Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 10:02

Agrippa d'Aubigné naît près de Pons, en Saintonge en 1552. Son père est un magistrat protestant. Sa mère meurt en lui donnant la vie.

 
Agrippa d'Aubigné apprend dès son plus jeune âge le latin, le grec et l'hébreu. Son éducation humaniste se poursuit à Paris, puis à Genève où il se perfectionne en théologie grâce à Théodore de Bèze.
A l'âgé de seize ans, il écrit quelques vers. Mais cette enfance studieuse se déroule lors de la guerre civile dont il est d'abord le témoin puis quelques années plus tard l'acteur.
A Amboise, en 1560, son père lui fait jurer de venger les protestants tués après l'échec de la conjuration. En 1568, il s'enfuit de la maison de son tuteur pour combattre dans l'armée huguenote.
 
A partir de ce moment-là, il combat pour sa foi grâce à ses écrits mais aussi à la force de son poignet.
Pendant une trêve, alors qu'il séjourne au château de Talcy, il s'éprend de Diane Salviati – nièce de la Cassandre de Pierre de Ronsard – qui lui inspire un recueil intitulé Le Printemps (mais publié au XIX e siècle seulement). Comme Diane Salviati est catholique, leur mariage est impossible.
Absent de Paris lors de la Saint-Barthélemy, il est victime d'une agression quelque temps après cet événement. A Talcy, où il est soigné par Diane Salviati, il a (ou aurait eu) une vision dont devaient naître Les Tragiques.
 
En 1573, il devient écuyer d'Henri de Navarre. Il le rejoint à Paris. Ce séjour à la cour donnera aux Tragiques des accents satiriques teintés des réflexions morales.
En 1577, il est gravement blessé au combat de Casteljaloux. Ayant vu la mort de près, il commence à dicter une première version des Tragiques qui paraîtront en 1616.
 
Jusqu'à la fin des guerres de religion en 1594, Agrippa d'Aubigné lutte. Mais l'abjuration de Henri IV –pour conquérir Paris – et l'Edit de Nantes –qui ne fait que tolérer la religion dite réformée – le marquent profondément. C'est pourquoi, il se retire à Maillezais (Vendée). Il reste cependant fidèle au roi.
 
Il reprend les armes sous Louis XIII mais doit se réfugier à Genève où il s'éteint en 1630.
 
L'ironie du sort voulut que la petite-fille d'Agrippa d'Aubigné, Françoise d'Aubigné –qui deviendra marquise de Maintenon – contribuât pour une large part à la révocation de l'Edit de Nantes en 1685.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires

Bernie 15/03/2008 07:32

Le "rival" de Ronsard