Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 10:02

Source


PÉRIODE HELL
ÉSTIQUE (336 à 30 avant notre ère)

 

Lorsque Philippe II de Macédoine fut assassiné en 336 avant notre ère, Alexandre Le Grand, son fils, n'avait que vingt ans.

Ce jeune homme, qui avait eu comme précepteur Aristote, a donc reçu une éducation grecque.

 

Alors qu'il venait juste de succéder à son père, Alexandre Le Grand vainquit rapidement les cités grecques, soulevées par Démosthène qui était certain de pouvoir profiter non seulement de sa jeunesse mais aussi de son inexpérience.

 

En 334 avant notre ère, Alexandre Le Grand commença la conquête de l'Asie. Il réalisa alors la plus grande conquête militaire de tous les temps, et ce, avec une armée relativement peu nombreuse : 40 000 hommes au départ de la conquête….

 

La conquête d'Alexandre Le Grand

 

Cet homme, à la fois prudent et intuitif, eut l'idée habile de conserver partout les administrations locales, mais avec à leur tête des Macédoniens ou des Grecs comme gouverneur. Ce système était un bon compromis car il permettait de ne pas humilier les vaincus tout en tentant de les assimiler dans le monde grec. D'ailleurs, Alexandre Le Grand favorisa les mariages mixtes –il épousa plusieurs princesses perses – et respecta les croyances religieuses locales.

Toutefois, Alexandre Le Grand ne perdit pas de vue qu'il était grec. C'est pourquoi, il répandit l'usage de la langue grec et fonda plusieurs villes qui portèrent son nom : Alexandrie (trente-quatre villes reçurent ce nom). Certaines de ces villes eurent un rayonnement comme Alexandrie en Égypte et sa célèbre bibliothèque.

Chaque cité ainsi construite devint un foyer d'hellénisation. Les échanges commerciaux furent mis en place et encouragés. De nouvelles routes et de nouveaux ports furent construits. Alexandre Le Grand ne laissa pas les arts de côté. Il employa quelques artistes dont Lysippe qui devint son portraitiste officiel.

 

Cette hellénisation de l'Orient fut suivie de nombreux changements. Non seulement le monde grec s'étendait très loin de ses frontières d'origine mais aussi les hommes de la Grèce Antique découvrirent des civilisations et des peuples très différents. Les nombreuses cultures de l'Orient apportèrent beaucoup au monde grec.

 

Lorsque, en 323 avant notre ère, Alexandre Le Grand mourut de la malaria sur le chemin du retour à Babylone, il était à la tête d'une armée de 80 000 hommes mais n'avait pas eu d'héritier et n'avait pas non plus eu le temps d'organiser sa succession.

 

 

Le monde grec après la mort d'Alexandre Le Grand

 

Après la mort d'Alexandre Le Grand, ses généraux, les diadoques, se partagèrent son immense empire qui s'étendait de la Grèce à l'Inde.

Guerres, alliances et trahisons se succédèrent, ce qui eut pour conséquence de modifier régulièrement les frontières des États. Durant ces années de conflits grecs larvés, la puissance romaine devint de plus en plus importante.

Alors que peu avant l'arrivée au pouvoir d'Alexandre Le Grand, l'indépendance des cités grecques tendaient à disparaître, elle cessa après la disparition d'Alexandre Le Grand. Dorénavant l'innovation politique de ce IV e siècle était la monarchie. En plus, les nouveaux royaumes orientaux commencèrent à devenir plus importants, et ce, aux dépens de la Grèce "géographique".

 

Après la mort d'Alexandre Le Grand, ses généraux, qui s'étaient partagé son empire, finirent par s'entredéchirer. Cette lutte prit fin en 281 avant notre ère. L'ère des Épigones débuta. Il s'agissait des descendants des diadoques qui n'avaient pas connu Alexandre Le Grand. Trois grandes monarchies dominèrent avec à leur tête des dynasties qui remontent à des lieutenants d'Alexandre Le Grand.

 

* LES ANTIGONIDES

Descendants d'Antigone (l'un des généraux d'Alexandre Le Grand),  ils dominèrent la Macédoine. De 276 à 239 avant notre ère, le royaume de Macédoine eut un grand roi : Antigone Gonatus.

Cette monarchie, située près de la Grèce, ne connut pas le même développement qu'en Orient, la tradition grecque étant encore fort présente.

Ce royaume dut se défendre contre les envahisseurs celtiques puis contre Rome en 212 avant notre ère, mais devint quand même province romaine en 148 avant notre ère.

 

* LES SÉLEUCIDES

Descendants de Séleucos, ils dominèrent, en Orient, l'ancien empire perse qui était le plus grand des trois royaumes : il s'étendit des détroits à l'Afghanistan actuel. Avec une lignée de rois médiocres, ce royaume s'affaiblit petit à petit. Seul le règne d'Antiochos III Le Grand (237 à 187 avant notre ère) fut meilleur.

En 64 avant notre ère, la Syrie fut annexée à Rome par Pompée. Peu après ce fut la fin de l'indépendance de l'Asie grecque.

 

* LES LAGIDES ou LES PTOLÉMÉES

Descendants de Ptolémée, ils dominèrent l'Égypte. De tous les royaumes hellénistiques, il fut le plus riche. D'ailleurs ses différents rois parvinrent à le diriger habillement, et ce, jusqu'en 210 avant notre ère. Mais après cette date, une lente décadence économique, sociale et politique commença. Si ce royaume a connu un rayonnement avec Cléopâtre, ce fut la chute en 30 avant notre ère lors de la bataille d'Actium. L'Égypte devint alors province romaine.

 

Un autre royaume exista : le royaume de Pergame, mais son destin, bref, ne l'empêcha pas de jouer un grand rôle. À la tête de ce royaume d'Orient se trouva Eumène I er qui était parvenu à s'affranchir de la tutelle des Séleucides.

Pergame devint rapidement la capitale d'un des plus importants royaumes hellénistiques. L'urbanisme y fut monumental.

Les rois de Pergame entretinrent des relations amicales avec Rome. Lorsqu' Attale III mourut sans enfant en 133 avant notre ère, il avait choisi de léguer tous ses territoires à Rome.

 

Le sort de la Grèce à l'époque hellénistique

 

Peu à peu, la Grèce perdit son influence politique sur l'ensemble du monde grec. Les cités eurent des destins fort différents.

 

Athènes parvint à maintenir un semblant d'indépendance. Mais, elle avait dans sa cité une garnison macédonienne. L'esprit démocratique n'existait plus, une armée de mercenaires ayant remplacé l'armée de citoyens.

Athènes n'avait plus qu'un prestige intellectuel, car si les monuments des siècles précédents étaient encore debout, la force créatrice avait disparu.

Un déclin social et économique apparut. Il est vrai aussi que la ville n'était plus sur le tracée des échanges commerciaux.

 

Quelques îles grecques réussirent à profiter de leur situation géographique et parvinrent à se maintenir sur le plan économique.

L'île de Cos exporta du vin, des céramiques et des textiles. Cette prospérité économique lui permit de construire un sanctuaire d'Asclépios.

L'île de Rhodes, qui se trouve non loin des côtes asiatiques et en face d'Alexandrie d'Égypte, connut aussi la prospérité vers 188 avant notre ère. Mais Rhodes périclita à partir de 166 avant notre ère, lorsque Rome la laissa tomber.

L'île de Délos profita de la faiblesse économique de Rhodes pour devenir un grand port marchand. D'ailleurs une partie de la population s'enrichit rapidement. Plusieurs maisons à péristyles et mosaïques furent construites. Mais Mithridate détruisit l'île en 88 avant notre ère.

 

À l'époque hellénistique, il exista deux regroupements fédéraux qui parvinrent à résister quelque temps à la Macédoine. Il s'agit de la ligue Étolienne qui finit par être absorbée par Rome en 189 avant notre ère et la ligue Achéenne. Corinthe fut détruite en 146 avant notre ère par les Romains.

 

La fin de l'ancien monde grec

 

Lorsque la Grèce Antique rencontra de graves difficultés économiques, Rome, qui convoitait les richesses de la Grande Grèce (i.e. Italie du Sud et Sicile), entra en conflit avec les cités grecques. La Première guerre de Macédoine eut lieu entre Philippe V et les Romains de 214 à 205 avant notre ère. Elles reprirent en 200 avant notre ère. Philippe V fut battu à la bataille de Cynoscéphales en 197 avant notre ère. Lors de la Troisième guerre de Macédoine, celle-ci fut vaincue à Pydna en 167 avant notre ère.

 

En 64 avant notre ère, Pompée, général romain, mit fin à la dynastie séleucide. Dorénavant, tout le Proche-Orient était aux mains des Romains, seule l'Égypte était encore indépendante. Cléopâtre, qui régna de 46 à 31 avant notre ère, essaya de rétablir la puissance égyptienne en Méditerranée. Elle reçut le soutien de Jules César mais ce dernier fut assassiné aux Ides de mars 44 à Rome. Cléopâtre reçut alors le soutien d'Antoine, ancien général de César en 41 avant notre ère.

Octave qui était l'héritier de César, déclara la guerre à l'Égypte.

Lors de la bataille d'Actium, Octave triompha de Cléopâtre : ce fut alors la fin de l'indépendance du monde grec.

FIN DE LA CINQUIÈME PARTIE

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Histoire
commenter cet article

commentaires