Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 10:10

Source

Janis Joplin et Big Brother and the Holding Company sont à New York pour des concerts.
Ils séjournent au Chelsea Hotel, lieu dans lequel ils reviendront plusieurs fois.

 

Janis Joplin rencontre Myra Friedman -sa première biographe- qui travaille depuis peu avec Albert Grossman. Cette femme, originaire du Missouri, ne comprend absolument pas ce qui se passe sur la côte Ouest des Etats-Unis.

 

Lors de leur première rencontre, Myra Friedman est touchée par la vulnérabilité de Janis Joplin. Elle perçoit d'emblée à quel point Janis Joplin est un être blessé qui parvient à s'imposer malgré sa timidité.

 

Quelques jours plus tard, Janis Joplin a une nouvelle dispute avec Jim Morrison. Ce dernier, bien éméché, provoque Janis Joplin. Ils se battent vigoureusement, il faut les séparer.

 

Au Chelsea Hotel, Janis Joplin, qui éprouve un sentiment de solitude profond, rencontre Leonard Cohen, lui aussi en mal de vivre. Originaire du Canada, ce chanteur, qui est aussi un écrivain, a enregistré un album durant l'été 1967, Songs of Leonard Cohen. Le producteur de cet album, qui est John Simon, sera aussi le producteur de Cheap Thrills, l'album de Janis Joplin et de Big Brother and the Holding Company.

 

Après s'être croisés plusieurs fois dans l'hôtel, Janis Joplin et Leonard Cohen finissent par se retrouver seuls une nuit. Leur solitude mutuelle les réunit. Ils échangent quelques propos. Cette brève liaison marque suffisamment Leonard Cohen qui écrira, quelques années plus tard, une chanson évoquant ce moment. "Chelsea Hotel #2" est sur l'album New Skin for the Old Ceremony. Toutefois, ce n'est qu'en 1994, que Leonard Cohen annoncera que Janis Joplin était le sujet de ces paroles.

 

À cette époque, Janis Joplin consomme de l'héroïne souvent après avoir fait l'amour.

 

Le 17 février 1968, à l'Anderson Theater, Big Brother and the Holding Company se produit. Il s'agit de leur premier concert à New York. En première partie est prévu B.B. King. En l'entendant répéter, Janis Joplin éprouve de nouveaux doutes et ne se sent pas à la hauteur de celui qu'elle entend. Soudain, elle se sent vieillie et grossie.

Comme toujours, elle se console et calme aussi son anxiété chronique dans l'alcool dont la consommation peut aller jusqu'à deux bouteilles par jour. En plus des bouteilles de Southern Comfort, Janis Joplin prend du librium ou de la méthadone. De plus en plus souvent, Janis Joplin passe de l'alcool et des sédatifs à l'héroïne aux effets plus apaisants. Mais cette dernière ne lui permet que, de façon totalement trompeuse, de lutter contre la douleur de vivre. Cette situation irrite d'ailleurs profondément Linda Gravenites qui en fait part à Janis Joplin.

 

Janis Joplin ne parvient pas à composer avec la gloire dont elle est l'objet et qui la plonge, de façon perverse, dans une anxiété qui ne cesse d'augmenter.

 

Le concert que le groupe s'apprête à jouer, est donc capital. Peter Albin et Janis Joplin choisissent l'ordre d'interprétation des morceaux. Le concert peut alors débuter.

Malgré une dégaine loin d'être conforme à l'attente du public new-yorkais, Janis Joplin réussit à impressionner fortement le public, entre autres, avec "Summertime" et "Piece of My Heart." Le groupe, qui a droit à quatre rappels, rencontre donc le succès !

 

Le public et les journalistes, judicieusement choisis par Albert Grossman et C.B.S., ont surtout été impressionnés par la prestation de la chanteuse. En plus les entrevues accordées par Janis Joplin, sont souvent de  grands moments.

 

Après ce concert, les cachets du groupe sont multipliés par dix !

 

Après New-York, le groupe est demandé ici et là, et ce, aussi bien dans les clubs que les collèges et universités.

 

Les nombreux voyages qui provoquent de la fatigue, les répétitions, les concerts, les fans de plus en plus nombreux, la solitude dans la chambre d'hôtel, tout ceci ne convient pas à Janis Joplin qui choisit de se tourner vers des paradis qui ne sont pas sans danger et qui sont surtout un réconfort illusoire. En plus, Janis Joplin éprouve un sentiment d'isolement parmi ses musiciens. Il est vrai aussi que cet univers musical reste fortement masculin : trivialité et machisme  tiennent encore une grande place.

 

Janis Joplin éconduit ses amants dès qu'une relation semble devenir sérieuse. Elle estime que cela est incompatible avec les tournées qu'elle doit faire. Janis Joplin doit donc agir en homme parmi les hommes. Elle sait qu'une vie familiale est impossible pour elle, ce qui n'est pas le cas des hommes.

 

La chanteuses enchaîne donc les conquêtes d'un soir, ce qui la laisse encore plus seule. Pourtant elle parvient à songer à son prochain disque.

 

Le 8 mars 1968, Big Brother and the Holding Company et Janis Joplin sont présents à la soirée d'inauguration du Fillmore East de New York à laquelle participent aussi Albert King et Tim Buckley.

L'événement attire du monde et Janis Joplin est réclamée par plusieurs journalistes : son phrasé rebelle et parfois viril plaît beaucoup à la presse. C.B.S. réalise qu'il faut lancer le nouvel album du groupe.

 

Le groupe revient, pour quelques jours, à San Francisco afin de se rendre à une fête qui a lieu au Carrousel Ballroom en l'honneur des Hell's Angels.

 

À partir du 19 mars 1968, les séances d'enregistrement de Cheap Thrills doivent débuter au Studio E de Columbia à New York. Mais cet enregistrement s'éternise, ce qui mécontente C.B.S. ! C'est pourquoi, C.B.S. charge alors John Simon, peu tourné vers le compromis, de s'occuper de tout cela. En fait, cette idée vient d'Albert Grossman qui désire, avant tout, faire de Janis Joplin une chanteuse solo. Il espère donc que John Simon créera une certaine zizanie au sein du groupe.

 

Alors que le groupe est spontané et enthousiaste, John Simon est méticuleux et élitiste : tout les sépare !  Janis Joplin réalise rapidement que cet enregistrement sera plus délicat que prévu. La tension entre Big Brother and the Holding Company et Janis Joplin va grandissante.

 

Mi-avril 1968, deux titres seulement sont achevés. Le groupe, qui ne parvient pas à s'habituer au travail méticuleux en studio, prend en même temps conscience que les choses sont en train de changer. En plus, les musiciens, à qui l'on a fait écouter les enregistrements, savent déjà qu'ils ne pourront rendre une telle justesse sur scène. Ce fait ne fait qu'augmenter le malaise. Les défauts que l'on peut accepter sur scène, ne sont pas tolérables lors d'enregistrements. L'écart se creuse encore entre les musiciens et la chanteuse.

 

Même si Janis Joplin se console dans l'alcool, elle désire à tout prix réussir cet album. Elle travaille et s'investit pleinement. Elle vise avant tout la précision.

 

Après un concert dans Greenwich Village avec B.B. King début avril, Big Brother and the Holding Company se rend à San Francisco afin de répéter. Ensuite,  ils repartent pour Hollywood aux studios Columbia pour terminer l'enregistrement de l'album. Le groupe est fatigué, seule Janis Joplin reste motivée.

 

Le 12 et 13 avril, Big Brother and the Holding Company est engagé pour jouer au Winterland de San Francisco. Ces deux concerts, qui ont été enregistrés, ont été bénéfiques pour tous.

 

Fin avril, Janis Joplin, dans une lettre adressée à Linda Gravenites, demande à son amie de trouver une maison vers Mills Valley. Mais Linda Gravenites trouve seulement un appartement au dernier étage, au 892 Noe Street non loin de Haight-Ashbury. Janis Joplin se construit là une espèce de cocon protecteur.

 

Janis Joplin se rend aussi fréquemment dans les librairies. Elle lit beaucoup, des biographies en particulier.

 

Janis Joplin restera dans cet appartement jusqu'en décembre 1969, année où elle achète une maison. Linda Gravenites est partie quelques mois plus tôt, lassée et angoissée par les éternels excès de la chanteuse : fêtes trop nombreuses et alcool.

 

Au mois de juin, plusieurs articles de presse sont publiés sur la chanteuse : tous lui sont favorables. Une séance de photographies, que nous devons à Richard Avedon, est aussi organisée.

 

De nouveaux enregistrements sont réalisés durant lesquels les tensions sont de plus en plus perceptibles. En plus Albert Grossman est agacé par l'attitude des membres du groupe qui refusent que l'on fasse appel à d'autres musiciens. Ce comportement dérange aussi Janis Joplin qui désire pousser plus loin dans le domaine de l'expérimentation musicale. Janis Joplin sait pertinemment que le groupe finira par se séparer. Il est vrai aussi qu'Albert Grossman, qui désire toujours faire de Janis Joplin un artiste solo, cherche à l'en convaincre, ce que les musiciens ont très bien compris.

 

La presse, préparée par Albert Grossman, présente le nouveau disque comme étant le premier du groupe, le précédent étant totalement oublié !

 

En août 1968, lorsque sort le disque Cheap Thrills, Myra Friedman et Bert Block, qui travaillent avec Albert Grossman, obtiennent une promotion.

 

La pochette du disque a été dessinée par Robert Crumb. Choisi par les membres du groupe, Robert Crumb est, entre autres, l'auteur de Fritz the Cat. Le groupe est fan de ce dessinateur qui leur a fait une pochette double sur laquelle on voit une photographie du groupe sur la scène du Fillmore East. Du projet soumis par Robert Crumb, les musiciens ont choisi le verso de la maquette. Tout le monde a adoré sa propre caricature : Janis Joplin est une blonde plantureuse, James Gurley a un œil de cyclope sur le front, Peter Albin est en pleine énucléation.

Ces dessins sont acceptés par C.B.S. et Albert Grossman grâce à Janis Joplin qui doit cependant faire une concession au sujet du titre de l'album : Dope, Sex and Cheap Thrills (i.e. "dope, sexe et frissons au rabais") devient Cheap Thrills. Cette formule provient d'un film antimarijuana, quelque peu maladroit, réalisé en 1936.

 

Quelques reproches sont tout de même fait à l'album : Janis Joplin utilise une "voix nègre" qui est pourtant la sienne à l'état naturel. Janis Joplin, toujours en proie aux doutes quant à sa voix et son talent, est blessée par la critique.

 

Cet enregistrement aura duré de la mi-mars à la fin de mai 1968, seules les parties vocales de Janis Joplin ont pu être enregistrées en trois ou quatre prises, les parties instrumentales ayant demandé plus de prises.

 

La presse ayant préparé l'événement avec l'aide de l'équipe d'Albert Grossman, les précommandes de disques ont été fort nombreuses. C.B.S. veut avant tout vendre ce disque, qui, malgré quelques défauts, est meilleur que le précédent.

Cet album est un vrai faux live puisque prises en studio et captures directes en concert sont mêlées.

Sept titres figurent sur l'album, le plus long dure plus de neuf minutes, comme cela peut être le cas lors d'un concert. Cet album met en avant les progrès de tous et surtout offre un répertoire plus élaboré.

 

Cheap Thrills commence avec "Combination of the Two" qui est chanté par Sam Andrew. Il est suivi de "I Need a Man to Love", titre né d'une improvisation en coulisses et signé Janis Joplin et Sam Andrew.

"Summertime" est le troisième morceau. Il s'agit d'une reprise de George Gershwin et de DuBose Heyward.

"Piece of my Heart" qui est le quatrième morceau, est aussi une reprise de Jerry Ragovoy et Bert Berns.

"Turtle Blues", qui est signé de Janis Joplin, est une chanson autobiographique. Une rudesse de façade cache la fragilité de Janis Joplin. Cette dernière tente de masquer ce qui la dérange et qui la fait souffrir. C'est pourquoi elle s'imagine en tortue.

Les deux derniers morceaux de l'album sont "Oh Sweet Mary" qui est la seule composition de tous les membres du groupe. Mais il s'agit d'une variante de "Coo-Coo" qui était un titre figurant sur l'album précédent. Comme Big Brother and the Holding Company avait dû céder les droits à Bob Shad, le groupe a changé non seulement le titre mais aussi les paroles.

"Ball and Chain" clôt l'album. Il s'agit d'une reprise de Big Mama Thornton. Ce morceau de neuf minutes permet à Janis Joplin de vivre ce blues en exprimant une profonde mélancolie. En plus cette version longue rappelle les improvisations grâce auxquelles le groupe avait rencontré le succès sur scène.

 

Le 3 août 1968, le groupe se produit au Fillmore West de San Francisco avec les Staple Singers en première partie. Il s'agit d'un groupe de soul et rhythm'blues de Chicago comprenant le père et ses trois filles.

Janis Joplin, toujours aussi peu sûre d'elle, estime qu'elle ne parviendra jamais à chanter de la même façon qu'eux. Cette manie perpétuelle de songer à l'échec la pousse vers l'alcool et l'héroïne dont elle redoute pourtant les effets.

 

Tournées et répétitions avant les concerts continuent de fatiguer Janis Joplin qui doute toujours et broie facilement du noir.

 

Cheap Thrills sort fin août 1968 et devient numéro 1 au Billboard trois mois après sa sortie. Un million de copies sont vendues en un mois ! L'album sera premier huit semaines durant et restera dans le Top 100 pendant soixante-six semaines.

La critique, en grande majorité, est enthousiaste.

En septembre 1968, C.B.S. annonce la séparation du groupe. Albert Grossman a pris la décision à partir des articles de presse qui ont mis en avant les prouesses vocales de la chanteuse.

Janis Joplin, à qui Albert Grossman conseille de s'entourer de musiciens plus habitués au travail en studio, souffre d'avoir à se séparer du groupe. La situation devient rapidement invivable entre les musiciens et la chanteuse. Cependant la séparation aura lieu dans une relative douceur. Le groupe et Janis Joplin travaillent encore ensemble jusqu'à la fin de l'automne.

 

Malgré le succès, Janis Joplin doute et craint l'avenir, même si elle sait pouvoir gagner plus d'argent. En plus les critiques de certains journalistes envers Janis Joplin ont blessé la chanteuse.

 

En septembre 1968, poussée par Albert Grossman, Janis Joplin accepte donc de quitter le groupe et le leur en fait part. Elle fait cette annonce dans une chambre au Chelsea Hotel. Tous s'y attendaient mais le vivent mal. Il est vrai aussi que depuis plusieurs mois, le groupe n'a pas écrit de nouveaux textes.

Janis Joplin sait cependant qu'elle ne retrouvera plus cette même complicité avec d'autres musiciens.

 

Si Peter Albin, le fondateur du groupe se sent trahi par la chanteuse, les autres musiciens éprouvent une espèce de soulagement. Le talent de Janis Joplin devenait trop lourd à porter pour les musiciens et remet en cause l'équilibre du groupe.

 

Sam Andrew accepte d'être le guitariste de Janis Joplin dans sa nouvelle formation. Il est vrai qu'elle est très proche de lui et qu'il a souvent été son confident.

James Gurley choisit de faire une pause, tandis que Peter Albin et David Getz décident de poursuivre l'aventure en débauchant deux musiciens de New Riders of the Purple Sage.

Cependant, Big Brother and the Holding Company est encore en contrat avec C.B.S. pour deux albums qui se feront en 1970 et 1971.

 

Albert Grossman est persuadé d'avoir fait le bon choix en ne gardant que Janis Joplin.

La chanteuse se présente dorénavant comme la première star féminine du rock, mais demeure malgré tout complexée par son physique. Elle continue aussi de s'intéresser à toutes les nouveautés vestimentaires. Plus elles sont excentriques et plus Janis Joplin semble prête à s'habiller de cette façon pourvu que cela lui plaise !

Elle s'attarde de nouveau sur sa présence scénique.

 

Comme elle consomme toujours de l'alcool et mange des sucreries, Janis Joplin reprend du poids. Elle tente de cette façon de cacher la solitude dont elle souffre. En plus comme elle ne parvient pas à faire durer une relation sentimentale, elle se vante facilement de ses exploits sexuels, ce qui est aussi un moyen de se prouver qu'elle reste désirable. La scène est alors le lieu où elle se sent le mieux.

Alors qu'elle cherche à personnaliser outrancièrement son image, Janis Joplin refuse d'évoquer son homosexualité qu'elle veut cacher à son public. Elle met aussi en avant son attirance pour l'alcool afin de mieux cacher sa dépendance à l'héroïne.

 

Le 15 novembre 1968 à Manhattan au Hunter College, Janis Joplin et Big Brother and the Holding Company donnent leur dernier concert. Critiques, photographes et public sont venus assister à ce moment qui précède la séparation du groupe. Plusieurs heures avant le concert, Janis Joplin est chez le médecin. Cet événement l'a tellement stressée qu'elle est persuadée d'avoir perdu sa voix alors qu'il n'en est rien.

 

Le concert fut exceptionnel. Janis Joplin parvient à enflammer la salle : elle frémit, hurle, pousse des cris déchirants exprimant visiblement toute la souffrance que lui cause la séparation du groupe. À la fin du concert, elle s'effondre d'épuisement. Elle est totalement abattue et surtout très déprimée. Pourtant elle réussit à faire la fête après ce concert. Mais quelques jours après ce concert, elle ne se porte pas bien. Prévenue, Myra Friedman décide de faire hospitaliser la chanteuse qui a une bronchite aiguë et risque une pneumonie. Mais comme l'hôpital est complet, Janis Joplin doit se réfugier à l'hôtel Americana où elle se fait soigner.

 

Les adieux new-yorkais sont suivis de deux autres concerts. Janis Joplin et Big Brother and the Holding Company se produisent le 30 novembre 1968 à Vancouver et le 1 er décembre à l'Avalon de San Francisco, lieu où le groupe avait donné son premier concert.

Le public, conscient d'assister à un grand événement,  est si nombreux que de nombreuses personnes s'évanouissent. Une page se tourne donc pour le groupe et Janis Joplin.

 

En fin d'année, John Cooke, qui, selon Myra Friedman, est capable de crier plus fort que la chanteuse, devient le road manager de Janis Joplin. Il s'occupe de tout, y compris parfois de la drogue !

 

Maintenant star à part entière, Janis Joplin gagne plus d'argent, les autres membres de ce nouveau groupe n'étant que de simples salariés interchangeables ! Pourtant, cet argent ne fait pas tourner la tête à la chanteuse. Anxieuse quant à l'avenir, Janis Joplin dépense peu, car elle a peur que le succès, qu'elle connaît alors, ne dure pas. Elle fera toutefois une exception en s'offrant, à San Francisco, une Porsche cabriolet décapotable 356 Super C, mais d'occasion. Dave Richards, un ami, décore la voiture sur laquelle figurent, entre autres, les membres de Big Brother and the Holding Company et Janis Joplin. Mais cette voiture, connue des fans, est volée, puis retrouvée par la police.

 

Janis Joplin trouve de nouveaux musiciens qui ne sont d'ailleurs pas du goût d'Albert Grossman. Ils se prénomment Marcus Doubleday, Terry Hensley (tous deux trompettistes), Terry Clements (saxophoniste ténor).

Persuadé que cette nouvelle formation vaudra quelques commentaires désagréables, Albert Grossman demande à des amis de Janis Joplin –Mike Bloomfield, Nick Gravenites et Elliot Mazer- d'intervenir dans le choix des musiciens pour former le nouveau groupe. Mais il apparaît que cela ne suffit pas. À côté de Sam Andrew apparaissent Bill King (au clavier), Brad Campbell (bassiste) et Ron Markovitz (batteur).Quelques-uns de ces musiciens seront d'ailleurs vite remplacés.

 

Cependant, Janis Joplin se sent mal à l'aise face aux décisions qu'elle doit maintenant prendre. Doutant en permanence, elle est parfois incapable de bien choisir et commence à regretter Big Brother and the Holding Company…

 

Au mois de décembre 1968, les premières répétions ont lieu avec le Kozmic Blues Band à New York, puis à San Francisco. À ce moment-là, aucun musicien ne s'impose vraiment. Pourtant un concert doit avoir lieu le 21 décembre 1968 à Memphis à l'occasion de la convention annuelle des disques Stax-Volt.

Kozmic Blues Band et Janis Joplin sont les seuls Blancs aux côtés d'Albert King, Carla et Rufus Thomas, des pointures.

Janis Joplin est autant intimidée qu'excitée, Stax étant l'éditeur d'Otis Redding. Or ce chanteur a extrêmement marqué Janis Joplin depuis le festival de Monterey.

Le groupe, pas assez préparé, offre une prestation calamiteuse. Les journalistes constatent l'échec.

Janis Joplin, qui avait toujours redouté ce genre d'événement, est confrontée à son premier échec artistique dans une ville comme Memphis : l'ironie est partout !

 

En cette fin d'année, Janis Joplin, malgré sa peur de l'avenir, offre quelques cadeaux. Elle demeure persuadée que la gloire ne peut qu'être éphémère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Art : musique
commenter cet article

commentaires

pascal.g 06/07/2016 18:47

je suis aussi a la recherche du livre de laura joplin love janis en francais
je l ai en audio mais en anglais
se sont comme vous le savez surment toute ces lettres .sa vrais pensee quoi..
si vouz savez ou le trouvez .ce serai vraiment genial
merci d avance
pascal.g
shomapas@orange.fr
0671696711

Tullia 07/07/2016 12:56

Je ne sais pas si cet ouvrage a été traduit en français. Par contre, l'ouvrage de Jeanne-Martine Vacher, sur la route de Janis Joplin a été réédité (I.S.B.N. : 978 2 75560622 5

pascal.g 06/06/2016 11:12

bonjour je suis mal voyant et fan de janis joplin
j ai parcouru votre travail fantastique des articles sur janis.
malheuresement je ne peut les lire
serait il possible de m envoyer les articles par mail
pour que je puisse les lire
pascal
shomapas@orange.fr
merci d avance

Tullia 06/07/2016 17:58

Je regarde à tout cela et je fais cela dès que possible !

janis 14/05/2011 00:28



"Le 3 août 1968, le groupe se produit au Fillmore East de San Francisco" eh non le Fillmore East est à NYC, à San Francisco c'était le Fillmore West en lieu et
place de l'ancien 'Carousel Ballroom'. Le Fillmore East était dans l'East Village à NYC mais East/West font référence à la côte des US. Jean-Yves Reuzeau dans sa bio de Janis Joplin qui est
peut-être votre source fait référence au 'Fillmore East' de San Francisco (p.243) mais c'est une erreur manifeste.



Clélie 14/05/2011 16:04



C'est en effet l'ouvrage de Jean-Yves Reuzeau qui m'a servi de référence pour écrire les différents articles sur Janis Joplin.


Si vous connaissez un autre ouvrage sur cette artiste aussi complet que celui sus-nommé, je prends. De même si vous avez sous la main le titre d'un ouvrage qui propose la traduction des chansons
de Janis Joplin, communiquez-le-moi !


 


Je dois aussi avouer qu'avec des noms de lieux parfois très proches du point de vue des sonorités, j'ai pu faire des erreurs. Il m'a fallu bien du temps pour rédiger cet article !


 


À bientôt