Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 10:48

Source

En août 1969, Janis Joplin se rend donc au White Lake et Bethel afin de participer au Woodstock Music and Art Fair. Organisé par quatre hommes, John Roberts, Joel Rosenman, Mike Lang et Artie Kornfeld, le festival de Woodstock se déroule à Bethel. Nous sommes loin, en esprit, du festival de Monterey de 1967. Il n’est plus question d’esprit glorieux et fraternel ! L’industrie musicale et les imprésarios sont bien présents et demandent des cachets impressionnants : jusqu’à 18 000 dollars pour Jimi Hendrix !

Lors cette fête qui doit durer trois jours –presque ininterrompus- les groupes californiens vont encore dominer l’événement. Plus de 500 000 spectateurs, dont bien peu auront payé les dix-huit dollars du billet d’entrée pour ces trois jours, se retrouvent sur ce lieu mouillé par une pluie abondante menant la vie qu’ils aiment. Certains, au milieu de cet univers musical, s’adonnent au vagabondage sexuel, d’autres à la drogue, d’autres encore à l’amour. L’Amérique découvre cette liesse collective qui ne fait que surprendre.

Malgré le mauvais temps et une organisation chaotique, la musique jouée à Woodstock, sera connue dans le monde entier. Toute cette jeunesse se retrouve là, sans police et sans adultes pour les surveiller. Les spectateurs voient sur scène des musiciens et des chanteurs qui ont plus ou moins leur âge. De nombreux artistes rock sont présents, quelques-uns vont d’ailleurs tirer leur épingle du jeu : Country Joe McDonald, Santana, Joe Cocker, Ten Year After.

Janis Joplin, hélas, ne donnera pas le meilleur d’elle-même à Woodstock. Comme il faut attendre longtemps dans la zone réservée aux artistes, Janis Joplin tue les heures qui passent en consommant des alcools et de l’héroïne. Elle monte sur scène avec une demi-journée de retard. Elle est alors dans un état second. Il faut l’aider pour qu’elle entre sur scène. Elle ne sait pas où est le public, sa voix est faible et hésitante. Janis Joplin se sent perdue, et ce, d’autant plus que Sam Andrew vient de partir. Les musiciens ne sont pas à la hauteur non plus : les cuivres dominent tout. Nous sommes loin de la magie du Monterey Pop Festival !

Albert Grossman, au vue de la prestation de Janis Joplin, refuse que le concert du groupe figure dans le film de
Michael Wadleigh.

Après Woodstock, Janis Joplin retourne à New York et séjourne au Chelsea Hotel avec Peggy Caserta.

Ce même année, le Wild West Festival, prévu le 22 août, est annulé, de nouvelles lois et taxes d’assurance ayant rendu compliquées l’organisation de ce genre de grandes manifestations musicales.

Le mouvement hippie voit aussi son image s’assombrir considérablement. Cherchant à se venger du producteur Terry Melcher –qui n’a pas voulu s’occuper de lui comme artiste- et de l’actrice Candice Bergen qui ont déménagé quelques semaines plus tôt, Charles Manson parvient à convaincre quatre de ses adeptes de mutiler et d’assassiner les habitants de la maison située à Benedict Canyon. L’actrice Sharon Tate, épouse de Roman Polanski, enceinte de huit mois, est sauvagement assassinée avec les autres occupants de la maison.

Ce rituel macabre, commis par les adeptes de Charles Manson, n’est, hélas, pas un acte isolé. Ces crimes démoniaques, qui ont souvent un caractère raciste, serviront à discréditer non seulement le mouvement hippie mais aussi la musique rock, Charles Manson ayant déclaré avoir été influencé par des paroles de chansons. Il est vrai aussi que l’horreur de ces crimes troublera beaucoup d’adeptes dans les communautés. Le déclin du mouvement hippie est inévitable, et ce, d’autant plus que certains réalisent que le projet hippie n’était qu’une utopie. S’ajoute à cette triste réalité peu à peu acceptée, la connaissance des premières études réalisées sur le L.S.D. A partir de ce moment, une grande majorité de ces jeunes reprend le chemin de la sécurité, du confort et du travail régulier.

Le film Easy Rider, sorti en 1969, illustre très bien la fin de ce mouvement. La mort de l’écrivain, Jack Kerouac en octobre de la même année signe, avec le concert du 6 décembre 1969 des Rolling Stones pendant lequel les Hell’s Angels tuèrent un spectateur noir, la fin de cette période. D’ailleurs en 1970, les mouvements beat et hippie ont quasiment disparu.


George, le chien de Janis Joplin, est volé, ce qui affecte beaucoup la chanteuse. Elle achète à Larkspur une maison située au fond d’une impasse. Elle s’y installe en décembre 1969 en compagnie de sa gardienne, quelques animaux et de nombreux amis, vrais ou faux !


Janis Joplin demande à Linda Gravenites de quitter Londres et de venir la rejoindre dans ce lieu dont elle souhaite faire un nouveau départ. Janis Joplin semble, en effet, résolue à tourner la page. Mais en fait, Janis Joplin appelle Linda Gravenites au secours. La chanteuse est toujours effrayée par l’idée du vide et de se retrouver face à elle-même. Elle continue de se droguer.


Pendant l’été 1969, Janis Joplin part faire du camping avec quelques-uns de ses partenaires de tournée. Cependant, ces moments de liberté sont entrecoupés d’un concert à l’université du Texas.

Sam Andrew assiste à un concert de Janis Joplin au Hollywood Bowl, mais il quitte le spectacle avant la fin, persuadé, entre autres, que le nouveau guitariste lui a volé son « léché » de guitare. Sam Andrew ne parvient toujours pas à comprendre pourquoi Janis Joplin l’a obligé à quitter ce groupe.


A l’automne, la chanteuse fait une nouvelle conquête : le batteur Paul Whaley, fondateur du groupe Blue Cheer.

Le 15 novembre 1969, Linda Gravenites quitte Londres pour New York où elle va retrouver Janis Joplin. Linda Gravenites, qui est une véritable amie, sait que Janis Joplin prend toujours de la drogue. Elle désire l’en éloigner, les autres proches de Janis Joplin ayant échoué jusqu’à présent. En plus Albert Grossman ferme les yeux pourvu que les disques se vendent !


Linda Gravenites est consternée de voir le nombre d’amants et de maîtresses d’un soir de Janis Joplin. Toutefois, les deux femmes sont heureuses de se retrouver. Linda Gravenites confectionne même de nouveaux vêtements pour Janis Joplin pour le concert prévu au mois de décembre au Madison Square Garden.


Le 16 novembre 1969, Janis Joplin se fait arrêter sur scène –pour propos obscènes en public-  en Floride juste après la fin du concert dans les coulisses du Curtis-Hixon Hall de Tampa. Il faut dire que le public est particulièrement agité et que les forces de l’ordre sont sur les dents. En plus, Janis Joplin ne veut rien dire au micro pour calmer la foule. La police monte sur scène pour mettre fin au spectacle, ce qui exaspère Janis Joplin qui emploie un langage très fleuri à l’attention de la police.


Le 20 novembre 1969, Janis Joplin, accompagnée de son avocat Herbert Goldburg, se rend au quartier général de la police à Tampa. Le règlement de la caution calme quelque peu l’incident mais les conséquences seront inévitables : plusieurs programmateurs ne souhaitant pas avoir des ennuis avec la police, annulent des engagements pris avec Janis Joplin et Jim Morrison, autre artiste à problème. Tous deux sont d’ailleurs de plus en plus connus pour leur alcoolisme et leurs nombreuses provocations.


Quelques jours plus tard, Janis Joplin est de nouveau à New York. Aidée de Myra Friedman et d’Albert Grossman, Linda Gravenites, entreprend ce qu’il faut pour parvenir à sauver Janis Joplin de la drogue. La chanteuse réagit d’abord violemment puis accepte de consulter un endocrinologue.


Le 27 novembre, lors du concert des Rolling Stones au Madison Square Garden de New York, Janis Joplin chante en duo avec Tina Turner. Peu après elle participe au festival rock de West Palm Beach.


Le 9 décembre 1969, Janis Joplin entre dans le cabinet du docteur Ed Rothchild à l’institut Sloan Ketelring. Janis Joplin explique au médecin que la drogue a des effets calmants sur elle, ce qui implique que son usage lui est indispensable. Le médecin  est surpris par l’attitude de la chanteuse dont l’intelligence est redoutable mais les émotions enfantines. Comme elle parle beaucoup, le médecin parvient à lui faire avouer qu’elle a déjà fait six overdoses entre juillet 1968 et décembre 1969.


Janis Joplin subit plusieurs tests puis est mise sous Dolophine (médicament proche de la méthadone), mais elle ne prend ce traitement que deux semaines. Elle accepte aussi de consulter un psychologue de San Francisco.

Janis Joplin continue de créer des mini-scandales ici ou là. Elle fréquente alors l’acteur Michael J. Pollard qui a joué dans Bonnie and Clyde. Elle passe aussi de nombreuses après-midi à boire au Anxious Asp sur Green Street.

Mi-décembre, Janis Joplin et son groupe jouent à Nashville. Elle chante pour la première fois, la chanson de Kris Kristofferson « Me and Bobby McGee ». Ensuite le groupe retourne à New York.


Le 19 décembre, au Madison Square Garden, Janis Joplin et le Kozmic Blues Band donnent leur dernier concert de l’année et ensemble. 17 000 personnes, qui ont payé leur place, assistent à ce show quelque peu décevant, l’acoustique étant médiocre. Quelques amis sont présents : Michael Pollard, Bobby Neuwirth et Linda Gravenites.

Le 20 décembre 1969, après ce concert, Janis Joplin prend l’avion pour la Californie. Elle va pouvoir, lors de ses vacances, décorer sa maison. Elle songe aussi à créer un nouveau groupe. Le Kozmic Blues Band n’a plus de raison d’être.

Elle se donne trois semaines pour aménager sa maison. Fin décembre, Janis Joplin pend la crémaillère. Lors de cette fête, alcool et produits illicites sont consommés. Parmi ces trois cents invités se trouvent les membres de Big Brother and the Holding Company, mais sans Sam Andrew qui n’a pas souhaité venir.


Janis Joplin avoue à James Gurley qu’elle veut se débarrasser des musiciens du Kozmic Blues Band.

Ce même mois, Janis Joplin est sacrée « meilleure chanteuse pop » par la revue Jazz and Pop.


Janis Joplin fait appel à Lyle Tuttle afin qu’il lui fasse plusieurs tatouages. Peu de femmes en portent à l’époque. Cet homme, très connu, tatoue la formule One for the boys, un petit cœur rouge sur le sein gauche, une fleur sur le talon droit et un bracelet florentin tricolore sur le poignet gauche.


Après cette grande fête, Janis Joplin se retrouve seule dans sa grande maison. Elle fréquente alors les bars où elle reste parfois jusqu’à la fermeture. Linda Gravenites ne suit pas son amie sur ce chemin. Elle commence à déprimer, car les errements de Janis Joplin sont devenus un poids pour elle. Janis Joplin, réalisant que son amie va mal, lui propose de partir ensemble en vacances à Rio pour le carnaval.

 

FIN DE LA SIXIEME PARTIE

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Art : musique
commenter cet article

commentaires