Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 10:03

Source

 

Mellin de Saint-Gelais naquit en 1491. Il est le fils naturel ou le neveu du rhétoriqueur Octavien de Saint-Gelais qui était l'évêque d'Angoulême.

 

Alors qu'il était encore jeune, Mellin de Saint-Gelais effectua un voyage en Italie. Il se rendit à Bologne et à Padoue. Il fut d'ailleurs l'un des introducteurs de l'italianisme en France.

 

De retour en France, il fut ordonné prêtre et devint aumônier du dauphin et bibliothécaire de François Ier.

 

Poète officiel du roi, et ce, jusqu'à sa disparition en 1558, Mellin de Saint-Gelais apparaît comme un rival de Clément Marot dont il n'avait ni la verve ni la perfection technique.

 

Il essaya, vers 1550, de combattre l'influence de plus en plus importante de Pierre de Ronsard. Puis il finit par se réconcilier avec lui mais resta toutefois un adversaire de la Pléiade. Cette dernière mettant trop en avant son goût de l'érudition et sa référence à Pindare.

 

Mellin de Saint-Gelais traduisit en prose la tragédie de Giovanni Trissino La Sophonisbe.

 

Ses Œuvres furent publiées en 1547. Il s'agit de pièces courtes : épigrammes, madrigaux.

 

Il mourut en 1558.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires