Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 10:27

Source

Né dans le premier quart du XIII e siècle, Bernart Sicart de Marvejols ne nous a laissé qu'une seule pièce : un sirventès. Le poète est originaire de Marvejols qui se trouve dans le département de la Lozère (48).

 

Ce poème, sans doute composé peu après le traité de Paris (1229), est un pamphlet anti-français, les relations entre la France du Nord et les pays d'Oc étant très compliquées après le conflit albigeois.

Le traité de Paris entre Blanche de Castille et Raimon VII, comte de Toulouse, consacrait l'annexion du Languedoc à la couronne de France.

 

Bien que le poème soit dédié à Jacques I er d'Aragon, nous ne pouvons affirmer que Bernart Sicart de Marvejols séjourna à la cour d'Aragon.

 

Nous ignorons la date de disparition de ce poète.

 

Ab grèu cossire

Fau siventés cozen.

Dieus ! qui pot dire

Ni saber lo turmen ?

Qu'ieu, quan m'albire,

Sui en gran pessamen.

Non puesc escrire

L'ira ni'l marrimen,

Que'l sègle torbat vei,

E corromp on la lei

E sagramen e fei,

Qu'usquecs pessa que vensa

Son par ab malvolensa,

E d'aucir lor e sei,

Ses razon e ses drei.

 

"Plein d'une angoisse cruelle, je fais un sirventès cuisant. Dieu ! Qui pourrait dire et connaître mon tourment ? Car, quand j'y songe, je suis en grand souci et ne puis décrire mon indignation ni ma tristesse de voir ce monde troublé où l'on corrompt la religion, les serments et la foi : si bien que chacun pense à dominer son semblable en malveillance et, sans raison ni droit, à détruire les autres et soi-même."

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires