Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:15

Source

 

PALIN Michael, Le Tour du monde en 80 jours par un Monty Python, hoëbeke, 2009

 

Le Susak ne lève l'ancre que le 27 octobre à 7 heures 15.

"Et c'est ainsi qu' "[il s'] éloigne de la côté de Coromandel, en Inde, à bord d'un navire yougoslave appartenant à une compagnie allemande et immatriculé à Chypre."

 

Dorénavant, Michael Palin a dix jours de retard sur Fogg et le cargo a une vitesse de treize nœuds.

 

Même si la présence de Michael Palin et de Nigel Meakin ne semble pas convenir à tout le monde, le voyage se passe bien. 2 500 kilomètres les séparent de Singapour.

 

"Les pendules ont avancé d'une heure et demie, […]." Après s'être entretenu avec le capitaine, Michael Palin s'installe pour lire car "à bord du Susak, l'exercice mental pose moins de problème que l'exercice physique."

 

L'un des membres du cargo fête son anniversaire en ce 29 octobre "et les réjouissances commencent très tôt." La journée se déroule entre discussions avec le capitaine et tournage sur le cargo. Puis "au milieu du déjeuner, le jeune second, qui porte les cheveux assez longs dans le cou, frappe soudain sur la table et [le] montre du doigt : "Vous êtes Monty Python !""

 

Cette nuit-là, "les pendules avancent encore d'une heure." Michael Palin dort mal sans doute à cause de la houle soudaine "qui est arrivée de nulle part et [les] faits tous les deux rouler sur [leurs] couchettes, en danger imminent de [s']écraser au sol."

 

Dans la matinée, une terre à bâbord est en vue. Il s'agit de "la Grande Nicobar, une île longue de quarante-trois kilomètres, soit la même taille que Singapour, mais presque inhabitée." Cette île, située à 1 500 kilomètres de Madras, appartient à l'Inde.

 

Ce jour-même un barbecue est préparé.

 

En milieu d'après-midi, la côte de Sumatra est en vue dans le lointain. Tandis que le repas de la fin de la journée est pris sur le pont, le cargo entre dans le détroit de Malacca.

 

"[…] dans le détroit, la houle est moins forte, le bateau ne gîte plus." Le cargo avance à onze nœuds. L'arrivée à Singapour n'aura lieu que le lendemain. Au début de l'après-midi, la pluie –la première depuis le départ- s'abat sur le cargo.

 

L'arrivée à Singapour est prévue à 23 heures et le départ le lendemain même à 3 heures du matin, ce qui déplaît à l'équipage.

 

Michael Palin parvient enfin à établir un contact radio avec Singapour. Il peut annoncer son retard. Il apprend qu' "un porte-conteneurs, le Neptune Diamond, part pour Hong-Kong à 23 heures 30" et qu'il doit le prendre avec son compagnon de voyage.

 

Après six jours de mer, Michael Palin réalise qu' "au cours de cet ultime déjeuner, [ils ont] abordé plus de sujets différents qu'au cours de tous les autres réunis et, comme toujours semble-t-il, c'est quand on s'apprête à leur dire au revoir qu'on apprend à mieux connaître les gens."

 

Le temps passe lentement, mais Singapour est tout près de là. "À 23 heures précises, une vedette sort de l'obscurité et le pilote monte à bord."

 

"Après des adieux affectueux et émus à la ronde, [il descend] en titubant du Susak et pose le pied sur le sol de Singapour à minuit et quart pour [s']entendre annoncer que le Neptune Diamond est déjà parti." Cependant une solution a été trouvée, "car la toute-puissance de la B.B.C. est telle que le Neptune Diamond a consenti à [les] attendre à quatre milles de la côté."

 

À 3 heures du matin, Michael Palin est sur le Neptune Diamond et est reçu "par un officier singapourien qui [l']emmène faire la connaissance du capitaine, Norman Tuddenham, un natif de Newcastel, tout ce qu'il y a de plus rassurant."

 

Ce navire est bien différent du Susak. Il avance deux fois plus vite et à une grande capacité.

 

 

 

 

Voici donc Michael Palin sur un nouveau navire. Le Neptune Diamond est bien différent du bateau précédent. En effet, "les navires de la ligne Neptune gagnent leur argent en allant vite et en arrivant à la date prévue."

 

En ce quarantième jour de voyage, ils sont "à 250 kilomètres au large de la côte du Vietnam et la mer est des plus houleuses, fouettée par un vent de force 7 qui souffle du nord." L'arrivée à Hong Kong est prévue à 2 heures du matin le 5 novembre.

 

Une soirée a été organisée, ce qui permet de faire la connaissance de tous.

 

Le lendemain, Michael Palin se "réveille à 5 heures 30 avec un fort mal de crâne sur un navire qui tangue et qui plonge. [Il se rend] avec difficulté dans la salle de bains, en essayant d'adapter [ses] mouvements à ceux du Diamond. Premier Alka-Seltzer du voyage."

 

Quand il revoit le capitaine, ce dernier lui apprend que tous ont assisté à la soirée. "Après vérification, [il] note que ce "ils" représente dix-huit Singapouriens, un Birman, un Philippin et cinq Malais."

 

Le temps ne s'arrange décidément pas, mais "le capitaine fonce en direction de Hong-Kong à plein régime."

 

FIN DE LA QUATRIÈME PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires