Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 20:21

Est-il nécessaire de présenter ce roman anglais qui a déjà été adapté maintes fois au cinéma ? La dernière adaptation, tournée en 2004, est italienne. L'un des acteurs principaux en est Alessio Boni.

 
Ecrits en 1846, publiés l'année suivante sous le pseudonyme d'Ellis Bell, Wuthering Heights (Les hauts de Hurle-vent) restent le seul roman d'Emily Brontë (qui écrivit aussi de la poésie). L'auteur disparaît à l'âge de trente ans le 19 décembre 1848, emportée par la tuberculose, sans avoir pu bénéficier de la renommée de son oeuvre.
 
Le titre du roman permet, sans en lire une ligne, de deviner quelle sera l'atmosphère de l'histoire racontée. "Wuthering" est, en effet, une variante du mot dialectal, "whither", d'origine écossaise qui évoque une tempête tournant autour de la maison du personnage principal et symbolise ainsi le décor sonore du roman.
 
Si le roman s'ouvre sur l'année 1801 pour s'achever en 1802, il rapporte, en fait, des événements qui ont eu lieu après 1750. Ce sont là les seules références liées à l'histoire. Emily Brontë n'évoque aucun événement historique ou économique ( n'oublions pas que la vengeance de Heathcliff est aussi basée sur la spoliation des biens immobiliers des familles Earnshaw et Linton) qui pourrait être contemporain de ses personnages. Nous sommes perdus loin des grandes villes – seules Liverpool (d'où viendra le mal sous la personne de Heathcliff) et Londres (où logeront Isabelle Heathcliff et son fils Linton) sont évoquées - dans un paysage qui semble magnifique mais tourmenté et où le temps n'est que vent, pluie et neige.
 
M. Lockwood, qui ouvre et clôt le roman, est le premier narrateur de ce roman, et ce , jusqu'au chapitre IV. Il devient pendant sa longue convalescence, l'auditeur unique de cette histoire familiale rapportée par Hélène Dean, l'une des seuls témoins de tous ces événements, ( les autres narrateurs étant pour de courts moments, Isabelle Linton, la jeune Catherine et la servante Zillah ). Grâce à Hélène Dean, surnommée aussi Nelly, le lecteur mais aussi M. Lockwood apprennent l'histoire de ces deux familles au destin tourmenté, après l'arrivée en 1771 d'un jeune garçon nommé Heathcliff.
 
L'histoire :
1801, M. Lockwood, le narrateur vient de rendre visite à son propriétaire, M. Heathcliff à qui il loue Thrushcross Grange. L'accueil a été plutôt froid. Joseph, qui a pris en charge son cheval, semble être, selon le narrateur, le seul domestique de la maisonnée. Il n'est d'ailleurs pas plus sympathique que son maître. "Wuthering Heights" sont le nom de cette demeure exposée par temps d'ouragan aux vents du Nord. Le paysage en porte d'ailleurs les traces : " one may guess the power of the north wind, blowing over the edge, by the excessive slant of a few stunted firs at the end of the house." (i.e. " la force avec laquelle le vent du nord souffle par-dessus la crête se devine à l'inclinaison excessive de quelques sapins rabougris plantés à l'extrémité de la maison ").
Avant d'entrer dans la maison, le narrateur remarque la date "1500" et le nom de " Hareton Earnshaw", mais n'ayant pas été reçu de façon engageante, il ne demande aucune information et entre dans ce qui est communément appelé " the house" (i.e. " la maison "). Cette pièce de réception offre un contraste saisissant avec son propriétaire, M. Heathcliff.
En l'absence, pourtant fort courte, du maître, M. Lockwood fait la connaissance de la chienne et de ses petits tout aussi antipathiques que les gens de la demeure. Heureusement, Zillah, la servante met fin à cette révolution canine.
 
M. Lockwoood rend, une fois encore, visite à son propriétaire lors d'un après-midi brumeux et froid. Les premiers flocons tombent quand il est accueilli par un jeune homme. A peine entré, il remarque " the " missis", an individual whose existence [he] had never previously suspected." (i.e. "" la maîtresse", personne dont [il] n'avai[t] pas encore soupçonné l'existence."). Mais la jeune femme distante parle bien peu.
M. Heathcliff arrive enfin dans une ambiance glaciale que le narrateur tente de changer. Hélas, il ne cesse de se tromper dans les liens familiaux qui unissent les différents personnages. M. Heathcliff corrige ses hypothèses. La jeune femme est la belle-fille de M. Heathcliff qui a épousé son fils disparu depuis. Le jeune homme dit s'appeler Hareton Earnshaw.
La neige qui continue de tomber, inquiète M. Lockwood qui se demande à voix haute comment rentrer chez lui, mais sa détresse n'intéresse personne. D'ailleurs qui pourrait le raccompagner ? Ils ne sont que cinq dans la maison lui explique la jeune femme.
L'indifférence de ses hôtes finit par mettre en colère M. Lockwood, mais cette dernière lui joue des tours et il se voit forcer de passer la nuit à Hurle-vent avec des gens peu agréables.
 
Grâce à Zillah, M. Lockwood est conduit dans une chambre dont l'accès reste interdit et au sujet de laquelle M. Heathclif a des idées plutôt bizarres que la servante ne peut expliquer. Installé dans la chambre, le narrateur remarque sur le rebord de la fenêtre des livres et des inscriptions qui répètent le même nom "Catherine Earnshaw, […] Catherine Heathcliff, […] Catherine Linton."
Après avoir trouvé et lu quelques lignes rédigées par Catherine, la narrateur réalise que cette femme était très liée à M. Heathcliff qui était détesté par le frère de Catherine. Cette lecture faite, le narrateur s'assoupit et rêve de façon désagréable, mais il sort de cette léthargie et réalise que c'est une branche de sapin cognant contre la fenêtre qui est cause de ce mauvais moment. Ce rêve à peine terminé, il replonge dans un autre rêve qui tourne rapidement au cauchemar. Il se trouve en présence de Catherine Linton qui lui demande de la laisser entrer. Voilà vingt ans qu'elle erre dans la lande, elle veut revenir chez elle. Terrorisé par ce fantôme, M. Lockwood pousse un cri, ce qui provoque l'arrivée rapide de M. Heathcliff. Le trouble dont souffre son hôte, après avoir entendu le récit du rêve de M. Lockwood surprend ce dernier.
M. Lockwood parvient enfin à quitter la demeure pour retourner à Thrushcross Grange où il est bien reçu. On le croyait perdu à cause de cette tempête.
 
Alors que Mme Dean apporte le souper, M. Lockwood lui demande des informations au sujet de ses voisins. Mme Dean explique qu'elle est dans cette demeure-ci depuis dix-huit ans. Elle a suivi ainsi sa maîtresse qui venait de se marier. M. Lockwood apprend que Mme Heathcliff est la fille de son défunt maître, Edgar Linton et que Hareton Earnshaw est le cousin de la jeune fille, c'est-à-dire le fils du frère de sa propre mère. M. Heathcliff avait épousé la sœur de M. Linton.
Ensuite, après s'être installée, Mme Dean, nouvelle narratrice de l'histoire, raconte ce qui est arrivé voilà bien des années dans les deux maisons. La mère de Mme Dean, a élevé M. Hindley Earnshaw, le père de Hareton. Enfant, Mme Dean jouait avec les enfants de la maison, à savoir Hindley, l'aîné et Catherine sa sœur.
Au début de l'été, M. Earnshaw, le vieux maître de la maison, partit à pied pour affaires à Liverpool. Il proposa à ses deux enfants de leur rapporter à chacun un présent pourvu qu'il fût facilement transportable. Trois jours plus tard, vers onze heures du soir, le maître revint très fatigué accompagné seulement par " a dirty, ragged, black-haired child ; big enough both to walk and talk " ( i.e. " un enfant malpropre, déguenillé, aux cheveux noirs, assez grand pour marcher et parler.")
L'épouse accueillit l'enfant avec réticence. Il reçut le prénom d'Heathcliff, enfant du couple mort en bas âge quelques années auparavant. Le garçon s'entendait bien avec Catherine, mais était souvent victime d'injustice de la part de Hindley, le frère de Catherine. La mère resta indifférente au sort de cet orphelin qu'elle n'avait jamais aimé. Elle disparut deux ans après l'arrivée d'Heathcliff. M. Earnshaw souvent révolté par l'attitude de son fils envers Heathcliff, le prit en affection. Mme Dean découvrit petit à petit qui était cet orphelin qui se plaignait peu, mais qui se montra par la suite vindicatif.
 
Le maître de maison vieillissant supportait de moins en moins le traitement infligé à Heathclif. C'est pourquoi, Hindley fut envoyé au collège. Un calme relatif revint à la maison, car Catherine et Joseph étaient souvent en conflit. En plus Catherine " put all of us past our patience fifty times and oftener in a day." (i.e. " mettait à bout la patience de tous cinquante fois et plus par jour."). Un soir d'octobre, le maître mourut paisiblement parmi les siens.
 
Quand Hindley revint pour les funérailles de son père, il était marié. Personne ne connaissait l'origine de cette femme à la santé visiblement fragile. Hindley Earnshaw avait bien changé depuis ses trois années d'absence. Sa femme, Frances, malgré ses efforts ne parvint jamais à se faire accepter par Catherine.
Hindley fit de Heathcliff un valet de ferme, ce que ce dernier supporta assez bien tant que Catherine et lui continuèrent d'être ensemble. D'ailleurs pourvu qu'il ne les vît pas, Hindley les laissait agir à leur guise.
Un soir pourtant, alors que Catherine et Heathcliff étaient ensemble dans les environs, un incident survit rapporté par Heathcliff. Lui et Catherine avaient décidé de se rendre à Thrushcross Grange, domaine situé à quelques pas de Hurle-vent, afin d'observer les deux enfants Linton, Edgar et Isabelle. Catherine fut sévèrement mordue par le chien de la maison. Elle est recueillie par la famille Linton qui refusa de recevoir Heathcliff qui revint seul à contre-cœur à Hurle-vent.
Le lendemain, M. Linton, le père des deux enfants, vint faire la leçon à Hindley Earnshaw. Dorénavant Catherine et Heathcliff n'eurent plus le droit d'agir selon leur humeur.
 
Après cinq semaines passées à Thrushcross Grange, Catherine revint chez elle. Elle avait beaucoup changé et était joliment habillée. Tout l'opposait à ce moment-là à Heathcliff, sale. D'ailleurs il resta à l'écart quelque temps. Il accepta la proposition de Mme Dean qui lui rendit meilleure figure avant l'arrivée des enfants Linton qui devaient passer l'après-midi avec Catherine. Hélas, Heathcliff se vit privé de ce moment par Hindley, ce qui attrista Catherine. C'est à partir de ce moment que Heathcliff décida de se venger, peu importe le temps nécessaire pour parvenir à ses fins.
Mme Dean interrompt son récit pour le reprendre rapidement.
 
En juin 1778, naît le premier enfant de Frances et Hindley. Nelly, Mme Dean dut l'élever car la mère mourut peu après la naissance de l'enfant. Hindley fut inconsolable de cette disparition. Le frère de Catherine sombra doucement dans la déchéance et délaissa rapidement son fils. Tout ceci fit le bonheur de Heathcliff. Seul Edgar Linton vint encore à Hurle-vent. Lui et Catherine tombèrent amoureux.
 
Un soir tandis que Nelly s'occupait du petit Hareton et que Heathcliff silencieux se trouvait allongé sur la banquette, Catherine se confia à Nelly. La jeune femme, âgée de vingt-deux ans, annonça qu'elle venait d'accepter la demande en mariage d'Edgar Linton. Après quelques questions judicieuse de Nelly, Catherine finit par faire part de son malaise et de la complexité de ses sentiments. Tout en avouant combien elle aimait Heathcliff, elle dit aussi que : " It would degrade [her] to marry Heathcliff, now." (i.e. " Ce serait [se] dégrader [elle]-même, maintenant, que d'épouser Heathcliff."). Heathcliff qui n'a entendu que la seconde partie de ce discours, quitta le plus discrètement possible la pièce. C'est à ce moment précis que Nelly se rendit compte de la présence du jeune homme.
Nelly avoua à Catherine que Heathcliff avait dû entendre une bonne partie de ses propos. Cette révélation angoissa beaucoup Catherine d'autant plus que Heathcliff resta introuvable. C'est pourquoi, Catherine décida d'attendre Heathcliff dehors. Alors que l'orage grondait, Catherine resta sous la pluie, pendant vingt minutes. Lorsqu'elle revint à la maison, elle ne se changea pas et prit froid.
Après une dispute avec son frère au sujet de Heathcliff, Catherine tomba malade et devint une fois guérie plus insolente et irascible qu'avant.
Heathcliff disparut de la vie de Catherine et des siens. Que devint-il ? Que fit-il ? Nul ne le sut.
Catherine épousa Edgar trois ans plus tard. Nelly suivit sa maîtresse à Thrushcross Grange et laissa à son sort et à contre-cœur le jeune Hareton âgé de cinq ans à Wuthering Heights.
Mme Dean arrête, une fois encore, son récit.

FIN DE LA PREMIERE PARTIE

Partager cet article

Repost 0

commentaires