Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 09:54

Source

ÉPOQUE ARCHAÏQUE
(700 avant notre ère - 480 avant notre ère)

 

Le début de la période archaïque est assez mal connu, car les témoignages -de ce début de VIII e siècle- qui sont parvenus jusqu'à nous, sont tardifs. Dès la fin de l'époque géométrique, toutes les cités connaissent une évolution rapide, voire brutale. Dans un premier temps, nous passons d'un régime monarchique à un régime aristocratique basé sur l'inégalité due à la naissance. Mais dès le VII e siècle avant notre ère, le régime aristocratique se heurte à une grave crise liée à des problèmes sociaux. Des réformes sont tentées afin de concilier revendications populaires et esprit conservateur des aristocrates.

 

Durant cette période d'effervescence importante (milieu du VIII e siècle jusqu'au VI e siècle), la Grèce Antique colonise tout le monde méditerranéen. Des colonies sont implantées de l'Espagne jusqu'au Pont-Euxin (Mer Noire), ce qui eut des conséquences à la fois politiques, économiques et culturelles. Non seulement les colonies instaurent des échanges divers et variés avec les nombreuses métropoles grecques, mais aussi, libérées d'un passé séculaire et traditionnelle, les colonies innovent (dans le domaine de l'urbanisme notamment).

Cependant, il faut avoir à l'esprit que la colonisation, dans l'Antiquité, n'implique pas une prise de possession d'un territoire appartenant à des indigènes. La colonisation, dans l'Antiquité, est une façon de faire face aux problèmes, souvent sociaux, rencontrés par la population du monde grec. Ainsi, les propriétaires endettés, les vaincus des querelles intestines décident de quitter le sol grec en groupe afin de construire une nouvelle cité-état qui est totalement indépendante de la métropole. Il faut aussi retenir que toutes les cités de la Grèce Antique ne fondèrent pas de colonies, ce qui fut le cas de Sparte et d'Athènes.

 

Peu à peu, le déclin du pouvoir aristocratique conduit à la tyrannie. Nous assistons au passage de la cité aristocratique des VIII -  VII e siècles à la cité isonomique (de nomos qui signifie "loi") de l'époque classique, avec pour intermédiaire la tyrannie. Toutefois, toutes les cités ne sont pas concernées par cette étape. Sparte ne connut pas la tyrannie à la différence de Corinthe (dont le tyran fut Périandre), de Mégare (dont le tyran fut Théagène), d'Argos (situé dans le Péloponnèse), de Milet (en Ionie), d'Athènes (dont le tyran fut Pisistrate) et quelques cités grecques d'Occident.

 

Cette tyrannie, qui exista entre le milieu du VII e siècle jusqu'à la fin du VI e siècle, semble avoir plusieurs origines. Certains estiment que le tyran aurait pu être une espèce de prince marchand. En réussissant à s'appuyer sur une classe nouvelle d'artisans et de commerçants, le tyran serait parvenu à chasser la vieille aristocratie foncière, qui jusque là, avait été dominante.

D'autres pensent que la tyrannie est liée aux transformations internes de la société qui avaient engendré une grave crise agraire. Le tyran tente, dans ce contexte, de mieux partager les sols devant être cultivés.

Une autre théorie, aujourd'hui remise en cause, avance que l'installation de la tyrannie a été possible grâce aux transformations profondes survenues dans le domaine militaire : développement du combat hoplitique (de hoplite, i.e. fantassin pesamment armé). Quoi qu'il en soit, le tyran prend le pouvoir illégalement et s'y maintient par la force. Pourtant, le tyran met en place une politique sociale qui vise à soulager les pauvres et une politique de prestige (les Lettres et les Arts sont encouragés ; premiers concours de tragédies à Athènes en 534 avant notre ère). Quelques grands travaux d'intérêt public comme l'adduction d'eau dans quelques villes, sont aussi réalisés. Si les tyrans font construire des édifices religieux, ils ne font pas bâtir d'édifices civils.

 

Sans doute que plusieurs facteurs ont conduit au régime de la tyrannie, ce qui semble être le cas, puisque le monde grec a connu une variété d'expériences tyranniques. Cependant, ces tyrannies ont eu une communauté de citoyens soldats qui est devenue souveraine. Mais la tyrannie n'est pas un régime politique destiné à durer longtemps. Dans la mesure où, en effet, le tyran résout les problèmes qui l'ont conduit vers le pouvoir, la tyrannie cesse dès que la crise est passée. Petit à petit, les cités parviennent à rétablir un régime régulier où le pouvoir est alors exercé par plusieurs hommes. Ainsi à Athènes, dès 510 avant notre ère, les réformes de Clisthène donnent naissance à un nouveau régime politique : la démocratie.

 

Sous ces différentes tyrannies, les échanges deviennent de plus en plus nombreux, la monnaie est couramment employée. Des relations se créent de cité à cité, ce qui permet la mise en place de systèmes d'alliance.

 

D'ailleurs, les guerres médiques mirent en évidence l'efficacité de ces alliances. En 490 avant notre ère, les Perses, dont l'empire était en contact avec les cités grecques d'Asie Mineure, préparèrent une expédition contre l'Attique. Les Athéniens, avec quelques alliés, réussirent à vaincre les Perses à Marathon en 490 avant notre ère, lors de la Première Guerre médique.

À la mort de Darius, qui avait régné de 522 à 486 avant notre ère en Perse, son fils Xerxès prépara une nouvelle expédition contre le monde grec. Se sentant en danger, les cités grecques s'unirent, mais toutes ne souhaitaient pas la même chose.

Grâce à Thémistocle, Athènes accepta de construire une flotte qui fit basculer la Grèce Antique de la défaite vers la victoire. En effet, la résistance de Léonidas aux Thermopyles n'empêcha pas les Perses d'entrer sur le sol grec. Mais la ruse de Thémistocle assura la victoire : les bateaux perses venus dans la rade de Salamine furent détruits, les Perses contraints à la retraite en septembre 480 avant notre ère, lors de la Deuxième Guerre médique. Les expéditions des Perses vers la Grèce cessèrent aussitôt. Le monde grec eut alors le sentiment d'avoir remporté une grande victoire sur la monarchie barbare perse.

 

Dans le courant du VII e siècle avant notre ère, l'art orientalisant et la céramique corinthienne sont de plus en plus utilisés. La pierre remplace peu à peu le bois dans l'architecture religieuse.

Entre 670 et 620 avant notre ère, naissent les trois ordres. Plusieurs temples furent construits à Olympie vers la fin du VII e siècle avant notre ère, à Éphèse au VI e siècle avant notre ère…

FIN DE LA TROISIÈME PARTIE

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Histoire
commenter cet article

commentaires