Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 10:40

Source

Apollonius arriva à Tarse. Il retrouva son prévôt, Strangulion et son épouse Denise à qui il raconta ses mésaventures. Apollonius leur fit part de ses projets : retourner à Cyrène pour y voir son beau-père.

Apollonius laissa à son prévôt, sa fille, prénommée Tarsie avec sa nourrice, Licoride. Il lui demanda de lui donner l'éducation qui convenait à une fille de roi.

Apollonius prit la mer afin de reconquérir ses fiefs et domaines. Il arriva en Éthiopie avec ses chevaliers.

Ayant appris que Gontacle, le régent des quatre royaumes "faisoit grant assemblée de gens d'armes et faisoit garnir ces villes et chasteaulx et fortresses" (i.e. "rassemblait une grande quantité de soldats et qu'il mettait en défense ses villes, ses châteaux et ses forteresses."), Apollonius envoya quatre chevaliers qui devaient transmettre un message à Gontacle.

Gontacle qui était le frère d'Antiochus, déclara simplement qu'Apollonius arrivait trop tard pour être roi. Sur ce, il fit arrêter les quatre chevaliers, puis réunit un conseil durant lequel il signala qu'un an s'était écoulé depuis la mort de son frère et qu'il pouvait demander à être sacré roi, Apollonius étant toujours absent.

Mais "le bon homme Maradot" (i.e. "le vaillant Maradot") rappela qu'autre chose avait été décidée. Pour avoir osé dire cette vérité, Maradot fut lapidé puis décapité. C'est pourquoi, les autres hommes n'osèrent plus réagir. Pourtant, parmi l'assistance, un chevalier, vassal d'Apollonius, voyant ce que faisait Gontacle, partit discrètement et se rendit auprès d'Apollonius.

Dès que le chevalier rencontra Apollonius, il lui raconta ce dont il avait été témoin. Apollonius navigua donc en direction d'Antioche afin d'y retrouver le frère de Maradot et les enfants de celui-ci.

Sanguin, le frère de Maradot, accueillit Apollonius avec plaisir. Il lui assura que ses neveux l'aideraient dans le conflit qui l'opposerait à Gontacle. Le siège d'Antioche dura dix ans. Petit à petit, Apollonius parvint à augmenter le nombre de ses partisans.

 

Pendant ces mêmes années, la fille d'Apollonius était élevée par sa nourrice, Licoride qui vivait auprès de Strangulion et de Denise.

En grandissant, la jeune fille devint de plus en plus jolie et était plus douée que la fille du prévôt. Strangulion était quelque peu irrité par cette situation. C'est pourquoi, il s'en prit à la nourrice.

Voyant sa nourrice en mauvaise santé, la jeune fille, prénommée aussi Tarsienne, s'inquiéta. Elle alla voir sa Licoride, qui avant de mourir, lui raconta tout de son histoire  familiale : elle était la fille d'Apollonius de Tyr, roi des quatre royaumes.

Ce récit achevé, la nourrice lui donna quelques conseils quant à son avenir, puis elle s'éteignit. Strangulion fit enterrer la nourrice puis tout revint comme avant.

Un jour, tandis que Tarsienne se promenait en compagnie de Denise et de sa fille, elle fut remarquée par de nobles gens qui se divertissaient. Cet événement contraria la fille du prévôt qui s'en plaignit à sa mère. Cette dernière convoqua un de ses cerfs à qui elle donna l'ordre de tuer la jeune fille.

Le lendemain matin, Tarsienne reçut l'ordre de se préparer car elle devait se rendre à un pèlerinage au temple.

Le cerf, Théophile, attendait, sans pouvoir être vu, la jeune fille. Quand elle arriva à sa hauteur, il se jeta sur elle. Alors qu'il s'apprêtait à la tuer, des marchands sarrasins arrivèrent en bateau non loin de là. Menacé par eux, Théophile prit peur et s'enfuit, laissant seule la jeune fille qui fut enlevée par les Sarrasins.

Malgré les promesses de Denise, Théophile ne fut pas affranchi, pire il fut tué par la femme du prévôt. Denise fit croire que le corps de Théophile était celui de Tarsienne décédée subitement.

Les parents, heureux de ce dénouement, firent enterrer solennellement la fausse Tarsienne qui eut droit à une belle sépulture.

FIN DE LA TROISIEME PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires