Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 10:12

Nous adopterons le même système que celui que nous avons déjà suivi pour la conjugaison du verbe ETRE.

La racine du verbe "avoir" est hab-.

PRESENT DE L'INDICATIF

A l'indicatif présent, le B du verbe habere ne s'est conservé, sous la forme de V, qu'aux personnes non accentuées, c'est-à-dire à la première et à la deuxième personnes du pluriel.

En latin, nous avions : HABEO/ HABES / HABET / HABEMUS / HABETIS /HABENT.

La première personne du singulier subit une forte réduction et devient AYYO puis AY.

La deuxième personne du singulier subit aussi une forte réduction. Comme le A est atone, il ne subit pas de diphtongaison. Nous avons donc AS

La troisième personne voit le –t disparaître. Nous avons A(T).

La terminaison de la première personne du pluriel est analogique : AVONS.

A la deuxième personne, nous trouvons rarement la forme AVIEZ. Nous aurons rapidement la seule forme AVEZ.

HABENT devient rapidement HABUNT par analogie à SUNT.

Le verbe AVOIR se conjugue maintenant comme suit :

J'ai / tu as / il a / nous avons / vous avez / ils ont.

IMPARFAIT DE L'INDICATIF

En latin, le verbe habere se conjugue ainsi : HABEBAM / HABEBAS / HABEBAT / HABEBAMUS / HABEBATIS / HABEBANT. Cette forme en –ebam perd le B. Nous avons donc vers le V e siècle de notre ère les formes suivantes : ABEA(M) / ABEAS / ABEAT / ABIAMOS / ABIATES / ABEANT.

En Ancien Français, nous avions : AVEIE, AVOIE, AVOI(S) / AVEIES, AVOIS / AVEIET, AVEIT, AVOIT / AVIIENS, AVIONS / AVIIEZ, AVIEZ / AVEIENT, AVOIENT.

A la première personne du singulier, le E se diphtongue en EI qui donnera OI. La forme AVOIE perdra son E  qui sera remplacé par un S analogique vers le XVI e siècle.

La forme AVEIET se réduit rapidement à AVEIT (sur le modèle de SEIT). Le T ne disparaît pas.

A la première personne du pluriel, la forme I(I)ENS fera place à la désinence –ONS qui a été généralisée au présent. Nous avons donc une forme analogique en I(I)ONS.

AVOIR se conjugue actuellement comme suit :

J'avais / tu avais / il avait / nous avions / vous aviez / ils avaient.

FUTUR DE L'INDICATIF

Comme nous l'avons déjà dit, le futur est une création romane –le futur latin ayant disparu- à partir de la forme HABERE HABEO.

Nous avons donc eu ABRAYYO / ABRAS / ABRAT / ABREMOS / ABRETES / ABRAUNT. En Ancien Français, nous avions : AURAI, ARAI / AURAS, ARA / AURA(T), ARA(T) / AURONS, ARONS / AUREIZ, AUROIZ, AUREZ / AURONT, ARONT.

Il existe aussi des formes AVRAI / AVRAS…. Différentes interprétations existent. Le V peut aussi être considéré comme un U, le latin ne faisant pas la différence entre ces deux lettres. Les autres interprétations sont phonétiques.

Nous avons donc les formes suivantes :

J'aurai / tu auras / il aura / nous aurons / vous aurez / ils auront.

LE PASSE SIMPLE DE L'INDICATIF

En latin, nous avions : HABUI / HABUISTI / HABUIT / HABUIMUS / HABUITIS HABUERUNT. Ces formes évoluent de la façon suivante : AWWI / AWWISTI / AWWET / AWWIMES / AWWISTES AWW(E)RENT.

En Ancien Français, nous avions OI / OÜS, EÜS / OUT / OÜMES, EÜMES / OÜSTES, EÜSTES / OURENT.

Le A du radical se labialise (se prononce en arrondissant les lèvres) en O au contact du W.

A la première personne du singulier, le A suivi de la consonne vélaire devient O. Le I final se maintient en hiatus, ce qui implique la chute du W.

A la deuxième personne du singulier, le S est analogique, tout comme il l'est à la première personne du pluriel.

A la troisième personne, le E de AWWET chute et le W se vocalise en U.

A la deuxième personne du pluriel, le E est morphologique.

Maintenant, nous avons :

J'eus / tu eus / il eut / nous eûmes / vous eûtes / ils eurent.

PASSE COMPOSE

Les quatre temps suivants étant des temps composés, nous donnons seulement la conjugaison actuelle, l'étude ayant déjà été abordée avec les temps simples.

J'ai eu / tu as eu / il a eu / nous avons eu / vous avez eu / ils ont eu.

PLUS QUE PARFAIT DE L'INDICATIF

J'avais eu / tu avais eu / il avait eu / nous avions eu / vous aviez eu / ils avaient eu.

FUTUR ANTERIEUR DE L'INDICATIF

J'aurai eu / tu auras eu / il aura eu / nous aurons eu / vous aurez eu / ils auront eu.

PASSE ANTERIEUR DE L'INDICATIF

J'eus eu / tu eus eu / il eut eu / nous eûmes eu / vous eûtes eu / ils eurent eu.

PRESENT DE L'IMPERATIF

Ce mode emprunte ses formes au subjonctif présent que nous aborderons plus tard.

Nous avons donc :

Aie / ayons / ayez.

A noter que la forme AIE n'a pas de S comme tous les impératifs en E.

PASSE DE L'IMPERATIF

Aie eu / ayons eu / ayez eu.

PRESENT DE L'INFINITIF

Habere devient AVOIR ; le E devient OI et le E final disparaît.  Le R final apparaît alors comme morphème d'infinitif.

PASSE DE L'INFINITIF

Avoir eu.

PRESENT DU PARTICIPE

Le subjonctif présent entraîne le participe présent en AYANT sur le modèle VEUILLONS-VEUILLANT (ancienne forme de VOULANT).

PASSE DU PARTICIPE

A partir de HABUTUM, nous avons la forme EU. Nous avons une chute du B.

 

FIN DE LA PREMIERE PARTIE.

Partager cet article

Repost 0

commentaires