Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 10:24

Source

 

PALIN Michael, Le Tour du monde en 80 jours par un Monty Python, hoëbeke, 2009

 

Dernier jour de novembre. Il fait -22°C. Afin de franchir un morceau du Colorado, Michael Palin choisit un moyen de transport peu fréquent : le traîneau tiré par des chiens. Il se rend au "chenil de Krabloonik, dans le village de Snowmass." Michael Palin sera accompagné, dans ce parcours par un musher. "Il s'appelle Marion et il est originaire du Mississipi, où l'on n'hésite pas à donner aux garçons des prénoms de ce genre."

 

Dan Maceahen, qui s'occupe du chenil, prépare le voyage de Michael Palin. Un attelage de treize chiens est composé. Les chiens sont harnachés. Enfin, ils partent.

Mais les chiens, désireux de courir, ne sont pas faciles à maîtriser. "Les rares fois où ils sont autorisés à courir librement, c'est une sensation merveilleuse. Le traîneau glisse sans bruit sur la neige, l'air a une odeur fraîche et propre […]."

 

Les exigences du tournage ne permettent pas de faire plus de huit kilomètres avec les chiens, ce que regrette vivement Michael Palin.

 

 

Michael Palin quitte Aspen dans le Colorado le 1er décembre. Il ne doit pas louper le Zéphyr de Californie ni la correspondance avec le Lake Shore Limited à Chicago afin d'arriver à temps à New York.

 

Mais avant de partir, Michael Palin et son équipe font un petit voyage en ballon. Rapidement Michael Palin se sent mal à l'aise, Jake le pilote se tient en équilibre au bord de la nacelle. Quand la peur l'abandonne, Michael Palin se penche enfin par dessus bord. "Le panorama est immense et majestueux, toute la contrée d'Aspen à Snowmass, avec en prime le mont Daly, couronné de neige, aussi frappant que la montagne du générique des films de la Paramount."

 

Le ballon revient sur le sol. Après un bon petit déjeuner, Michael Palin fait encore quelques pas dans Aspen, puis prend le chemin de la gare. Le train a une heure trente de retard. La nuit tombe. Le train traverse le tunnel de Moffat qui est "le troisième au monde par sa longueur. Il passe sous le point névralgique des montagnes Rocheuses, le Continental Divide, la ligne de partage des eaux entre la bassin Pacifique et le bassin Atlantique, réduisant à dix minutes une partie du trajet qui avait pris cinq heures à Phileas Fogg."

 

Michael Palin rejoint son compartiment couchette et s'endort entre Denver et Omaha.

 

 

 

 

À 7 heures 45, Michael Palin arrive à Omaha, dans le Nebraska.

Le voyage se poursuit dans l'Iowa qui offre un paysage surtout rural. En début d'après-midi, Michael Palin et son équipe sont à Burlington à la limite de l'Illinois. Ils s'apprêtent à franchir le Mississipi, quand Michael Palin apprend que leur arrivée à Chicago n'aura pas lieu avant 18 heures, or leur correspondance pour New York est à 18 heures 25. Enfin Chicago est en vue.

 

Michael Palin et son équipe disposent de peu de temps pour prendre leur correspondance. Alors qu'ils se trouvent sur le quai, "Simon entend [le nom de Michael Palin] annoncé par un haut-parleur : M. Palin, arrivant de Los Angeles, est prié de se présenter au bureau des Renseignements."" Ce dernier s'y rend.

 

À 18 heures 35, Michael Palin est heureux d'être dans le train qui file hors de Chicago. Il faut encore avancer les pendules d'une heure.

 

 

 

 

Pendant la nuit, le train traverse Cleveland, Buffalo, Rochester… Quand ils se réveillent, Michael Palin et son équipe sont dans l'État de New York. Ils prennent le petit déjeuner en compagnie d'un homme fort âgé qui se rend à Albany.

 

Le train se dirige dans la vallée de L'Hudson. Enfin le train franchit la Harlem River et entre dans Manhattan. Le décor n'est pas toujours heureux. "Vers la 132e Rue, la ville ressemble plus au Caire qu'à autre chose. Des détritus dans tous les coins, des voitures défoncées et des lits abandonnés sont éparpillés à travers des terrains vagues, où l'on n'aperçoit guère que des plaques de tôle ondulée et les gens qui vivent dessous."

 

Les passagers se dirigent vers les portes. "De même qu'à Chicago et à Los Angeles, l'arrivée à New York par le train n'est pas faite pour vous remonter le moral. [Ils] débarqu[ent] dans une pénombre souterraine pour [se] traîner le long du quai et seule une foi aveugle [les] porte à croire que New York se trouve vraiment là-haut, au dessus d'[eux], et qu'[ils] ne [sont]pas tous morts."

 

Une fois descendu du train, Michael Palin doit se rendre au aux docks de Newark afin d'embarquer sur le porte-conteneurs, mais il a perdu Passepartout.

 

Il le retrouve finalement, "en compagnie d'un défenseur new-yorkais de la loi et de l'ordre. Lequel exige de savoir ce qu' "[ils font], qui [les] y a autorisés et ainsi de suite. Clem arrive à grands pas pour régler le problème, mais toute cette affaire [leur] fait perdre un temps inquiétant."

 

L'équipe prend un taxi pour le port de Newark et parvient à monter à bord du Leda Maersk, "un porte-conteneurs danois

qui part [le] soir et atteindra l'Angleterre dans huit jours, pourvu qu'il fasse beau."

 

Sur ce navire propre et bien fourbi, le second capitaine est une femme, le premier officier que rencontre Michael Palin depuis qu'il voyage.

 

Après avoir fait le tour du pont et regardé l'horizon new-yorkais, il se glisse dans son lit, le bateau est toujours à quai.

 

 

FIN DE LA NEUVIÈME PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires