Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 10:08
Ce substantif vient de l'ancien scandinave nâm qui signifie "prise de possession." La forme nant a été refaite sur le pluriel nans.

 

Ce substantif masculin signifie à la fois, "gage", "caution" et "nantissement."

 

Il existe des dérivés :

Nanter : ce verbe signifie "prendre gage par exécution d'un jugement." Il a aussi le sens de "contraindre en saisissant un gage."

Nantir : ce verbe signifie "déposer en gage."

 

En Moyen Français, nant demeure. Il signifie "ce que l'on laisse à titre de garantie." Lorsqu'il est au pluriel, ce substantif a le sens d' "objets saisis comme gage." 

 

Seul le verbe nantir est encore en usage en Moyen Français. Il a le sens de "déposer quelque chose en garantie", lorsque le verbe est en emploi transitif.

Nantir quelqu'un de quelque chose a le sens de "donner quelque chose à quelqu'un en garantie de quelque chose."

 

Le substantif sort de l'usage. Seul le verbe nantir demeure.

 

Dans l'édition de 1606 du Thrésor de la langue française de Jean Nicot, nantir a le sens de "se saisir de quelque chose."

 

Dans la première édition du dictionnaire de l'Académie française de 1694, nantir a le sens de "donner des gages pour assurance d'une dette."

Se nantir a le sens de "se garnir, se pourvoir de quelque chose par précaution."

 

Le substantif masculin nantissement, qui apparaît plus tard, a le sens de  "ce que l'on donne à un créancier pour sureté de son dû."

 

Dans la huitième édition du dictionnaire de l'Académie française en 1932, nantir signifie "munir d'un nantissement, donner des gages pour assurance d'une dette."

Se nantir signifie familièrement "se munir, se pourvoir de quelque chose par précaution."

 

Actuellement, le verbe nantir a le sens d' "affecter un bien en garantie d'une dette." Il signifie aussi "munir, pourvoir." Se nantir a le sens de "prendre avec soi."

 

Nanti, qui est à la fois adjectif et nom, signifie "qui ne manque de rien."

 

Nantissement est un "contrat par lequel un débiteur affecte un bien à la garantie d'une dette." Il s'agit aussi d'un "bien remis en nantissement."

Partager cet article

Repost 0

commentaires