Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Présentation du Blog

Bienvenue sur ce blog !
 
Vous allez pouvoir plonger dans le monde des Lettres. Comme il n'est pas de littérature, quels que soient le pays et l'époque, hors du temps, vous pourrez aussi trouver des points de repères dans différents domaines : histoire, peinture, sculpture, musique, architecture, et tant d'autres encore…
 
Une place accordée aux nouveautés de tous pays ne fera pas oublier les textes plus anciens, voire très anciens. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir non seulement les textes de l'Antiquité mais aussi ceux du Moyen Age. Les époques suivantes ne sont pas laissées de côté. Au milieu des textes devenus des classiques –comme le veut la formule- vous ferez peut-être d'heureuses découvertes… Vous voyagerez, je l'espère, ici et là dans des univers auxquels vous n'aviez pas encore songé…
 
Vous trouverez aussi des informations sur la langue française. Il ne s'agit pas d'un travail universitaire, mais simplement d'éléments qui permettent de rendre compte des différents états d'une langue.
 
Si vous avez envie de poursuivre, alors venez papillonner et j'espère que vous trouverez votre bonheur et que l'envie de lire sera au rendez-vous !
 
Je vous invite à partager tout cela !

Recherche

Archives

Pages

15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 10:54

Texte du Moyen Age dont l'auteur est anonyme, comme cela est fréquent à cette époque. Il est soit du dernier quart du XII e siècle, soit de la première moitié du XIII e siècle.

Aucassin et Nicolette est le seul exemple d'un genre appelé "chantefable" qui soit parvenu jusqu'à nous. Un seul manuscrit de ce texte existe. Cette chantefable offre une alternance de laisses assonancées et de morceaux de prose. Le manuscrit médiéval nous donne la mélodie des parties qui doivent être chantées.
 
Aucassin, prince chrétien qui porte le nom d'un roi Maure de Cordoue, est un anti-héros qui refuse de se battre et un anti-chevalier qui libère son ennemi.
Nicolette, esclave sarrasine, qui porte un nom chrétien, est la véritable actrice de l'intrigue grâce à son énergie et son esprit d'initiative. La femme a pour une fois le beau rôle dans ce texte qui parodie quelque peu les chansons de geste. L'amour donne surtout des ailes à la jeune fille…..
 
L'histoire :
Le comte Garin de Beaucaire qui "estoit vix et frales ( i.e. était un vieillard fatigué ), faisait la guerre au comte Bougar de Valence. Le comte de Beaucaire n'avait qu'un fils, Aucassin qui était beau et élégant, mais ne voulait pas faire la guerre, son père ne voulant pas qu'il épouse Nicolette. Cette jeune femme avait été achetée aux Sarrasins par le vicomte de Beaucaire. Voyant que son fils ne changerait pas d'avis, le comte de Beaucaire se rend chez son vassal, le vicomte afin de lui demander d'éloigner Nicolette d'Aucassin. La jeune fille "est en prison mise / en une canbre vautie" (i.e. est emprisonnée dans une chambre voûtée ) mais songe déjà à s'évader.
La rumeur rapporte que Nicolette "estoit perdue". Aucassin, à son tour, rend visite au vicomte afin d'obtenir des renseignements au sujet de son amie, c'est peine perdue. Désespéré, il refuse de se battre alors que le combat fait rage. Cependant, le père et le fils arrivent à un compromis. Si Aucassin accepte de se battre et qu'il revient sain et sauf, il pourra parler quelques instants à son amie. Le jeune homme participe à la bataille et parvient à revenir vivant et avec le comte Bougar comme prisonnier. Le père refusant de tenir sa promesse, le fils rend la liberté à son prisonnier et se retrouve lui-même fait prisonnier par son père. Tandis qu'Aucassin se lamente, Nicolette réussit à s'évader de la tour où elle était retenue prisonnière depuis plusieurs jours. La jeune fille parvient à se rendre là où est détenu Aucassin. Elle réussit à lui parler à travers le mur. Le veilleur, qui avait aperçu Nicolette réussit à la prévenir de l'arrivée des archers qui sont à sa recherche. Elle quitte la ville et se cache à l'entrée de la forêt. Après sa première nuit en forêt, elle rencontre des bergers à qui elle donne un message pour son ami. Elle part et s'installe dans la forêt où elle construit une belle hutte.
Le bruit court à nouveau que Nicolette est perdue. Aucassin retrouve la liberté mais est très malheureux. C'est pourquoi, une fête est organisée en son honneur afin de lui rendre la joie de vivre. Rien n'y fait. Toutefois grâce aux paroles d'un chevalier, Aucassin reprend espoir. Sur ses conseils, il part en forêt et après avoir appris de la bouche des bergers où il peut rencontrer son amie, il poursuit son chemin dans la forêt. Il trouve son amie qui le soigne l'épaule qu'il vient de se démettre en descendant de cheval. Ensemble, ils partent et prennent le bateau qui les conduit au pays du roi Torelure. Dans ce pays tout est étrange. Les femmes mettent les enfants au monde, mais ce sont leurs maris qui gardent le lit après la naissance du bébé. Les femmes prennent armes et chevaux pour aller combattre. Cette situation fait réagir Aucassin qui rétablit l'équilibre connu de tous. Peu après une flotte de Sarrasins attaquent le château et capturent les deux amants qui sont une nouvelle fois séparés. Aucassin, après trois années d'absence, regagne Beaucaire. Nicolette arrive à Carthage, ville qu'elle reconnaît comme étant celle où elle a grandi juste avant d'avoir été enlevée il y a plus de quinze ans. Elle est donc la fille du roi de Carthage. Elle est d'ailleurs reconnue par les siens qui la fêtent. Son père voulant la marier à un roi païen, Nicolette parvient à s'enfuir déguisée en jongleur. Elle s'embarque sur un bateau et arrive en Provence. Elle se rend à Beaucaire et sous son costume de jongleur, chante à Aucassin leur histoire. Le jeune homme en est tout troublé et obtient du jongleur, le retour d'ici peu de la jeune fille. Nicolette se rend alors chez le vicomte qui l'avait élevée. Elle est reçue par sa veuve et après avoir passé quelques jours chez cette femme, elle se rend auprès d'Aucassin. Les deux amants sont enfin réunis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires