Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 10:19
Source

DEUXIÈME PARTIE

Leiv songeait parfois à Thorstein et aux autres hommes avec lesquels il avait navigué voilà peu. De temps à autre, il estimait même qu'il "ferait mieux de quitter ses nouveaux amis et d'essayer de trouver une des colonies norroises dont il avait entendu parler chez lui en Islande." Le temps passant, il y songea de moins en moins.

"Les trois enfants étaient inséparables." Ils chassèrent ensemble. Leiv se sentait bien parmi eux. Il devait seulement participer à la chasse afin de nourrir la communauté. Il éprouvait un sentiment de liberté totale.

 

Maintenant Leiv parvenait à "parler aussi facilement avec ses nouveaux compagnons qu'autrefois avec ses compatriotes en Islande." Lors des veillées, Leiv parlait de sa vie en Islande.

 

Le temps passa encore. Apuluk et Leiv avaient quinze ans, Narua, quatorze.

 

Le printemps venu, les trois adolescents partirent à la chasse. Après avoir installé leur camp, ils se couchèrent.

"Leiv était allongé dans son sac de couchage en peau de renne. Il sentait la glace bouger en dessus de lui." Leiv était inquiet, mais Apuluk le rassura. Cependant durant la nuit, la glace céda.

 

La tentative de Leiv de rejoindre à la nage la glace solide échoua. Les enfants dérivaient vers le Nord. Seuls les chiens, restés sur le continent, pourraient prévenir les Inuit.

 

 

Le pied de Leiv lui faisait mal. Quand Narua s'aperçut qu'il souffrait, elle l'obligea à montrer son pied. Leiv avait une gelure. Apuluk expliqua qu'il fallait "enlever les parties noires pour sauver le reste du pied." Apuluk fit donc ce qui était nécessaire et Leiv alla mieux.

 

"Quand ils eurent dormi six fois sur la plaque de glace, ils eurent cette chance que le courant s'oriente vers la côte." Ils se préparèrent alors à débarquer sur cette presqu'île.

Dès qu'ils furent sur la terre ferme, ils marchèrent un peu.

Dans un endroit convenable, ils installèrent leur camp.

 

Leiv leur apprit que les Norrois méprisaient les Inuit. Il exprima à Narua et à Apuluk toute sa reconnaissance. Sans eux, il serait mort.

 

Chacun découvrait l'univers de l'autre. Les Norrois cherchaient des richesses dont les Inuit n'avaient que faire. Les Inuit ne faisaient pas la guerre apprit Leiv.

 

 

 

"Le lendemain, les trois amis se mirent en route dans la direction où Apuluk pensait trouver l'habitat." Comme Leiv avait encore du mal à marcher, ils progressaient doucement.

Apuluk tua un phoque. Tandis qu'ils revenaient avec l'animal tué, Apuluk aperçut les traces d'un ours. Le jeune garçon savait que leurs armes ne pourraient rien contre lui.

L'ours, qui était une vieille femelle, "avait repéré les enfants et senti la viande de phoque que traînait Apuluk." Cachée non loin de là, elle observait les enfants.

 

Il y eut un affrontement entre l'animal et les enfants. L'animal blessé s'effondra sur Apuluk. Leiv tenta quelque chose, mais il lui fallut l'aide de Narua pour parvenir à ses fins. Quand l'ourse fut tuée, Narua et Leiv dégagèrent Apuluk qui était évanoui.

Alors que Narua soignait les blessures que l'ourse avait faites à Leiv, Apuluk se réveilla et hurla. La jambe d'Apuluk était cassée et la cassure était très mauvaise. Ce fut Leiv qui soigna Apuluk avec l'aide de Narua.

 

Pendant la nuit, Leiv et Narua fabriquèrent un traîneau sur lequel ils placèrent Apuluk et toutes leurs affaires. Ils prirent la direction du Sud mais ne progressaient que lentement, Leiv souffrant encore de ses blessures. "Mais Narua était infatigable."

 

Chaque soir, ils s'arrêtaient afin de se restaurer.

Un soir, alors qu'elle revenait au campement, Narua aperçut des rennes en train de paître. Elle vint le dire aux garçons.

Ils décidèrent de les chasser.

Narua devait surprendre les rennes par derrière pour que Leiv pût tuer celui qui se dirigerait vers lui. Tout alla très vite. Et soudain, Leiv cria Thorstein.

 

 

 

Narua se retrouvait avec son frère et Leiv parmi "les frères de race de Leiv." Ils séjournaient dans une grande maison. Cet univers surprenait beaucoup la jeune fille.

 

Leiv raconta à Thorstein sa vie chez les Inuit depuis son sauvetage. Thorstein raconta comment lui et ses hommes avaient pu être sauvés. Un seul drakkar avait sombré, les autres avaient été sévèrement endommagés. L'équipage avait réussi à gagné "Vestribyggd, le Hameau de l'Ouest, pour y réparer les bateaux." L'année suivante, Thorstein et ses hommes s'étaient installés dans une vallée et avaient construit une maison.

 

Thorstein déclara aussi à Leiv qu'il avait bien grandi, mais que la paix devait demeurer entre lui et les jeunes Inuit.

Thorstein voulut offrir son épée à Apuluk qui n'en voulut pas. Quand Leiv lui expliqua que les Inuit ne faisaient pas la guerre, Thorstein, sur la demande de Leiv, accepta de donner son couteau.

 

Thorstein voulut aussi offrir un présent à la jeune fille. Elle demanda à avoir une aiguille à coudre comme en avaient les femmes qui cousaient. Narua trouva ce cadeau extraordinaire.

 

Lorsque Thorstein demanda à Leiv s'il comptait rester avec eux, Leiv répondit qu'il ne resterait pas avec eux, mais demeurerait au Groenland.

 

 

FIN DE LA DEUXIÈME PARTIE et DU TOME PREMIER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernadette Visconti 12/07/2010 14:30



A ta liste, tu peux ajouter "La librairie des ombres" de Mikkel Birkegaard.



Clélie 31/08/2010 13:44



Je lirai cela dès que j'aurai trouvé le temps !


Merci de ce conseil !