Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 10:04

Source

Parfois désigné comme rabbi, Jésus dispense un enseignement qui devait s'inscrire dans les habitudes du judaïsme de l'époque. Il enseigne donc et commente la loi juive. Jésus déclare que Dieu est un, qu'il est bon et puissant et que son châtiment est terrible mais sa miséricorde infinie.

 

L'enseignement est donné sous forme de paraboles (i.e. de petites histoires concrètes qui détiennent une leçon spirituelle). Respectueux de la Loi qui implique de plus en plus de prescriptions rituelles complexes, Jésus tente de distinguer l'important de l'accessoire contenu dans la Bible et les traditions orales (appelées Mishna). C'est pourquoi, il insiste surtout sur l'amour de Dieu et l'amour du prochain. Si d'autres portaient cette même parole, Jésus ajoute une logique à ces deux commandements : la primauté de la disposition intérieure et la primauté d'un langage adéquate afin de faire prendre conscience, aux autres, du lien existant entre Dieu et l'homme ( il s'agit d'une relation père/fils).

 

Si l'enseignement de Jésus s'inscrit dans la pratique juive de l'époque, Jésus y apporte une nouveauté. Il apparaît comme le prophète. Or ce statut ne va pas sans quelques oppositions violentes de la part des autorités. En plus, au prophétisme, Jésus y ajoute le messianisme (messie vient de l'araméen est signifie "oint ,sacré par le Seigneur" ; cette notion se retrouve dans le mot Christ qui signifie "oint"). Mais cette croyance en la venue d'un libérateur devant instaurer un ordre nouveau de justice et de bonheur, avait déjà fait son apparition lors de l'Exil de Babylone. La domination romaine et les différents problèmes qui existaient en Palestine avaient déjà permis le retour d'un mouvement messianique dans un premier temps chez les Esséniens et les Zélotes.

 

Le messianisme est alors non seulement l'attente d'un libérateur politique mais aussi la recherche d'un homme capable de remporter une guerre. L'événement qui change tout semble être le moment où Jésus, prêchant, parvient selon les quatre Evangiles, a multiplié les pains.. La foule, qui écoute Jésus, semble vouloir le suivre mais dans un mouvement politico-religieux de libération nationale, ce qui ne semble pas correspondre à l'idée que Jésus se fait de sa fonction.

 

Quand Jésus se rend à Jérusalem, au Temple pour la fête de Pâques, la foule l'écoute. Ce jour-là, entré à dos d'âne dans la ville, il parvient à chasser les marchands du Temple, tout en se heurtant aux autorités du Temple (les grands Prêtes et Sadducéens) qui craignent une nouvelle répression.

 

Peu avant d'être arrêté, Jésus partage un dernier repas avec ses disciples : c'est la Cène durant laquelle Jésus dit "Ceci est mon corps, donné pour vous. […]. Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, versé pour vous." Ce rite familial juif de bénédiction du repas se métamorphose en sacrifice que nous retrouvons lors de la Passion.

 

Ensuite, Jésus, arrêté grâce à la trahison de Judas, est conduit devant le Sanhédrin (conseil suprême du judaïsme siégeant à Jérusalem et présidé par le grand prêtre) qui ne peut que le condamner pour blasphème, la condamnation à mort étant l'apanage du procureur romain.

Ponce Pilate le juge et songe à lui rendre sa liberté considérant qu'il ne s'agit là que d'une affaire religieuse interne au judaïsme ne pouvant nuire à l'ordre romain. Mais sur l'insistance des prêtres, il fait condamner Jésus à la crucifixion qui est une peine romaine destinée, en général, aux révoltés politiques.

 

Dans les quatre Evangiles, la Passion de Jésus est évoquée. Lors de la mort du Christ, peu de disciples sont là (le reniement de Saint-Pierre). Tout ce qu'avait fait le Christ jusque là aurait pu rester lettre morte mais il y a la Résurrection.

 

Après la mort sur la croix, Jésus est déposé dans un tombeau. Quand le matin de Pâques, les femmes arrivent au tombeau de Jésus, elles le trouvent vide, ce que relatent certains Evangiles. Jésus, le Christ, est ressuscité, événement qui ne peut être ni prouvé, ni nié par l'historien. Il s'agit de la foi des disciples qui permet aux chrétiens d'affirmer que Jésus est le Messie, le Christ, le Fils de Dieu, car Dieu lui même s'est incarné pour sauver l'humanité.

 

FIN DE LA DEUXIEME PARTIE

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Religions
commenter cet article

commentaires