Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 10:40

 

LE PONT DE MOSTAR


« Après avoir prié à la mosquée, je suis allé au hammam. Sur le pont de pierre, j’eus l’idée de mon grand œuvre. En ébauchant mon croquis, je me suis aperçu qu’il manquait mon compas. Signé : Hajrudin. L’an 943*. »


*i.e. l’an 1566 de notre ère.


La Chasse aux trésors, À Mostar, en Yougoslavie, jeu crée par Jacques Antoine, animé par Philippe de Dieuleveult et Didier Lecat diffusé sur A2, 12 février 1984, 20 h 35, 1:04:21


 

I) l’environnement des lieux


a) géographie


Mostar est une ville de la Bosnie-Herzégovine (ex-Yougoslavie) qui se trouve au Sud Ouest de Sarajevo, capitale du pays.


La Bosnie-Herzégovine, après avoir appartenu à la Yougoslavie de 1918 à 1992, a vu le jour après les Accords de Dayton le 10 décembre 1995.


 

Mostar, dont le nom apparaît à la fin du XVe siècle, doit son nom à son pont. En serbo-croate, most signifie « pont » et stari « vieux ».


Située dans une région montagneuse, Mostar est traversée par la Neretva.


 

Mostar s’est développé sur un site antique. À partir du XVe siècle, les archives évoquent une place forte là où l’on passait d’un bord de la Neretva à l’autre à l’aide d’un pont suspendu. Les Ottomans prirent cette fortification lors de troisième quart du XVe siècle.


À partir de 1475, un quartier musulman prit place. Des bains et une mosquée sont construits non loin de la rivière au Nord du lieu de passage. Le centre du bourg musulman se développa des deux côtés du pont de pierre construit en 1566. Cet ouvrage d’art facilita le transport et permit l’essor économique de la cité. Lorsque Mostar fut sous l’administration austro-hongroise, le développement se poursuivit.


b) géologie


Mostar est située dans les Alpes dinariques.


Les pierres, qui ont été utilisées pour construire le pont de Mostar, viennent de la carrière de Mukoša située à environ cinq kilomètres au Sud de la ville. Il s’agit de calcaire prénommé « tenelija » et « miljevina » qui s’est formé de la période Néogène à la période Oligocène.


La pierre « Tenelija » est d’une couleur jaunâtre lors de l’extraction. Sa couleur peut devenir ensuite d’une couleur brun clair lorsque la pierre est humide. Quand elle a séché, elle peut être blanchâtre. En vieillissant, la pierre prend une couleur légèrement grise. Cette pierre est fortement poreuse.


La pierre « Miljevina » est d’une couleur allant du blanc au jaune avec par endroit des parties plus foncées. L’aspect change en fonction de l’humidité. Des fragments de fossiles sont apparents dans cette pierre.


 

II) Histoire du pont

Construit sous l’Empire ottoman, le pont de Mostar est l’œuvre de Mimar Hajrudin, élève de l’architecte ottoman Sinan. Ce dernier est considéré comme le père de l’architecture ottomane classique.


Le pont est fait d’une seule arche voûtée en dos d’âne avec une ouverture de vingt-sept mètres, quatre mètres de largeur et trente mètres de longueur. La hauteur du pont est de vingt mètres.


Par la suite, de chaque côté du pont avaient été construites deux tours fortifiées : la Tour Halebija, sur la rive droite et la Tour Tara sur la rive gauche.


Pendant la Seconde Guerre mondiale, le pont supporta sans défaillir le passage des tanks nazis.


De l’érosion due à l’humidité avait commencé à endommager le pont, mais ce processus de dégradation avait été stoppé.


Après la guerre qui vit se déchirer la Yougoslavie, la ville de Mostar fut reconstruite en partie, notamment les quartiers historiques.


Experts de la protection du patrimoine culturel et historique de l’U.N.E.S.C.O. ont veillé au bon déroulement de cette reconstruction.


Une volonté absolument délibérée avait entraîné la destruction du pont de Mostar. Au-delà du pont, c’est un symbole qui a été détruit. La reconstruction, à l’identique, fut délicate aussi bien techniquement que psychiquement. Les nouvelles pierres ne peuvent prendre la place de celles qui sont tombées dans la Neretva dans le cœur des habitants de Mostar.


Afin de bâtir le pont, il a fallu faire une archéologie du bâti, toutes traces du pont ayant disparu.

En Orient, la façon de tailler les pierres est différente de l’Occident.


Une école de taille de pierre fut donc créée. Il fallait une quinzaine de personnes. Le premier travail a porté sur l’histoire des techniques, et ce, à partir de l’observation des monuments religieux.


Jamais un pont n’avait été reconstruit dans de telles circonstances. C’est pourquoi, il fut décidé que plusieurs nationalités participeraient à ce projet. L’entreprise qui a construit le pont est turque, le maître d’œuvre est croate et quelques Bosniaques ont participé aux travaux.

Un contrat de chantier fut signé en septembre, alors que le projet de construction avait été mis en place en août 1998.


Si la technologie utilisée pour refaire le pont à l’identique est moderne, les matériaux employés sont les mêmes que ceux qui ont servi en 1566.


 

La fin de cette reconstruction devait aussi symboliser la renaissance des liens entre les populations.


L’inauguration du pont de Mostar a eu lieu en juillet 2004. La reconstruction a coûté environ douze millions d’euro.


III) Construction du pont


Le pont vit le jour pour la première fois en 1566. C’était un pont fait d’une seule arche voûtée en dos d’âne. Il se trouvait alors à vingt mètres au dessus de la rivière Neretva.


456 blocs de pierres calcaires ont été nécessaires pour sa construction.


Lors de sa reconstruction qui commença en 2001, des pierres de la carrière de Mukoša furent apportées.


Cela représente un total de 1 088 pierres utilisées. Elles ont toutes été taillées à la main en se servant des techniques employées au XVIe siècle. Des outils comme les voussoirs, les crampons et les tenons ont permis de refaire le pont à l’identique.

 

FIN DE LA TROISIÈME PARTIE

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Art : architecture
commenter cet article

commentaires