Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 10:21

Source

Si nous ne savons pas qui, le premier, a dressé la liste des Sept Merveilles du Monde, nous pouvons dire que cette liste a vu le jour au début du III e siècle avant notre ère, quand tous ces monuments existaient encore. En effet, en 228 avant notre ère, le Colosse de Rhodes fut détruit, la liste ne peut donc avoir été constituée après cette date.

Certains historiens estiment que les premières listes des Merveilles du Monde ont pu être rédigées par des savants qui accompagnaient Alexandre le Grand (356-323) dans ses nombreuses expéditions. En effet, lors des campagnes d'Alexandre le Grand, des ingénieurs, des historiens, des géographes… accompagnaient les militaires. Leur travail était de prendre des notes sur les lieux qu'ils traversaient.

Les monuments qui figurent sur cette liste, ont été choisi non seulement pour leur beauté mais aussi pour la qualité de leur construction.

Les siècles passant, plusieurs listes virent le jour. Par exemple, la liste de Philon (établie au V ou Vi e siècle de notre ère) remplace le Phare d'Alexandrie par les Murailles de Babylone.

Au Moyen Age, les moines ont recopié les textes des auteurs de l'Antiquité. Parmi les nombreux textes reproduits figurent ceux des auteurs antiques qui décrivaient ces Merveilles.

 

LES GRANDES PYRAMIDES

Parmi les Sept Merveilles du Monde, les Grandes Pyramides sont les seules à être encore debout en ce début de XXI e siècle.

Construites voilà environ 5500 ans avant notre ère sur le plateau de Gizeh en Egypte, les Grandes Pyramides sont les tombeaux de trois rois d'Egypte : les pharaons Khéops, Khéfren et Mykérinos.

La plus grande pyramide est celle de Khéops (qui fut roi entre 2590 à 2567 avant notre ère). Elle mesurait 146 mètres à l'origine mais au Moyen Age, des pierres ont été enlevées pour réaliser d'autres constructions. Aujourd'hui, cette pyramide mesure 137 mètres.

La pyramide de Khéfren est pratiquement identique à celle de Khéops. Elle mesure 136 mètres. La pyramide de Mykérinos mesure seulement 65 mètres.

Ces trois pyramides sont entourées par des temples et de petites pyramides, construites pour des reines.

A l'intérieur des pyramides se trouvent d'étroits couloirs qui conduisent à une chambre funéraire, pièce destinée à recevoir le sarcophage contentant le corps du pharaon.

 

LES JARDINS SUSPENDUS DE BABYLONE

Située en Mésopotamie, entre les fleuves Tigre et Euphrate (actuel Irak), Babylone fut l'une des plus puissantes cités de Mésopotamie, lieu où l'écriture fut inventée.

Une légende raconte que les Jardins de Babylone avaient été créés par Sémiramis, une reine dont l'existence est incertaine ! Les fouilles archéologiques permettent d'attribuer la construction de ces jardins au roi Nabuchodonosor II qui régna sur Babylone entre 604 et 562 avant notre ère. Ce roi aurait fait construire ces jardins pour son épouse Amytis qui était originaire, dit-on, d'un pays verdoyant.

Ces jardins étaient bâtis en terrasse d'où le nom de Jardins Suspendus. Ces jardins émerveillaient les voyageurs par leur beauté mais aussi par l'ingéniosité des constructions imaginées pour les mettre en place.

 

LE TEMPLE D'ARTEMIS A EPHESE

Située en Asie Mineure (actuelle Turquie), le Temple d'Artémis a été construit par les Grecs venus s'installer vers 1100 avant notre ère sur les côtes de l'Asie Mineure.

Artémis, déesse de la Chasse et de la Nature, eut son temple dès le VIII e siècle.

Lorsqu'en 560 avant notre ère, Crésus, roi de Lydie s'empara d'Ephèse, il donna de l'argent afin de faire construire un nouveau temple pour Artémis. L'Artémision fut entièrement fait de marbre. Son décor, d'un grand luxe et fort original, s'inspirait du style grec (dont Crésus était un admirateur) et de l'art oriental.

Sa construction fut longue : cent ans environ ! Ce magnifique temple fut rapidement connu du monde antique. Cela fit son malheur. Désirant ce rendre célèbre par un acte démesuré, Erostrate mit le feu au temple qui fut entièrement détruit.

Les habitants d'Ephèse et ceux des cités voisines se cotisèrent pour refaire ce temple. Un nouveau temple, à la fois plus grand et plus somptueusement décoré, fut construit au même endroit que celui qui avait été détruit. En 263 de notre ère, le temple fut détruit.

 

LE MAUSOLEE D'HALICARNASSE

Dans la ville d'Halicarnasse, en Asie Mineure fut construit au IV e siècle avant notre ère le gigantesque tombeau d'un roi prénommé Mausole. Les Grecs donnèrent le nom de Mausôleion à ce monument. Ce nom est devenu un nom commun, désignant les tombeaux de grandes dimensions.

Halicarnasse était une cité qui avait été fondée par les Grecs. A partir de 377 avant notre ère, cette cité connut la prospérité et devint alors la capitale du roi Mausole. Cet homme décida de se faire construire un immense tombeau dans lequel il pourrait reposer à sa mort, avec son épouse Artémise. Il fut construit sur une vaste terrasse surplombant la ville. Quand Mausole disparut en 353 avant notre ère, le tombeau n'était pas achevé. Ce fut son épouse qui fit terminer les travaux.

Connu rapidement dans le monde antique, le tombeau mesurait quarante-cinq mètres de haut. Des frises sculptées ornaient le monument. De grandes colonnes soutenaient un toit en forme de pyramide. Au sommet de cette pyramide se trouvait une très grande sculpture : Mausole et Artémise debout sur un char tiré par des chevaux.

Au Moyen Age, le Mausolée, n'étant plus entretenu, tomba en ruine. En 1522, il ne restait plus rien de ce tombeau dont les dernières pierres avaient été prises pour construire une forteresse.

De fouilles archéologiques ont été réalisées sur ce site. Elles ont permis de retrouver quelques vestiges du Mausolée.

 

LA STATUE DE ZEUS A OLYMPIE

Zeus est le roi des dieux grecs. Important centre religieux de l'Antiquité grecque, Olympie accueillait tous les quatre ans des sportifs qui venaient participer à des jeux organisés en l'honneur de Zeus.

Un temple, achevé en 457 avant notre ère, avait déjà été construit. Afin de le décorer, il avait été demandé au célèbre sculpteur Phidias de réaliser une statue. En 430 avant notre ère, Phidias créa une très grande statue (haute d'environ treize mètres) chryséléphantine. Recouverte d'or et d'ivoire, cette statue représente Zeus assis sur un trône richement décoré. Sur une charpente de bois, Phidias avait fixé l'ivoire qui représentait la peau, tandis que l'or figurait les vêtements. Cette statue resta environ neuf cents ans dans ce temple. Au V e siècle de notre ère, l'empereur Théodose II, qui régnait sur l'empire romain d'Orient, fit transporter la statue dans son palais qui se trouvait à Constantinople (Istanbul en Turquie actuelle). Mais un incendie en 475 de notre ère la détruisit ainsi que le palais dans laquelle la statue se trouvait.

 

LE COLOSSE DE RHODES

Sur l'Ile de Rhodes, au large des côtes de l'Asie Mineure, était située la ville de Rhodes. Cité riche, cette ville maritime avait un port très actif dans lequel venaient des bateaux afin de faire du commerce.

Lorsque Démétrios, le fils du roi de Macédoine, assiégea Rhodes en 305 avant notre ère, il ne parvint pas à conquérir la cité. Il quitta les lieux en abandonnant ses machines de guerre dont les habitants s'emparèrent. L'argent obtenu par la vente de ces machines permit aux Rhodiens de financer la construction d'un monument célébrant leur victoire. Ce fut le sculpteur Charès de Lindos qui réalisa la statue géante d'Apollon-Hélios. Faite de bronze et de fer, cette statue mesurait plus de trente mètres de haut, ce qui en faisait la statue la plus haute du monde grec antique. Posée sur un immense socle, la statue dépassait les cinquante mètres.

Un tremblement de terre a détruit la statue quelque cinquante ans après sa construction. Les morceaux du Colosse de Rhodes sont restés longtemps sur les lieux, puis des marchands les ont emportés.

Le Colosse de Rhodes a inspiré le sculpteur Bartholdi pour créer la statue de la Liberté qui se trouve dans le port de New York aux Etats-Unis.

 

LE PHARE D'ALEXANDRIE

La ville d'Alexandrie fut fondée par Alexandre le Grand au IV e siècle avant notre ère. A la disparition d'Alexandre le Grand, son empire fut partagé. Son général, Ptolémée Sôter, hérita de cette ville dont il fit sa capitale.

Alexandrie avait un port naturel fort bien abrité, mais dont l'accès était délicat. C'est pourquoi, Ptolémée Sôter décida de faire construire une haute tour qui signalerait aux bateaux le port d'Alexandrie. Au sommet de la tour avait été installé un feu qui était entretenu la nuit afin de guider les bateaux.

Comme cette grande tour avait été installée sur l'île de Pharos, juste en face du port d'Alexandrie, la tour prit rapidement le nom de Pharos, qui a donné "phare" en français. Depuis "phare" désigne tout bâtiment de ce type.

Si nous en croyons les descriptions des auteurs antiques, le Phare d'Alexandrie mesurait environ cent mètres de haut. Il avait trois niveaux. Sa base était carrée et surmontée d'un étage octogonal. La partie supérieure était ronde.

Au XV e siècle, le phare fut détruit par un tremblement de terre. Un fort fut construit sur ses ruines. En 1994, des fouilles archéologiques sous-marines ont débuté. Elles ont permis de retrouver des blocs de pierre et des statues ayant appartenus au Phare.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Art : architecture
commenter cet article

commentaires