Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 09:54

Source

Vie de Charlemagne
(deuxième et dernière partie)

 

Éginhard évoque la personnalité de Charles : "ses qualités morales, […] son extraordinaire constance dans toutes les conjonctures heureuses ou malheureuses et […] tout ce qui touche à sa vie privée et intime."

 

Après la mort de son père, Charles dut partager le royaume avec son frère, Carloman. Mais les deux frères ne s'entendaient pas.

Sur les conseils de sa mère, Charles épousa la fille du roi des Lombards, Didier, mais, il la répudia, contre la volonté maternelle, un an plus tard, sans qu'Éginhard en connaisse la raison.

Charles épousa alors Hildegarde, une Souabe de haute noblesse [elle mourut le 30 avril 783]. De cette union naquirent trois fils –Charles, Pépin et Louis- et trois filles –Rotrude, Berthe et Gile [d'autres enfants naissent, mais meurent en bas âge].

De son union avec Fastrade [elle mourut en 794], une Germaine de la race des Francs Orientaux, il eut deux filles prénommées Théodrade et Hiltrude. D'une concubine, il eut une autre fille prénommée Rothaïde.

À la mort de Fastrade, Charles épousa Liutgarde [elle mourut le 4 juin 800], une Alamanne avec qui il n'eut pas d'enfants. À la mort de sa dernière épouse, Charles eut quatre autres concubines avec lesquelles il eut d'autres enfants : Madelgarde est la mère de Rotilde ; Gervinde, une Saxonne, est la mère d'Adeltrude ; Reine est la mère de Drogon et de Hugue et Adelinde est la mère de Thierri.

 

La mère de Charles, Bertrade, vieillit aux côtés de son fils. Elle mourut le 12 juillet 783, quelques mois après sa belle-fille, Hildegarde. Elle fut enterrée, avec tous les honneurs dus à son rang, dans la basilique de Saint-Denis où reposait déjà son époux.

 

La sœur de Charles, Gile, mourut quelques années avant lui. Destinée à la vie religieuse, elle avait passé toute sa vie dans un monastère [le monastère de Chelles, dont elle était abbesse].

 

Charles fit initier ses enfants aux arts libéraux. Quand ils grandirent, les garçons apprirent à monter à cheval, à manier les armes et à chasser. Les filles apprirent à travailler la laine. Charles leur fit apprendre "tout ce que peut former une honnête femme."

 

Charles perdit trois de ses enfants : son fils aîné, Charles, Pépin, roi d'Italie et Rotrude qui était fiancée à l'empereur grec Constantin [Rotrude fut fiancée alors qu'elle était encore enfant à Constantin VI en 781].

Pépin avait des enfants, un fils et cinq filles. Charles décida que le fils, Bernard, succèderait à son père. Charles fit élever ses petites-filles comme si elles étaient ses filles. Il pleura la mort de ses enfants.

Charles veilla attentivement à l'éducation de ses enfants dont il se séparait le plus rarement possible.

 

Bien que Charles ne permit pas à ses filles de se marier, deux d'entre elles eurent des enfants [Rotrude eut du comte du Maine, Rorgon, un fils prénommé Louis ; Berthe eut du poète Angilbert plusieurs enfants dont l'historien Nithard].

 

Charles avait eu d'une concubine, Himiltrude, un fils malformé, prénommé Pépin le Bossu. Alors que Charles hivernait en Bavière, Pépin le Bossu avait comploté, avec l'aide de quelques Francs, contre son père [en 792]. Lorsque ce complot fut découvert, les rebelles furent condamnés et le roi permit à son fils de recevoir la tonsure au couvent de Prüm. Pépin le Bossu se consacra à la vie religieuse.

Un autre complot fut aussi déjoué, les coupables furent punis.

 

Charles reçut aussi de nombreux hôtes, ce qui pouvait parfois constituer une lourde charge pour le palais et le royaume, mais Charles n'en laissait rien paraître.

 

Charles était grand. "Il avait le sommet de la tête arrondi, de grands yeux vifs, le nez un peu plus long que la moyenne, de beaux cheveux blancs, la physionomie gaie et ouverte." Il eut toujours une bonne santé sauf au soir de sa vie.

 

Dès son plus jeune âge, Charles pratiqua régulièrement l'équitation et la chasse. Il aimait aussi les eaux thermales. C'est pourquoi, il fit bâtir un palais à Aix où il habita continuellement les dernières années de sa vie.

Excellent nageur, Charles se baignait souvent dans ces eaux, en compagnie, la plupart du temps, de ses proches, familles ou amis.

 

Charles était toujours vêtu du costume national franc. Cependant, il dut, par deux fois, se plier aux vêtements romains lors de séjour à Rome. Les jours de fête, Charles mettait de très beaux vêtements.

 

Charles mangeait et buvait sobrement, mais il supportait mal le jeûne. Quand il banquetait, ce qui était rare, de nombreux invités étaient présents. Quatre plats composaient toujours le dîner. Sans doute écoutait-on aussi de la musique lors des repas. Une lecture à voix haute se faisait aussi.

 

L'été, après le repas de midi, il s'accordait une sieste. Ayant un sommeil fragile, il profitait de ses insomnies pour régler quelques affaires.

Charles s'exprimait bien et avec facilité. Il apprit quelques langues étrangères dont le latin qu'il parlait aussi bien que sa langue maternelle.

Il étudia la grammaire en suivant les leçons du diacre Pierre de Pise. Avec Alcuin, Charles étudia d'autres matières comme la rhétorique, la dialectique, l'astronomie, le calcul. Il apprit aussi à écrire.

Fervent chrétien, il fit construire la basilique d'Aix qu'il orna magnifiquement. Il assistait l'office quotidiennement et aux prières. Il veillait aussi à ce que rien ne manquât dans la main de Dieu. Il proposa de corriger la façon de lire et de psalmodier.

Il ne négligea pas les pauvres, organisant ainsi des aumônes. L'argent ne fut pas seulement destiné aux pauvres du royaume, Charles envoya de l'argent en Syrie, Égypte afin d'aider les chrétiens nécessiteux. Charles entretint des liens amicaux avec les rois des royaumes non chrétiens, assurant ainsi une forme de protection des chrétiens vivant dans ces différents royaumes.

Charles fut attentif à l'église du bienheureux apôtre Pierre à Rome. Il envoya différents objets précieux dans ce lieu saint estimant que cela pouvait  rétablir l'ancien renom de Rome où il ne se rendit que quatre fois.

 

Lorsque Charles vint à Rome pour la dernière fois en 800, ce fut dans des circonstances particulières. Les Romains ayant mutilé gravement le pontife Léon, Charles accepta de lui apporter l'aide demandée. Charles parvint à rétablir la situation de l'Église. À Rome, Charles passa l'hiver, puis il fut couronné empereur, dans cette ville, le jour de Noël de l'an 800, fait qui ne fit pas l'unanimité. Toutefois, il parvint à apaiser les rancœurs en envoyant de nombreuses ambassades.

 

Après avoir reçu le titre impérial, Charles tenta de modifier les lois de son royaume, mais ne parvint qu'à ajouter quelques articles et à faire transcrire les lois de ses différents peuples, lois qui jusqu'à présent n'étaient transmises qu'oralement.

Charles fit aussi transcrire les très antiques poèmes barbares contant l'histoire des vieux rois et fit rédiger une grammaire de la langue maternelle [ces documents ne sont pas parvenus jusqu'à nous].

Il donna aux mois de l'année et aux vents des noms de sa langue maternelle : "janvier, wintarmanoth ; février, hornung ; mars, lentzinmanoth ; avril, ostarmanoth ; mai, winnemanoth ; juin, brachmanoth ; juillet, heuvimanoth ; août, aranmanoth ; septembre, witumanoth ; octobre, windumemanoth ; novembre, herbistmanoth ; décembre, heilagmanoth."

 

Alors qu'il vieillissait, Charles fit venir auprès de lui, Louis d'Aquitaine [seul fils encore vivant de son mariage avec Hildegarde]. En présence des Grands de l'État franc, Charles le désigna comme héritier du titre impérial [en 813]. Cette décision fut acceptée par tous. Ensuite, Charles laissa son fils regagner l'Aquitaine.

Malgré son état de santé, Charles se rendit à la chasse en Ardenne, puis revint à Aix.

 

Au mois de janvier, Charles fut obligé de s'aliter à cause d'une forte fièvre. Au bout de huit jours, il reçut la communion puis mourut à l'âge de soixante-douze ans, le 28 janvier 814.

 

Après la toilette mortuaire, le corps de Charles fut emmené à l'église. Charles repose désormais sous une arcade de la basilique qu'il avait fait bâtir. La pierre tombale porte cette inscription :

"Sous cette pierre repose le corps de Charles, grand et orthodoxe empereur, qui noblement accrut le royaume des Francs et pendant XLVII années le gouverna heureusement mort septuagénaire l'an du seigneur DCCCXIV, indiction VII, le V des calendes de février."

 

Selon Éginhard, des présages, en nombre, avaient annoncé la mort de l'empereur : de fréquentes éclipses de soleil et de lune [selon les Annales royales, elles eurent lieu entre septembre 806 et septembre 807, puis en 809, 810 et 812] ; une tache de couleur noire sur le soleil [observé le 17 mars 807] ; le pont sur le Rhin à Mayence brûla ; la foudre tomba sur la basilique construite par Charles. Lors de son expédition en Saxe, Charles fut victime d'un accident étrange : une torche éblouissante descendit "miraculeusement d'un ciel serein et [traversa] l'air de droite à gauche." Comme Charles était sur son cheval, il en tomba et perdit tout son équipement. Mais ces nombreux présages laissèrent Charles indifférent.

 

Charles fit un testament [en 811], partageant ainsi ses biens entre ses héritiers en présence de témoins à qui il donna quelques recommandations. Charles divisa en trois toutes sommes et ses biens meubles présents dans sa chambre. Ensuite, Charles réserva un tiers puis il subdivisa "les deux  autres tiers en vingt et une parts, ces vingt et une parts correspondant aux vingt et une cités métropolitaines comprises, comme on le sait, dans son royaume."

Charles expliqua comment ces parts devraient être utilisés par chaque cité [il s'agit de Rome, Ravenne, Milan, Frioul, Grado, Cologne, Mayence, Juvavum (i.e. Salzbourg), Trèves, Sens, Besançon, Lyon, Rouen, Reims, Arles, Vienne, Tarantaise, Embrun, Bordeaux, Tours et Bourges].

Le tiers mis en réserve servirait à Charles jusqu'à sa disparition. Ce qu'il en resterait, serait partagé de nouveau en quatre, à savoir un quart pour les vingt et une cités, un quart pour ses enfants et pour les enfants de ses fils, un quart pour les pauvres et un quart donné en aumônes. Différents objets –vaisselle, vêtements- seront aussi à partager, seul les objets du culte ne le seront pas. Les livres possédés par Charles pourront être vendus, pourvu qu'un prix honnête en soit donné. L'argent obtenu sera donné aux pauvres.

Trois tables d'argent sont destinées à différentes villes, celle en or est destinée à un autre partage. Ceci a été fait en présence de nombreux témoins dont Éginhard donne les noms.

Ce texte fut présenté à Louis, fils de Charles qui respecta la volonté de son père.

 

En fin d'ouvrage, un appendice propose le prologue rédigé par Walahfrid Strabon à la Vie de Charlemagne. L'auteur donne quelques éléments biographiques sur Éginhard et explique la division du texte d'Éginhard qu'il a décidé de faire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires