verbe signifie "empenner, garnir d'une plume."

Penoncel : ce substantif masculin signifie "étendard" et "écusson d'armoirie."

Penart : ce substantif masculin signifie "vol en armoirie."

 

 

 

En Moyen Français, penne est encore en usage. Il signifie "plume d'un oiseau". Penne désigne aussi une "plume pour écrire" et "une plume pour jouer d'un instrument de musique."

 

Lorsque ce substantif est employé au pluriel, il signifie "aile."

L'expression penne de l'escu désigne le "bord supérieur de l'écu."

 

Penne désigne aussi "l'aileron d'une flèche".

 

Penon est toujours en usage en Moyen Français. Mais il ne désigne plus qu'un "drapeau" ou un "étendard."

 

Un autre dérivé apparaît dans le courant du XIIe siècle.

 

Il s'agit de penonceau, panon-, pignon. Ces substantifs, tous masculins, désignent d'abord une "bannière à longue queue." Ces substantifs ont aussi le sens de "girouette." Ils désignent enfin "affiche aux armes du roi mise à la porte lors d'une saisie."

 

Pennage, substantif masculin, apparaît au XVIe siècle. Il a le sens de "plume d'oiseau."

 

Pennache apparaît au même siècle et signifie "panache."

 

 

Aujourd'hui, penne est toujours en usage. Il a le sens de "longue queue de l'aile ou de la queue des oiseaux." Il désigne aussi "chacun des éléments en plume de l'empennage d'une flèche."

En marine, il désigne "l'extrémité supérieure d'une antenne."

 

Pennage, substantif masculin, est un terme de fauconnerie. Il  a le sens de "plumage des oiseaux de proie qui se renouvelle à la mue."

 

Pen(n)on désigne en marine, le "ruban, brin de laine ou fil garni de plumes qui indique la direction du vent."

Il signifie aussi "flamme que portait tout gentilhomme partant en guerre avec ses vassaux pour servir un banneret."

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:03

Ce substantif masculin vient du latin populaire *saginem pour sagina. Ce dernier signifie "engraissement [des animaux, surtout de la volaille]" et "embonpoint."

 

En Ancien Français, saim désigne la "graisse."

 

Saim peut aussi signifier "onguent."

 

Saim dous signifie "saindoux."

 

Il existe des dérivés :

Saime : ce substantif féminin signifie "graisse." Il s'agit suivant le cas de la "première crème qui se forme sur le lait" ou " la graisse de la terre entrainée par les eaux."

Saimer : ce verbe signifie "se fondre en parlant du lard."

Saimereche, samoire : ces adjectifs ont le sens de "qui sert à écrémer."

 

En Moyen Français, saim et saime sont toujours en usage avec le même sens qu'en Ancien Français. Par contre, les deux adjectifs et le verbe sont sortis de l'usage.

 

Ensuite, saim et saime ne sont plus employés. Nous avons seulement conservé saim dans saindoux qui désigne la "graisse de porc."

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 11:29

Ce substantif féminin vient du latin lactem qui signifie "lait."

 

En Ancien Français, letice désigne "un animal à fourrure blanche." Il s'agit peut-être d'une variété d'hermine.

 

Ce substantif désigne aussi la "fourrure de couleur blanche qui servait de bordure à certains vêtements."

 

Il existe un dérivé :

Leticé : cet adjectif qualificatif signifie "recouvert d'une fourrure appelée letice."

 

 

En Moyen Français, le terme est toujours en usage. Il désigne un "animal voisin de l'hermine, une belette des neiges." Ce substantif est aussi une "peau préparée de la belette des neiges" et une "fourrure de couleur blanche qui est utilisée pour border certains vêtements."

 

L'adjectif leticé est toujours en usage en Moyen Français.

 

Ces deux mots sortent de l'usage dès le XVIe siècle.

Repost 0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 19:16

 Ce substantif masculin vient du latin medicum qui signifie "médecin."

 

En Ancien Français, ce substantif signifie seulement "médecin."

 

Il existe des dérivés :

Megier : ce verbe signifie "soigner, traiter." Il a aussi le sens de "traiter les peaux."

Megement : ce substantif masculin signifie "médicament."

Megeresse : ce substantif féminin signifie "femme médecin, sage-femme."

 

Le substantif mege est encore en usage en Moyen Français. Il en est de même du verbe megier et du substantif megeresse.

 

Ensuite ces mots sortent de l'usage.

Repost 0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 10:07

Ce verbe vient du latin populaire *muciare, ce verbe est d'origine gauloise.

 

En Ancien Français, ce verbe signifie "cacher, soustraire aux regards." En emploi réfléchi, ce verbe signifie "se cacher, s'abriter."

L'expression mucier hors a le sens de "découvrir."

Mucier de signifie "sortir de… pour échapper au regard."

 

Il existe des dérivés :

Muce : ce substantif féminin signifie "cachette, lieu secret."

Muçote, muçaille : ces deux substantifs féminins signifient "cachette."

 

Le verbe est encore en usage en Moyen Français. Il exprime alors "l'idée de dérober au regard" ou de "mettre à l'abri."

 

Le verbe sort de l'usage au XVIe siècle. Cependant il est encore en usage dans certaines régions de l'Ouest de la France, notamment en Normandie. Il s'écrit alors musser.

Repost 0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 18:53

 Embraignier vient du verbe embramir qui est issu du germanique brammôn qui signifie" mugir."

 

En Ancien Français, ce verbe signifie seulement "désirer avidement." Il n'existe pas de dérivé. Il sort de l'usage en Moyen Français.

 

 

En Ancien Français, le verbe embramir, qui vient du germanique brammôn, signifie "enflammer" au sens propre comme au sens figuré.

 

Il existe un dérivé :

Embrami : à la fois participe passé et adjectif, embrami signifie "enflammé, ardent, avide."

 

 Tous deux sortent de l'usage dès le Moyen Français.

Repost 0
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 10:06

TALEMASCHE

 

Ce substantif est d'origine obscure.

 

En Ancien Français, ce substantif féminin signifie "obscurité." Il a aussi le sens de "masque."

 

Il existe un dérivé :

Talemaschier : ce verbe signifie "souiller, salir." Il a aussi le sens de "masquer."

 

Ces deux mots sortent de l'usage dès la fin du Moyen Âge.

 

 

TALEMELIER

 

Ce substantif masculin est d'origine incertaine. Peut-être de taler qui signifie "battre" et de mesler qui signifie "mélanger."

 

Ce substantif signifie "boulanger, pâtissier."

 

Il existe un dérivé :

Talemelerie : ce substantif féminin signifie "boulangerie, métier de boulanger."

 

En Moyen Français, les mots sont toujours en usage. Mais ils sortent de l'usage dès la Renaissance.

 

 

TALEVAS

 

Ce substantif masculin est d'origine obscure, peut-être gauloise.

 

En Ancien Français, il désigne un "bouclier des gens de pied destiné à protéger contre les flèches des archers." Talevas est aussi un "bouclier de bois pour protéger les escrimeurs."

 

Il existe un dérivé :

Talevassier : ce substantif masculin désigne un "soldat armé d'un bouclier appelétalevas." Au figuré, ce mot signifie "hâbleur."

 

Talevas est encore en usage en Moyen Français, mais il sort de l'usage ensuite.

Repost 0
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 10:32

Ce substantif masculin est d'origine incertaine.

 

En Ancien Français, il signifie "marais, marécage." Il a aussi le sens de "bourbier."

 

Il existe des dérivés :

Gaschueil : ce substantif masculin signifie "marais."

Gaschié : ce substantif féminin signifie d'abord "pâturage entouré de fossés. Il a aussi le sens de "jachère."

Gacelet : il s'agit d'un diminutif de gacel. Il a aussi le sens de "marais."

 

Ces mots ne sont plus en usage en Moyen Français.

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 10:43

Ce verbe vient du germanique *klakjan qui signifie "craquer."

 

En Ancien Français, ce verbe a le sens de "briser, écraser." Lorsque l'on parle de la lumière, le verbe a le sens de "jaillir." Ce verbe a aussi le sens de "faire jaillir en écrasant."

 

Il existe un dérivé :

Esclace : ce substantif féminin  a le sens de "jaillissement d'un liquide."

 

En Moyen Français, le verbe est encore en usage. Il signifie, en emploi pronominal, "se briser, se fendre. En emploi intransitif, il signifie "poindre" lorsque l'on parle du jour.

 

Ces deux mots sortent de l'usage ensuite.

Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 10:51

Ce substantif masculin vient du francique *urgôli qui signifie "fierté."

 

En Ancien Français, ce substantif signifie d'abord "fierté, orgueil." Il a aussi le sens de "témérité."

Orguil signifie aussi "parole outrecuidante." Dans un contexte militaire, orguil peut aussi avoir les sens de "combat, joute."

Il a parfois le sens de "homme présomptueux" et plus rarement le sens de "guerrier vaillant."

 

Il existe des dérivés :

Orguillier, orgoillier : ces verbes signifient "être orgueilleux, s'enorgueillir." Ils ont aussi le sens de "se révolter par orgueil."

Orgoillir : ce verbe signifie "rendre orgueilleux." En emploi réfléchi, ce verbe a le sens de "se gonfler."

Orguillié, orgoillois : ces deux adjectifs signifient "orgueilleux."

Orgoillos : cet adjectif signifie aussi "orgueilleux." Mais il a aussi les sens de "énergique, vigoureux", "énorme" et "rapide."

 

En Moyen Français, ce substantif conserve les deux premiers sens susnommés.
Deux nouveaux sens apparaissent. Orguil, qui prend la forme d'orgueil, signifie "sentiment exagéré que l'on a de sa propre valeur, présomption." Ce substantif désigne aussi la "cale qui, inséré sous un levier, lui sert de point d'appui."

 

Orguillier est toujours en usage avec les sens de "s'enorgueillir, être orgueilleux."

 

L'adjectif orgueilleux signifie "intrépide, audacieux."

 

En Français Classique, orgueil signifie " vanité, présomption, opinion trop avantageuse de soi-même, par laquelle on se préfère aux autres."

 

Dans la dernière édition du dictionnaire de l'Académie française, orgueil a le sens de " excès d'estime de soi-même qui porte à se mettre au-dessus des autres."

 

Le verbe n'est plus en usage au XVIIe siècle.

Repost 0