Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 10:35

Source

Fille de Louise de Savoie et de Charles d'Angoulême, Marguerite de Navarre naît en 1492, deux ans avant son frère François I er, futur roi de France. Elle est par son père la petite-nièce du poète Charles d'Orléans.

 
Elle bénéficia de la même éducation que son frère. Elle apprit l'italien, le latin et un peu de grec.
 
En 1509, elle épousa le duc d'Alençon que, visiblement, elle n'aima pas et qui mourut en 1525. Le couple vécut en Normandie et firent plusieurs séjours à la cour.
 
Lorsque son frère devint roi en 1515, elle reçut des biens et des charges honorifiques. Elle tint à la cour, une place importante, éclipsant ainsi la reine Claude, épouse de son frère.
 
Elle joua un rôle politique important. L'humanisme naissant gagnait petit à petit toute l'Europe. Elle participa à l'épanouissement des arts, des sciences et des lettres. Elle fut le mécène de plusieurs écrivains dont Clément Marot. Elle fit tout ce qu'elle put pour sauver, de l'exil ou des tortures, les humanistes menacés par l'intolérance religieuse.
 
Lorsque son frère fut fait prisonnier par Charles Quint à Pavie, elle se rendit en Espagne afin de négocier sa libération.
Deux ans après avoir perdu son époux, elle se remaria avec Henri d'Albret qui l'emmena en Navarre. Elle donna naissance à une fille, Jeanne d'Albret (mère du futur Henri IV). Elle eut aussi un fils, Jean qui mourut à l'âge de six mois en 1530.
En 1531, Louise de Savoie mourut. Cette même année, Marguerite de Navarre, qui semble de plus en plus proche des idées réformées, reçut à Nérac, les adeptes de cette nouvelle foi afin de les protéger. Clément Marot, Jean Calvin, Lefèvre d'Etaples furent ses hôtes.
 
En 1534, lorsque l'affaire des Placards éclata, Marguerite de Navarre assista, impuissante, aux perquisitions et aux premiers bûchers. Cette même année, le mari de Marguerite de Navarre se rapprocha de l'Empereur, Charles Quint, ce qui déplut fortement à François I er et plaça Marguerite de Navarre dans une situation délicate. Elle se sentait partagée entre ses devoirs conjugaux et l'affection qu'elle portait à son frère.
 
En 1541, François I er imposa le mariage de Jeanne d'Albret, sa nièce, avec le duc de Clèves. Marguerite de Navarre fit tout pour annuler ce mariage. Elle y parvint en 1545.
 
La disparition de son frère en 1547 lui inspira Le Navire et La Comédie sur le Trépas du Roi.
Un an plus tard, sa fille épousa Antoine de Bourbon.
Marguerite de Navarre s'éteignit le 31 décembre 1549 dans son château de Tarbes.
 
 
 
Ses premiers essais poétiques datent de 1521. Le Dialogue en forme de Vision nocturne fut rédigé après la disparition de la petite Charlotte de France. Elle entretint une correspondance avec Guillaume Briçonnet qui était l'évêque de Meaux.     Son œuvre est quelquefois proche des idées réformées qui trouvent de plus en plus d'adhérents au royaume de France. Elle écrivit des oraisons en vers, des pièces de théâtre. Ces pièces mettent en scène de façon allégorique les défauts de la cour.
En 1531, elle publia Miroir de l'Ame pécheresse. Ce poème fut condamné par la Sorbonne.
En 1547, plusieurs écrits de Marguerite de Navarre parurent à Lyon : Marguerites de la Marguerite des Princesses et un recueil de poèmes.
Mais l'ouvrage le plus connu demeure Histoires des amans fortunez ou L'Heptaméron qui parut après sa mort en 1558.
 
Marguerite de Navarre avait fait traduire de l'italien le Décaméron de Boccace. Dix personnages retenus à la campagne en raison d'une épidémie de peste qui s'est installée à Florence en 1348, font passer le temps en racontant à tour de rôle des récits qu'ils ont inventés. Marguerite de Navarre s'inspira de ce modèle, mais laissa son œuvre inachevée, la mort ne lui en ayant laissé le temps.
L'Heptaméron met en scène dix personnages retenus dans les Pyrénées en raison des crues du gave de Pau. Afin d'éviter l'ennui, les "devisants" devront raconter l'histoire qu'ils veulent pourvu qu'elle soit vraie. Chacune des sept journées racontées répondent à un thème. Si l'amour est souvent au centre des débats, les nouvelles racontées mettent aussi en scène la violence du code aristocratiques et les charmes de la vie de Cour. Des commentaires suivent les récits qui viennent d'être faits.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires