Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 10:01

Source

 

PALIN Michael, Le Tour du monde en 80 jours par un Monty Python, hoëbeke, 2009

 

Le matin de ce quarante-deuxième jour, Ron Brown apporte un café à Michael Palin. C'est pour lui, comme pour Nigel Meakin et Julian Carrington, son dernier jour avec Michael Palin. Une autre équipe de Passepartout doit prendre le relais.

 

Ce même jour, Michael Palin réalise qu'il n'a plus que six jours de retard sur Phileas Fogg.

 

Le débarquement à Hong-Kong a lieu à 8 heures du matin.

 

Le sac de voyage donne des signes de fatigue….

 

Un chauffeur en Rolls-Royce s'occupe de Michael Palin. Sur le chemin qui le conduit à l'hôtel, ce n'est qu'embouteillage.

 

Lorsqu'il entre dans le Peninsula Hotel, Michael Palin fait la connaissance de sa nouvelle équipe de Passepartout. Il est ensuite conduit à sa chambre. Il y trouve "une invitation à une soirée habillée, […], pour fêter la première moitié de [son] voyage."

 

Quelque temps plus tard, Michael Palin se rend au marché aux oiseaux. "Sur un perchoir assez bas, un ravissant cacatoès blanc s'est amouraché de [s]on fidèle pantalon de coton et lui fait un câlin à la hauteur du genou." L'oiseau finit par devenir quelque peu agressif et déchire le pantalon. D'ailleurs le vêtement endommagé rappelle à Michael Palin qu'il doit trouver un smoking pour le lendemain, chose relativement facile car "Hong-Kong fonctionne vingt-quatre heures par jour et trois cent soixante-cinq jour par an."

 

Il se rend chez les tailleurs de chez Sam. Ses mensurations sont vite prises. Dans vingt-quatre heures, il devrait avoir ses vêtements.

 

Lorsqu'il revient à l'hôtel, il doit se plier à une obligation : une conférence de presse au sujet de son voyage.

 

Après un déjeuner rapide, il "embarque à bord du Star Ferry qui relie Kowloon à l'île de Hong-Kong." Il passe le restant de la journée à l'hippodrome de Happy Valley, seul lieu où les paris légaux sont autorisés.

 

Alors que le soir tombe, Michael Palin regagne l'hôtel où il retrouve son sac et son pantalon réparés.

 

 

Ce 6 novembre, Michael Palin prend le ferry pour Cheung Chow sur laquelle vit un couple de ses amis. Le port de Hong-Kong est gigantesque et fourmille de bateaux de toutes tailles.

 

Après une heure de traversée, Michael Palin retrouve ses amis. Il parvient à convaincre son ami Basil Pao de l'accompagner à Shanghai. Ce dernier parle le mandarin et est un habitué des tournages.

 

Mais il faut regagner Hong-Kong et se rendre à la soirée prévue sans plus attendre…. Puis regagner enfin l'hôtel.

 

 

 

 

Levé tôt, Michael Palin quitte l'hôtel et se rend "au terminal des ferries Tai Kok." Dans la soirée, il devrait être à Guangzhou (ancien nom de Canton).

 

"À 8 h 20, [le] ferry, le Long Jin, se met en route au milieu de l'activité frénétique qui règne dans le port de Hong-Kong." Michael Palin regarde le rivage s'éloigner.

 

Rapidement, le bateau approche de Guangzhou. La ville est différente de Hong-Kong. Les formalités sont vite accomplies. Michael Palin loge au White Swan Hotel. "C'est une authentique réplique d'un hôtel occidental de grand luxe : il ne manque ni les chasseurs, ne les réceptionnistes vêtues de tailleurs stricts, ni le sol en granit poli, ni le comptoir en marbre, ni la profusion de plantes retombantes autour d'une cascade haute de quatre étages, […]."

 

Sa chambre se trouve au seizième étage, "avec une vue époustouflante sur la rivière des Perles, à l'endroit où elle décrit une courbeHong Kong

 et où un canal vient la rejoindre."

 

Un repas est pris bien vite, car il faut aller tourner. Dans la rue, le constat est simple : "le moyen de transport le plus courant, […] est la bicyclette." Mais pas de fantaisie dans ce moyen de transport….

 

Peu de voitures dans les rues pleines de monde, mais "la manière dont elles sont conduites laisse entrevoir un avenir cauchemardesques pour le Chine, le jour où ses habitants troqueront par millions leurs vélos contre des Toyota."

 

Non loin de l'hôtel, Michael Palin se promène dans le quartier Shamian. Il marche dans les rues où "les grandes demeures des marchands, dans des styles occidentaux très ornementés –classique, rococo et baroque, avec des balcons en fer forgé et des portiques à colonnade-, existent encore mais la population chinoise s'y est installée."

Ici et là des enfants jouent.

 

La visite se poursuit dans la ville jusqu'à un restaurant. "Les Chinois, qui prennent leurs agapes très au sérieux, préfèrent choisir eux-mêmes leur serpent avant qu'il ne soit tué et, par conséquent, on en apporte un certain nombre à [leur] table, ou plutôt, merci mon Dieu, par terre à côté de [leur] table." Basil Pao choisit l'animal qui est préparé sous leurs yeux.

 

Le repas séduit Michael Palin. Il est temps ensuite de retourner à l'hôtel.

 

 

 

 

Afin de prendre le train pour Shanghai, Michael Palin se lève tôt. Il se rend à la gare. Sur le parvis de nombreuses personnes attendent déjà.

 

Il s'installe dans le train dans lequel se trouve un personnel nombreux vêtu en uniforme. Chacun s'installe dans le compartiment qui lui est destiné. Le train part à l'heure. Une jeune fille lui apporte de l'eau bouillante qu'elle verse dans un thermos.

 

Michael Palin bavarde de temps à autre, avec les passagers. Le voyage de 1 800 kilomètres doit durer trente-cinq heures. Le paysage défile, les heures aussi, rythmées par les repas.

 

Soudain, le paysage est très différent : deux parois rocheuses, une étroite gorge… Puis la nuit est là. Il faut aller dormir.

 

 

L'eau est apportée tôt aux passagers. Michael Palin observe à travers la vitre l'activité des hommes et des femmes. Lors d'un arrêt du train, Michael Palin descend. Il est alors surpris par la fraicheur puis réalise que lui et son équipe ne font que remonter vers le Nord.

 

Tout au long du trajet, Michael Palin observe à la fois les différentes locomotives à vapeur qui sont toujours en activité en Chine et le paysage.

 

Michael Palin discute tantôt avec la responsable de la sonorisation, tantôt avec des journalistes, tantôt avec une jeune femme cadre.

 

Ils arrivent à Shanghai, de nuit, avec quatre heures de retard. À minuit, ils sont enfin à l'hôtel. Il est temps de dormir, enfin pour celui que la nourriture n'a pas indisposé !

 

FIN DE LA CINQUIÈME PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires