Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Pages

16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 10:55

Maurice Scève naît à Lyon, dans une famille bourgeoise, semble-t-il, entre 1500 et 1505. Son père, Maurice Scève est un magistrat, qui fut plusieurs fois conseiller de la ville de Lyon, lieutenant de la sénéchaussée, entre autres. Maurice Scève a trois sœurs, Claudine, Jeanne et Sibylle.

Maurice Scève semble avoir reçu une formation intellectuelle sérieuse, grâce à un précepteur familial. Il aurait fait des études dans une université italienne. Nous ne savons pas ce qu'il fit entre 1520 et 1530. L'essor de l'imprimerie lyonnaise et la fréquentation des cercles littéraires semblent avoir aidé à la formation de l'auteur. Peut-être Maurice Scève s'est-il tourné vers la vie religieuse, ce qui n'est pas confirmé.
En 1529, à la mort de son père, Maurice Scève devient le chef de famille. L'année suivante, il marie sa sœur Jeanne, qu'il dote richement.
En 1530, il est en Avignon où il est l'attaché du vicaire de l'archevêque d'Avignon, Mgr Bontempo. Il aurait été secrétaire de celui-ci. Trois ans plus tard, en prenant part à des recherches archéologiques, il aurait trouvé le tombeau de Laure de Noves, chantée par Pétrarque au XIV e siècle et morte dans cette ville pendant la peste de 1348.
En 1535, il est de retour à Lyon où il fréquente les cercles cultivés. Cette même année, il fait la connaissance d'Etienne Dolet. Ce dernier publie une traduction espagnole d'un roman de Juan de Flores, La Déplorable Fin de Flamete. Cet ouvrage est inspiré du Fiammetta de Boccace.
En 1536, il participe au concours des blasons crée par Clément Marot en lui envoyant deux poèmes Le Sourcil et La Larme. Trois autres seront écrits peu après. Grâce à ses blasons, Maurice Scève parvient à être reconnu. Cette même année, alors que le Dauphin de France, fils de François I, décède, Maurice Scève participe, avec d'autres auteurs, à la composition du Recueil de vers latins et vulgaires, publié pour la mort du Dauphin.
En 1536 ou 1537, il rencontre Pernette du Guillet, poétesse lyonnaise qui semble être la personne derrière laquelle se cache Délie. Une liaison platonique – Pernette du Guillet se marie ne 1538 avec M. du Guillet - lie les deux poètes et ce jusqu'à la mort de Pernette du Guillet en 1545.
En 1540, il devient docteur, en droit pense-t-on.
En 1544, Délie, Objet de plus haute vertu paraît. Il est inspiré par les canzoniere italiens.
En 1547, la Saulsaye paraît, genre pastoral.
La fin de sa vie est moins bien connue. Il serait mort après 1560. Aucun hommage rendu au poète ne nous est connu. La Pléiade était alors triomphante, ce qui aurait éclipsé la renommée de Maurice Scève. Il fut redécouvert ensuite.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clélie - dans Biographies
commenter cet article

commentaires