Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 10:08

Avant d'aborder la conjugaison des autres verbes, voyons déjà celles des auxiliaires.

 

Lorsque cela sera possible, vous trouverez quelques informations concernant l'évolution de la conjugaison du verbe étudié, de l'Ancien Français au Français Contemporain.

 

Rappel : en Ancien Français, l'absence de pronoms personnels sujets est fréquent et a un rôle morphologique (morphologie : partie de la grammaire qui étudie la forme des mots et le variation de leurs désinences).

En Ancien Français, les terminaisons verbales sont plus différenciées qu'aujourd'hui à l'oral. Quand les pronoms sujets sont employés, ils permettent une mise en relief. Or depuis le XVI e siècle, les morphèmes des premières, deuxièmes et troisièmes personnes du singulier ne se perçoivent plus comme différents à l'oral. L'usage des pronoms sujets devient alors obligatoire contrairement à l'italien ou l'espagnol.

 

Le verbe être :

Les auxiliaires, dont l'emploi est fréquent, ont subi moins d'usure analogique (analogie : apparition dans une de nouvelles formes à partir de correspondances qui existent entre des termes d'une même classe) que d'autres verbes.

 

Etre est issu de trois racines : *s- (es) ; *fu- (fut) et *sta- (était).

La dernière forme est romane et vient de stare (se tenir) qui a donné estre en Ancien Français ( et a donné en espagnol et en portugais, un paradigme parallèle à ser).

 

PRESENT DE L'INDICATIF :

En Ancien Français, nous avions SUI (le S analogique de puis à partir du XII e siècle) / ES qui est une forme atone et IES qui est une forme accentuée / EST / SOMS (une forme ESMES a existé, elle était analogique à ESTES) / ESTES et SONT.

Il existe plusieurs hypothèses au sujet de la forme de la première personne du pluriel. Une désinence celtique aurait pu donné la forme –ommes. Mais une désinence –omes apparaît aussi dans le Nord et le Nord-Est de la France.

La troisième personne du pluriel en –ont existe encore dans ONT, VONT et FONT.

 

Aujourd'hui, le verbe ETRE se conjugue comme suit au présent de l'indicatif :

Je suis / tu es / il est / nous sommes / vous êtes / ils sont.

 

IMPARFAIT DE L'INDICATIF

Le verbe être à ce temps, a connu plusieurs formes issues de la conjugaison latine du verbe esse qui était eram, eras, erat, eramus, eratis, erant.

Nous avions en Ancien Français deux formes. Une forme atone qui était ERE : ERES / ERT / ERIIENS / ERIIEZ / ERENT. Une forme tonique qui était IERE /IERES / IERT / ERIIENS / ERIIEZ / IERENT. Mais ces deux formes trop proches de la forme du futur de l'indicatif disparaissent après 1300. Un imparfait à partir stare remplace les formes précédentes. Nous avons donc les formes analytiques ESTOIE / ESTOIES / ESTOIT / ESTIENS / ESTIEZ / ESTOIENT. La graphie –ai- fut adopté seulement en 1835 par l'Académie française, alors que l'on prononçait déjà ainsi depuis le XVII e siècle.

Aujourd'hui, nous avons donc : j'étais / tu étais / il était / nous étions / vous étiez / ils étaient.

 

FUTUR DE L'INDICATIF

Le verbe être, a connu comme à l'imparfait de l'indicatif, une forme étymologique et une forme analogique.

La première est issu du verbe esse qui se conjuguait comme suit ero, eris, erit, erimus, eritis, erunt. Nous avions une forme atone : ER / ERS / ERT / ERMES / ? / ERENT et une forme tonique : IER / IERS / IERT / IERMES / ? / IERENT. Les points d'interrogations signifient que les formes ne sont pas attestées. Ces deux formes disparaissent après 1300 au profit d'un futur périphrastique. Notre futur est une création romane à partir de l'infinitif du verbe et des formes du verbe habeo au présent de l'indicatif (une forme qui fut construite sur le modèle cantarehabeo i.e "il me faut chanter" d'où l'idée de futur). 

La forme analytique se constitue à partir de essere. Nous avons SERAI / SERAS / SERA / SERONS / SEREIZ, SEREZ / SERONT. C'est ce modèle que nous avons conservé et qui a donné : Je serai / tu seras / il sera / nous serons / vous serez / ils seront.

A noter qu'une forme estrai voire esterai a existé mais n'a pas survécu.

 

LE PASSE SIMPLE DE L'INDICATIF

En Ancien Français, nous avions FUI / FUIS /FUT FUMES, FUSMES / FUSTES, FUTES / FURENT.

Au XIII e siècle, la forme FUI devient FU avec l'ajout d'un S analogique. Nous avons maintenant je fus / tu fus / il fut / nous fûmes / vous fûtes / ils furent.

 

Nous avons vu qu'à une forme simple correspondait une forme composée. En regard du présent de l'indicatif, nous avons le passé composé, de l'imparfait de l'indicatif, le plus que parfait, du futur, le futur antérieur, du passé simple le passé antérieur. Le verbe être se conjuguant aux formes composées avec l'auxiliaire avoir, nous verrons l'étude de ces formes quand nous traiterons le verbe AVOIR. Nous les donnons comme elles se conjuguent.

 

LE PASSE COMPOSE DE L'INDICATIF

J'ai été / tu as été / il a été / nous avons été / vous avez été / ils ont été.

 

LE PLUS QUE PARFAIT DE L'INDICATIF

J'avais été / tu avais été / il avait été / nous avions été / vous aviez été / ils ont été.

 

LE FUTUR ANTERIEUR DE L'INDICATIF

J'aurai été / tu auras été / il aura été / nous aurons été / vous aurez été / ils auront été

 

LE PASSE ANTERIEUR DE L'INDICATIF

J'eus été / tu eus été / il eut été / nous eûmes été / vous eûtes été / ils eurent été.

 

FIN DE LA PREMIERE PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sophie 12/11/2016 00:19

merci pour l'article, c'est super
oui je confirme que les deux auxiliaires être et avoir sont les plus intéressant en conjugaison