Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 09:52

Source

Hsüeh T'ao naquît vers 770 de notre ère. Fille de mandarin, elle passa sa petite enfance dans la grande capitale Chang-An vers le milieu de la dynastie des T'ang (618-907).

 

À la mort de sa mère, Hsüeh T'ao était encore très jeune. Son père l'éleva et devint son précepteur. Enfant douée, elle composa ses premières vers très tôt.

 

Quand le père de Hsüeh T'ao fut nommé dans le Sud de la Chine, elle l'accompagna. Alors qu'ils étaient là depuis peu, son père mourut, la laissant seule au monde.

 

Malgré son jeune âge, le talent de lettré et les dons artistiques de Hsüeh T'ao étaient déjà reconnus dans la région. Elle devint la courtisane la plus recherchée du Comté du Shu.

 

Hsüeh T'ao passa une partie de sa vie en compagnie de grands mandarins et de poètes comme Pai Chü et Liu Yu Hsi. La poétesse participait souvent aux banquets où ses réparties aux poèmes des lettrés prouvaient non seulement son habileté mais aussi son élégance.

 

Son grand talent lui gagna l'amour d'Yüan Chen, célèbre poète de la dynastie.

 

La vie de la poétesse fut différente de la plupart des femmes de l'époque. Mais les épreuves de la vie avaient forgé un caractère doué d'une sensibilité plus marquée que celle de son temps.

 

Elle rencontra la plupart des poètes célèbres qui furent ses contemporains et put exercer, voire affiner ses dons poétiques à leur contact.

 

S'il est vrai que sa place de courtisane lui valait le niveau social le plus bas, le succès de sa poésie lui permit d'atteindre le zénith sous la dynastie des T'ang.

 

Après le temps des banquets qui l'occupa une bonne partie de sa vie, elle connut un destin plus calme. Elle mourut vers 831 dans la solitude et la pauvreté, s'habillant à la manière des taoïstes.

 

Nous n'avons conservé qu'une partie de ses écrits.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires