Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 10:44

Source

Entre le 28 juin et le 4 juillet 1970, Janis Joplin participe au Canada, au Festival Express. Il s’agit d’une tournée, organisée par deux promoteurs canadiens, -Ken Walker et Thor Eaton- qui doit traverser de part en part le Canada en train. Plusieurs groupes, ce qui représente environ cent cinquante personnes, sont présentes. La tournée, qui doit se dérouler à Montréal le 24 juin 1970 –jour de la fête nationale du Québec- est annulée, le maire refusant d’avoir à assumer deux événements tous deux populaires à la fois.

Lors de cette tournée canadienne, Janis Joplin est rayonnante. L’harmonie entre les musiciens et la chanteuse demeure. Janis Joplin est à l’aise sur le plan vocal.

Durant ce périple de 3 500 kilomètres, musiciens et chanteurs vivent dans une fête permanente : on boit, on fume beaucoup… Janis Joplin aussi, mais ses concerts restent à la hauteur.

Le 4 juillet 1970, aucun artiste ne veut quitter le train, la magie de ce voyage a laissé un sentiment de bonheur que tout le monde voulait voir durer. Cependant, Janis Joplin se languit de ses animaux qui sont à Larkspur.

Dans la voiture restaurant, Janis Joplin, en compagnie de Bonnie Bramlett, croise le journaliste David Dalton. La chanteuse lui explique la façon dont elle s’investit sur scène et pourquoi elle interprète le blues de cette manière.

Le 4 juillet 1970, Janis Joplin est à Seattle à l’Edgewater Inn en compagnie d’Eddie West. Ils passent une soirée durant laquelle ils s’amusent comme des enfants, pourtant, ce même soir, elle dit à Eddie West qu’elle n’atteindra jamais l’âge de trente ans.

Janis Joplin est à peine de retour chez elle, le 8 juillet 1970, qu’elle doit partir avec Lyndall Erb et son groupe pour Hawaï. Quand ils arrivent à Honolulu, ils sont tous éméchés mais détendus. Janis Joplin et son groupe parviennent à donner un concert à la hauteur à sept mille spectateurs.

Le 10 juillet 1970, Janis Joplin quitte rapidement Hawaï, annulant le show (ce qui représente une somme de quinze mille dollars), car elle veut se rendre à Austin au Texas afin d’assister aux soixante-dix ans de son ami, Kenneth Threadgill auquel elle doit tout. Lors de cette fête, elle monte sur scène et chante en solo « Me and Bobby McGee » et « Sunday Morning Comin’ Down ». Janis Joplin est heureuse.

Le 11 juillet 1970, Full Tilt Boogie et Big Brother and the Holding Company se retrouvent lors d’un concert à San Diego. Chet Helms croise Janis Joplin à l’occasion d’un concert du Greatful Dead à San Rafael. Grisée par l’alcool et de nouveau déprimée, Janis Joplin provoque, dans les coulisses, une telle bagarre qu’elle oblige Greatful Dead à interrompre le concert.

Parce qu’elle boit beaucoup, Janis Joplin a repris du poids ce qui la déprime. Ceux qui la côtoient à ce moment, ressentent vivement le sentiment de solitude qu’elle éprouve. Quelques événements la blessent : Kris Kristofferson ne lui a pas rendu visite lors de sa venue à Los Angeles ; Albert Grossman a refusé pour elle une proposition de cinéma pour le film Five Easy Pieces. Jack Nicholson, qui a donné cette information à Janis Joplin, y interprète un musicien de grand avenir qui renonce à sa vocation pour se consacrer à l’exploitation pétrolière. Or Janis Joplin est véritablement tentée par une expérience de comédienne.

Fin juillet 1970, Janis Joplin est à Los Angeles pour commencer l’enregistrement de son album, Pearl. Elle réside alors au Landmark Hotel de Hollywood. Les premiers titres enregistrés sont vraiment à la hauteur, ce qui met en joie Janis Joplin. Paul Rothchild, qui vient de quitter les Doors dont il était producteur, s’occupe de cet album. Non seulement Paul Rothchild est emballé par la personnalité de Janis Joplin, mais aussi par le talent de la chanteuse.

D’ailleurs cette admiration est réciproque. Paul Rothchild, qui est aussi un amateur de littérature, parvient à convaincre Janis Joplin, de temps à autre, de réduire le nombre de concerts et sa consommation d’alcool.

Le 31 juillet 1970, Janis Joplin est à New York au Chelsea Hotel où vient la rejoindre Myra Friedman. Elle doit donner un concert au Forest Hills Stadium, dans le Queens. Janis Joplin apparaît en pleine forme. Le prochain spectacle et l’enregistrement de son nouvel album en sont, entre autres, la cause.

Seth Morgan, plus jeune que Janis Joplin, est de nouveau dans sa vie. Ce jeune diplômé de Berkeley est suffisamment habile pour faire croire à Janis Joplin qu’il n’est ni intéressé par la gloire de la chanteuse, ni par son argent. Sans scrupule, Seth Morgan est d’abord un dealer et ensuite un dragueur impénitent. Il n’évitera pas à Janis Joplin de rechuter dans l’héroïne. Janis Joplin est donc sous le charme et totalement naïve. Il faut dire que Seth Morgan sait se montrer subtile en réglant, par exemple, quelques fois les notes de restaurant, Janis Joplin étant habituée à des gens qui vivent à ses dépens. Seth Morgan est donc très intéressé, mais Janis Joplin, trop amoureuse, est si aveuglée qu’elle ne peut s’en rendre compte. Seth Morgan s’installe rapidement dans la maison de Janis Joplin à Larkspur, tandis que Janis Joplin reprend le chemin de Los Angeles pour poursuivre l’enregistrement de son album. Seth Morgan profite de l’absence de la chanteuse pour recevoir de nombreuses femmes dans la maison de Janis Joplin, et ce, sans se cacher.

Quand ils sont ensemble, ils parlent mariage, voyage de noce. Seth Morgan tente de lui montrer le côté positif d’une vie de famille. Si Janis Joplin est sous le charme de ce beau parleur, ce n’est pas le cas de son entourage, en particulier Peggy Caserta, qui a bien compris que Seth Morgan était avant tout un manipulateur doué. Comme les liaisons de Janis Joplin ne durent jamais longtemps, tout le monde attend que cela passe…

Le 1 er août 1970, le concert du Forest Hills doit être reporté. Toutes les places n’ont pas été vendues et l’orage qui a éclaté, fait fuir le public.

Comme le soir du concert, Janis Joplin a consommé de la cocaïne et de l’alcool, les effets de ces substances limitent sa voix. Toutefois comme le groupe assure, le public est sous le charme. Après ce concert, Janis Joplin déprime de nouveau et se donne huit mois et demi –elle vient de voir le film de Federico Fellini, Huit et demi- pour voir les choses aller mieux, sinon elle arrêtera.

Le 3 août 1970, Janis Joplin fait sa dernière apparition à la T.V. lors du Dick Cavett Show. Même si Janis Joplin interprète brillamment Try (Just a Little Bit Harder), elle répond avec difficultés aux questions qui lui sont posées. Elle déclare qu’elle participera à Port Arthur, à la réunion pour fêter les dix ans de son départ du lycée. Or cette ville demeure le lieu où elle fut souvent un sujet de risée, son ressentiment est donc grand !

Le 4 août, Janis Joplin est avec Emmett Grogan qui l’a emmenée dîner. Rip Torn et Geraldine Page, tous deux acteurs, sont présents. Cette dernière impressionne beaucoup Janis Joplin.

Les concerts reprennent. Janis Joplin chante devant 18 000 spectateurs dans l’Illinois au Ravinia de Highland Park. Le 6 août, elle est à New York au Shea Stadium pour le Peace Festival et chante devant vingt mille personnes. Il s’agit d’un concert gratuit pour la cause pacifique. Mais l’ordre de passage des groupes pose problème et donne lieu à une véritable foire d’empoigne !

Le 8 août 1970, Janis Joplin et Full Tilt Boogie sont en concert au Capitol de Port Chester qui se trouve dans l’Etat de New York. Rip Torn et Geraldine Page, qui ont été invités, assistent pour la première fois à un concert de Janis Joplin. Geraldine Page est impressionnée par la prestation de la chanteuse.

Janis Joplin continue de déprimer, quelques-uns de ses concerts sont menacés, les promoteurs étant devenus méfiants. Pourtant son sens de l’humour demeure et surprend toujours ceux qui la côtoient.

Lorsqu’elle revoit Kris Kristofferson, Janis Joplin lui déclare qu’elle risque de reprendre de l’héroïne. Elle évoque plusieurs fois l’idée du suicide ajoutant qu’à ce moment-là, elle sera seule. Janis Joplin demande alors à Myra Friedman d’écrire un livre sur elle. Son amie accepte.

Le 12 août 1970, Janis Joplin donne son dernier concert au Harvard Stadium de Cambridge, non loin de Boston. Trente mille spectateurs sont présents. L’ambiance est tendue, et ce, pour trois raisons. La foule est nombreuse, ce qui implique une police sur la défensive. La ville vient, en effet, de connaître de violentes manifestations d’étudiants. Une course contre la montre s’engage dès le début de la journée, la sono ayant été dérobée deux fois.

Lorsque Janis Joplin monte sur scène, la tension est à son plus haut point, mais la chanteuse apparaît sidérante de fougue et de sensibilité.

Le 13 août, Janis Joplin se rend au Texas. Elle revient à Port Arthur afin d’assister à la réunion d’anciens élèves. Il s’agit de fêter le dixième anniversaire de la promotion 1960 du lycée Thomas Jefferson.

Janis Joplin donne une conférence de presse à l’hôtel Goodhue. Tout de suite, elle dit que les mentalités n’ont pas beaucoup changé depuis qu’elle a quitté Port Arthur. N’ayant pu avoir une vodka, qui, selon le serveur, est une boisson  pour sympathisants communistes, Janis Joplin n’hésite pas à dire tout ce qu’elle pense. Elle ridiculise donc sa ville et les environs et s’en prend à ses anciens congénères –elle avait été déclarée « le mec le plus moche du campus-, bref elle se venge de son passé.

Sur la photographie de groupe, Janis Joplin est habillée dans le style bohémienne hippie –boas et colifichets en nombre-, ce qui contraste avec les vêtements des autres hommes et femmes.

Quelques amis ont accompagné Janis Joplin : John Cooke, Bobby Neuwirth et John Fischer. Cela permet à la chanteuse de prouver qu’elle est dorénavant une star adulée, désirable, fait qui tranche avec son passé scolaire durant lequel elle fut toujours rejetée, humiliée. Elle met d’ailleurs en avant toutes les différences qui peuvent trancher avec son passé, et pour se faire, sort le grand jeu !

Alors qu’on lui demande de chanter, elle répond qu’elle réclame un cachet de cinquante mille dollars par concert !

Le lendemain, quand elle apparaît à la T.V. locale, Janis Joplin dit à nouveau qu’elle méprise les gens de Port Arthur. Elle a aussi quelques phrases ambiguës au sujet de sa famille. Elle ajoute aussi que dès son départ du Texas, elle n’a plus jamais autant souffert. Elle conclut en disant que, une telle adolescence ne pouvait que faire d’elle une chanteuse de blues ! Tous ses propos seront repris dans les journaux  qui ne manqueront pas de critiquer la chanteuse. Les parents  de la chanteuse auront droit à quelques appels téléphoniques déplaisants suite aux interventions de leur fille.

Janis Joplin se rend avec ses amis dans plusieurs bars. Au Channel Club, elle écoute Jerry Lee Lewis qui chante sur scène. Puis elle se bat avec le rocker qui a eu une remarque désobligeante à son égard et à l’égard de sa sœur, Laura.

Ses quelques péripéties menées ici et là à Port Arthur humilient la famille Joplin qui est soulagée de voir Janis quitter la ville. Après s’être disputés au Texas, tous se réconcilient au téléphone, quand Janis Joplin est à Larkspur.

Les derniers jours d’août, Janis Joplin se confie à Myra Friedman. Elle lui raconte que lors de sa venue à Port Arthur en 1969, elle est allée à la messe, non pas parce qu’elle était soudain croyante, mais parce que ses parents ayant accepté sa façon de vivre, il semblait naturel à Janis Joplin de rendre la pareille. Janis Joplin poursuit en expliquant que les hippies sont des imposteurs qui ont critiqué le lavage de cerveau subi de la part de leurs parents, mais qui ont agi de la même façon, puisqu’ils n’acceptent aucun mode de vie que le leur. Cette désillusion du mouvement hippie semble être partagée par d’autres personnes que Janis Joplin. Les grandes espérances sont loin !

Alors que Janis Joplin et Myra Friedman sont transportées en voiture, la chanteuse est prise de vomissements, ce qui inquiète grandement Myra Friedman. Les deux femmes se parleront encore quelques fois au téléphone mais c’est la dernière fois qu’elles se voient. Toby Ben prévient aussi Myra Friedman du seul danger que risque Janis Joplin : la mort. Ses propos surprennent beaucoup Myra Friedman qui pense que Toby Ben exagère. Mais elle ignore alors que sous l’influence de Peggy Caserta, Janis Joplin consomme de nouveau de l’héroïne, ce dont devaient être au courant quelques-uns de ceux qui se trouvaient en Californie.

Début septembre 1970, Janis Joplin retourne aux studios Sunset Sounds à Los Angeles pour poursuivre ses enregistrements. Seth Morgan, lui, prend ses aises à Larkspur et ne vient rejoindre Janis Joplin au Landmark Hotel que les week-ends. Quand il est à San Francisco, il est trop occupé par son trafic !

Dans ce même hôtel, Janis Joplin retrouve ses musiciens et des amis, John Cooke, Phil Badella et Vince Mitchell.

Entre chaque séance d’enregistrement, la chanteuse déprime, même si parfois, Peggy Caserta vient la rejoindre.

À cette époque, cet hôtel est un véritable repaire pour toxicomanes. Les dealers s’y trouvent donc aussi et vendent leur marchandise, surtout à des artistes dont la plupart sont sous dépendance !

Le stress de l’enregistrement aidant, le projet de mariage qui trotte toujours dans la tête facilitent la prise d’héroïne. Janis Joplin y succombe en se persuadant que ce n’est que passager ! Pourtant, depuis le printemps, Janis Joplin ne consommait plus que de l’alcool. Il est vrai aussi que l’overdose de son amie, Nancy Gurley et l’effacement de Linda Gravenites l’avaient beaucoup touchée. Mais la pression semble trop forte pour Janis Joplin.

Kris Kristofferson, dont elle va enregistrer « Me and Bobby McGee », s’inquiète pour elle, mais semble être le seul ! Il tente quelque chose, mais rien n’aboutit. Il faut dire que si sa carrière est en plein boom, il connaît aussi des problèmes avec l’alcool.

Janis Joplin ne voit que son album, dont huit chansons sont déjà totalement enregistrées. Comme il reste de la place pour deux titres, elle demande à Nick Gravenites de venir la rejoindre rapidement afin de lui composer deux titres. Ce dernier lui propose alors « Buried Alive in the Blues » sur lequel il travaille encore. Le projet plaît.

Nick Gravenites, qui est un proche de Janis Joplin, constatant qu’elle boit beaucoup et qu’elle se drogue, essaie de raisonner la chanteuse, mais en vain. Il réalise qu’il n’y a plus rien à faire.

FIN DE LA HUITIEME PARTIE

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Art : musique
commenter cet article

commentaires