Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 10:10

Source

Rudies, en Messapie, qui est situé à soixante-dix kilomètres de Tarente (Les Pouilles au Sud de l'Italie) est une ville dans laquelle les habitants parlaient le grec et l'osque. C'est dans ce lieu que naquit Ennuis en 239 avant notre ère,  dans une région imprégnée d'hellénisme mais latine de tempérament.

 

Ennius est donc de langue grecque, le latin étant une langue apprise. Il fut servant comme socius, dans les contingents des cités soumises à Rome, en Sardaigne. Là, il fut remarqué et protégé d'abord par Caton.

Lorsqu'il se trouva à Rome, Ennuis donna des leçons de grec, ce qui lui valut d'être remarqué par Scipion l'Africain, le vainqueur d'Hannibal, Servilius Géminus, M. Fulvius Nobilior. Ce dernier l'emmena, en 189 avant notre ère, en Étolie, en tant que chantre de ses futurs exploits.

En 184 avant notre ère, le fils de M. Fulvius Nobilior, prénommé Quintus, lui fit accorder la cité romaine et un lot dans la colonie de Potentia.

Il mourut en 169 avant notre ère. Une statue fut érigée, à sa mémoire, dans le tombeau des Scipions.

 

Ennius composa un poème épique, les Annales, des tragédies, des saturae (i.e. des poésies melées) et des comédies.

 

Ennius, de formation grecque, fut le premier à avoir assuré à Rome l'héritage des lettres helléniques. Il est vrai aussi qu'une partie de l'aristocratie, qui protégea Ennuis, était attirée par l'esprit et l'art grecs. Dès cette époque, Rome s'hellénise tandis que les Grecs commencent à se latiniser.

 

Les Annales sont une épopée qui comprenait dix-huit livres dont il ne nous reste que six cents vers.

Les six premiers livres, rédigés en hexamètre dactylique des Grecs, sont consacrés aux origines de Rome - que le poète Naevius n'avait fait qu'esquisser – et à son ancienne histoire jusqu'à la première guerre punique.

Ennius négligea la première guerre punique et aborda la deuxième guerre punique. Ennius poursuivit la rédaction de ses Annales au fur et à mesure des événements, sa disparition interrompit la rédaction.

Les Annales furent considérées par les Romains comme leur épopée nationale jusqu'à l'apparition de l'Énéide de Virgile.

 

Nous n'avons que trois cents vers de ses tragédies. Il en aurait écrit vingt, la plupart empruntées à Euripide. Les fragments, que nous avons, nous montrent qu'Ennius était parvenu à transposer en latin le caractère à la fois familier et pathétique d'Euripide.

 

L'influence d'Ennius fut immense. Très admiré à Rome, et ce, jusqu'à l'époque de Cicéron, Ennius inspira Virgile qui lui emprunta, quelques fois, des vers entiers.

Un fait important : Ennuis, ce demi-Grec, qui apprit le latin, représente mieux l'idéal des classes dirigeantes romaines que Plaute.

 

Grâce à Ennius, qui parvint à adapter la culture hellénique au génie romain, le latin finit par s'imposer sur les autres dialectes parlés durant l'Antiquité. Ennius occupe une place importante dans la formation de la littérature de la période classique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires