Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 10:32

Source

Pierre de Ronsard naquit en 1524 au château de la Possonnière, en Vendômois.

 

Son père, Louis de Ronsard, qui était "maître d'hôtel des enfants de France", avait rapporté des guerres d'Italie le goût des beaux-arts. Il avait d'ailleurs fait restaurer son château dans le style Renaissance.

 

La rinasciatà italienne s'installa dès le XV e siècle. L'Italie redécouvrait les chefs d'œuvres artistiques et littéraires de l'Antiquité grecque et latine. Dès 1494, les rois de France, qui avaient participé à ces guerres, avaient été émerveillés par cet héritage culturel antique. François I er, après la victoire de Marignan en 1515, décida d'importer la rinasciatà italienne en France. Sculpteurs et peintres italiens furent invités à venir séjourner en France. L'un des hôtes les plus célèbres fut Léonard de Vinci.

 

Pierre de Ronsard fut donc initié par son père à la littérature antique. Louis de Ronsard lui fit découvrir Pétrarque, l'un des précurseurs de la rinasciatà.

 

Pierre de Ronsard fit six mois d'études à Paris au collège de Navarre (1533-1534), puis il revint dans son Vendômois natal où il vécut au milieu de la nature, libre et insouciant.

 

En 1536, âgé de douze ans, il fut envoyé par son père à Paris, à la cour royale où il devint page du dauphin François qui mourut quelques jours après son arrivée. Il passa alors au service du duc Charles d'Orléans, troisième fils de François I er.

L'année suivante, Pierre de Ronsard accompagna en Ecosse, Madeleine de France, l'une des filles de François I er, mariée depuis peu à Jacques Stuart. Quelques mois après la disparition de Madeleine de France, Pierre de Ronsard voyagea en Flandres et en Allemagne.

 

Lors de son séjour en Allemagne auprès de son cousin, le diplomate Lazare de Baïf, Pierre de Ronsard découvrit l'humaniste, mouvement qui se propageait depuis quelques temps dans toute l'Europe.

 

En revenant d'Allemagne, il fut gravement malade et resta par la suite à demi-sourd, ce qui compromit certains de ses projets. Pierre de Ronsard fut obligé de rester à la Possonnière où il commença à écrire dans une premier temps des vers latins puis des vers dans sa langue maternelle.

 

En mars 1543, il reçut la tonsure afin de s'assurer, comme cela était courant à l'époque, le revenu de bénéfices ecclésiastiques.

 

Pierre de Ronsard fréquenta le collège de Coqueret où il fut l'élève de Jean Dorat. Dans cet établissement aux règles quelque peu novatrices pour l'époque, Pierre de Ronsard découvrit les auteurs grecs et latins.

 

Au collège de Coqueret, Pierre de Ronsard fonda avec Joachim du Bellay, entre autres, le cercle poétique de la Brigade. Les poètes de la Brigade, enthousiastes et confiants en l'avenir, pensaient qu'ils allaient devenir de grands poètes et qu'ils parviendraient à donner à la langue française ses lettres de noblesse. Joachim du Bellay définit d'ailleurs ce projet dans la Défense et Illustration de la langue française qui fut publiée en 1549.

 

En 1550, Pierre de Ronsard fit paraître des Odes imitées de Pindare et d'Horace. L'accueil fut mitigé. Les érudits admirèrent ce recueil tandis que les poètes de cour détestèrent . Deux ans plus tard, Pierre de Ronsard publia Amours de Cassandre. Il s'agissait de sonnets à la mode italienne, forme poétique nouvelle en France. Ecrits dans une langue recherchée et raffinée, ces sonnets furent bien accueillis.

 

Pierre de Ronsard et les poètes de la Brigade continuèrent de s'intéresser à la langue française qu'ils souhaitaient enrichir en faisant des emprunts des mots aux langues mortes ou aux dialectes encore nombreux en France au XVI e siècle.

 

En 1556, il fonda avec six de ses amis la Pléiade en souvenir des sept poètes alexandrins du III e siècle avant notre ère.

Ils s'appelaient de Joachim du Bellay, Pontus de Tyard, Jean-Antoine de Baïf, Jacques Peletier du Mans, Rémi Belleau et Etienne Jodelle.

En 1560, il publia une édition de ses œuvres en quatre volumes : Amours, Odes, Poèmes et Hymnes. En l'espace de dix ans, Pierre de Ronsard avait déjà beaucoup écrit et était désormais surnommé "le Prince des Poètes".

 

Henri II, deuxième fils de François I er, que Pierre de Ronsard connaissait depuis plusieurs années déjà, le nomma poète officiel en 1558, peu après la mort de Mellin de Saint-Gelais. Il écrivit des poèmes de circonstance et quelques œuvres pour les fêtes royales.

 

Le projet d'écriture d'une épopée célébrant les origines mythologiques du royaume de France occupa Pierre de Ronsard pendant une vingtaine d'années, mais La Franciade restera inachevé en 1572.

 

Le protestantisme qui gagnait la France depuis quelques années, faisait de plus en plus d'adeptes. Pierre de Ronsard, d'abord modéré à l'égard de ce nouveau courant religieux, finit par tenir des propos violents contre les protestants après les premiers troubles. Quelques années plus tard, il condamna les excès commis par les deux camps.

 

Après la mort de Charles IX en mai 1574, Pierre de Ronsard connut la disgrâce. Le roi Henri III lui préféra, en effet, le poète Philippe Desportes. En 1575, Pierre de Ronsard décida de se retirer dans l'un des prieurés dont lui avait fait don le roi Charles IX en 1560.

 

En 1578, parurent les Sonnets à Hélène.

 

Il mourut le 27 décembre 1585 à Saint-Cosme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires