Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 22:10

Ce verbe vient du latin populaire *ascultare pour le latin classique auscultare qui signifie "écouter avec attention."

 

En Ancien Français, ce verbe a le sens de "écouter". Ensuite il signifie "être attentif à", "épier".

 

Des dérivés existent :

Escolt ou escout : ce substantif masculin désigne "l'action d'écouter, d'épier". L'expression faire escout a le sens de "prêter attention". Avoir escout signifie "être écouté", se prendre escout de signifie "veiller sur".

Escolte ou escoute : ce substantif féminin désigne soit "celui qui écoute", soit "celui qui fait le guet". Ce substantif  a aussi le sens de "cachette d'où l'on peut écouter".

Escoutance et escoutement apparaissent à la fin du Moyen Age. Le premier substantif est féminin et le second masculin. Tous deux signifient "action d'écouter, d'épier". Ils disparaissent avant la Renaissance.
Escoutant est celui qui écoute. Au pluriel ce substantif masculin désigne un auditoire.

 

En Moyen Français, le verbe a encore le sens de "être attentif". Mais les sens de "suivre attentivement " et de "attendre" apparaissent.

Escoute désigne aussi "l'éclaireur" ou "la sentinelle".

 

Au XVI e siècle, un doublet savant est employé. Il s'agit du verbe ausculter qui s'emploie uniquement dans le domaine médical.

Le verbe conserve les sens de "écouter avec attention", "être attentif". Il prend aussi un sens figuré comme dans l'expression "écouter la raison" qui signifie " se rendre à la raison".

Lorsque l'on parle d'un homme qui s'écoute trop, cela signifie que cet homme a trop d'attention à ce qui touche sa santé.

 

Dans la quatrième édition du Dictionnaire de l'Académie française de 1762, nous trouvons le proverbe "écoute s'il pleut" dont le sens est "s'attendre à quelque chose qui n'arrivera pas".

 

Dans la sixième édition du Dictionnaire de l'Académie française en 1832, le sens de "donner audience à quelqu'un" apparaît en premier. Le sens de "obéir, obtempérer" est donné. Il existe de nos jours dans la phrase "cet enfant écoute ses parents".

Le proverbe "écoute s'il pleut" figure aussi dans cet édition mais le sens est "se dit d'un homme faible qui se laisse arrêter par le moindre obstacle."

 

Ce n'est que dans l'édition de 1932, de ce même dictionnaire que le sens de "prêter l'oreille pour entendre" est donné en premier. Le sens figuré de "se laisser guider par.." demeure.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernie 05/05/2008 18:02

Je ne peux dire que "bien entendu"