Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 10:29

Source

PALIN Michael, Le Tour du monde en 80 jours par un Monty Python, hoëbeke, 2009-09-23

 

Le tour du monde en quatre-vingts jours : un défi relevé littérairement par Jules Verne et lancé par la B.B.C. Mais il fallait quelqu'un pour tenter ce pari avec les mêmes moyens de transports que ceux utilisés par Phileas Fogg…

 

Clem Vallance, de la B.B.C., propose à Michael Palin, l'un des Monty Python, "cette entreprise biscornue."

 

Le voyage est calqué "d'aussi près que possible sur celui de Phileas Fogg", ce qui implique que quelques pays ne sont pas visités. Vingt-sept chapitres et trois mois pour faire le tour du monde !

 

Michael Palin a aussi un Passepartout. Il s'agit de cinq personnes qui constituent l'équipe de tournage de la B.B.C.

 

Le titre original de ce livre est Around the World in 80 Days.

LE TEXTE :

 

Le voyage commence le 25 septembre 1988. Le décor est planté :

 

"Je quitte le Reform Club, dans Pall Mall, à Londres, cent quinze ans, trois cent cinquante-six jours et dix heures trois quarts après Phileas Fogg, par une matinée pluvieuse et étouffante. Cette nuit, j'ai dormi trois heures et demie, et la seule chose que j'envie à Phileas, c'est d'être un personnage de roman."

 

Muni de peu de bagages, Michael Palin part à la gare Victoria où il retrouve son Passepartout, c'est-à-dire les cinq personnes de la B.B.C. Ils vont prendre le Venise-Simplon Orient-Express qui n'existait pas en 1872.

 

"Ultimes adieux et vérifications de l'heure exacte du départ par deux amis, agissant en qualité de témoins. Les amis de Fogg étaient des banquiers. Les miens, MM. Jones et Gillian sont des Python."

 

Le train part pour s'arrêter à Folkestone. Pour gagner la France, ils embarquent sur "un vaisseau de soixante mille tonneaux."

 

Arrivés à Boulogne, ils montent dans les wagons. Lors du dîner, Michael Palin rencontre quelques personnes et constate que "la grande majorité des 188 passagers se répartit entre deux groupes : ceux qui se rendent à Venise pour une conférence sur les pipelines et des Américains du Midwest en voyage organisé."

Vient le moment d'aller se coucher. Tandis que "le train file vers la trouée de Belfort, […]", une journée vient de s'écouler. "[…] et pour le moment, le tour du monde est un jeu d'enfant."

 

La Suisse et le Liechtenstein sont traversés facilement mais quand ils pénètrent dans le cinquième pays, "l'affaire prend soudain mauvaise tournure." La grève des trains en Italie les oblige à se rendre à Innsbruck. Ensuite un autocar les conduit à Venise mais il faut passer les frontières et "attendre le bon vouloir des douaniers. Fogg n'avait pas ce problème."

 

"À la frontière italienne, on fait passer aux douaniers une bouteille de champagne de l'Orient-Express, qui paraît accélérer les formalités."

Enfin Venise est là et quelques instants plus tard une chambre d'hôtel.

 

Le lendemain matin, Michael Palin part "découvrir la ville depuis une barge à ordures." Façon originale de découvrir la ville avant de prendre le chemin de le Grèce.

 

En début de soirée, ils sont "à bord  du navire, après deux heures passées dans les limbes de la bureaucratie." Venise s'éloigne peu à peu.

 

 

 

 

À bord de l'Espresso Egitto, quatre-vingts passagers naviguent vers l'Égypte. La traversée doit durer quatre jours. Après avoir "suivi un dédale de coursives toutes identiques," Michael Palin rencontre M. Lalli, "le commissaire du bord." Pris d'une quitte de toux, M. Lalli déclare qu'il devrait arrêter de fumer, mais chacun calme sa nervosité comme il peut… Ses propos surprennent Michael Palin."L'idée que cette espèce de primate massif a ses moments de nervosité m'étonne autant que si j'apprenais qu'Arnold Schwarzenegger sanglote le soir, quand il n'arrive pas à s'endormir, et ce n'est pas la seule surprise que réserve M. Lalli."

 

Le voyage se poursuit doucement à dix-huit neuf (soit environ cinquante kilomètres heure). En regagnant sa cabine, Michael Palin avance sa montre d'une heure.

 

Le cinquième jour, l'Espresso Egitto approche du canal de Corinthe. Extraordinaire moment, car il s'agit de "faire passer un fil par le chas d'une aiguille." Tous les passagers assistent à cette manœuvre.

 

"L'art de négocier le canal de Corinthe est sûrement le plus difficile de tous les tours de force maritimes, une démonstration de navigation non seulement de la part du navire, mais aussi de celle du remorqueur qui nous guide et nous maintient dans l'axe, car à cette faible vitesse il nous est impossible de nous diriger nous-mêmes."

 

L'Espresso Egitto se dirige vers Athènes. Une grève attend l'équipe de Michael Palin : pas de taxi dans Athènes. Finalement, Michael Palin parvient à prendre un minibus qui le conduit au centre de la ville afin de voir les evzones  qui sont "des soldats de la garde présidentielle, à l'étrange tenue, qui patrouillent, entre autres, le monument aux morts et qui hissent le drapeau national tous les dimanches à l'Acropole." Leur uniforme se compose d'un "képi orné de glands, une tunique brodée, une jupette évasée ou fustanelle, de longs bas blancs et des sabots à pompon." Cette tenue "reflète […] le féroce orgueil national des Grecs, car elle était à l'origine celle des partisans qui luttèrent pour maintenir en vie la cause nationaliste pendant les quatre siècles d'occupation turque."

 

Le sixième jour, quelques passagers supplémentaires viennent se joindre aux autres après une escale à Héraklion, ce qui semble causer quelques tourments à M. Lalli.

 

Après un dîner de gala, Michael Palin regagne sa cabine. L'Égypte est dorénavant  à moins de trois cents kilomètres.

 

 

 

 

Nuitamment, Michael Palin est réveillé par un voisin de cabine. Comme il ne retrouve pas le sommeil, il finit par se lever et préparer ses affaires. Ensuite, il se rend sur le pont duquel il perçoit la côte nord-africaine.

 

Les formalités accomplies, Michael Palin foule le sol d'Alexandrie. Rapidement, il se retrouve "à bord d'un fiacre qui jaillit du port au galop et se lance au milieu de la circulation démente." Le trajet est périlleux mais il arrive à l'hôtel Cecil "sain (de corps, sinon d'esprit) et sauf."

 

À midi, il est à la gare Misr pour se rendre au Caire, ville extrêmement bruyante. Soudain, "une violente dispute […] [éclate] pour savoir si nous avons, oui ou non, le droit de filmer et quatre personnes échangent des hurlements, en se tenant la tête à deux mains. À les regarder faire, on pourrait croire qu'ils viennent de perdre père et mère."

 

À seize heures, Michael Palin arrive au Caire. Après avoir assisté à un match de foot, il descend à l'hôtel Windsor dans lequel rien ne fonctionne.

 

Le lendemain matin, comme lui et son équipe ont un peu de temps avant de prendre le bateau pour Suez, ils acceptent "d'aller visiter un plateau de cinéma égyptien." Un film est en tournage. Michael Palin fait la connaissance des acteurs et se voit confier "le rôle du Troisième Client au Rayon des Porcelaines." Parce qu'il a tenu son rôle "avec tant de brio", il obtient un second rôle : le "Type qui sort de l'Ascenseur."

 

Michael Palin profite de ce séjour pour visiter les pyramides de Gizeh. Il se retrouve bien vite "sur le dos d'un chameau." Pas facile d'être à l'aise sur cette monture. Mais ce lieu, hautement touristique, est aussi plein de bruit et de dispute.

 

De retour à l'hôtel, Michael Palin apprend que le bateau qu'il devait prendre à Suez ne partirait pas le lendemain, car il avait des "problèmes de moteur."

 

Finalement, il parvient à quitter Suez mais plus tard que prévu. À 14 heures, il quitte l'hôtel et prend un taxi pour Suez. Ce trajet est pénible à cause des fortes chaleurs, du bruit et de la pollution. Quand il arrive à Suez, il est déjà 17 h 45 et "les bureaux de la ligne maritime sont fermés." Michael Palin et son équipe doivent trouver une chambre. Dans cette ville, marquée par deux guerres, ils trouvent à se loger au Red Sea Hotel. Il faut maintenant attendre le lendemain…

 

 

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires